John Howe sur les traces de Tolkien : compte-rendu d’exposition

Du 25 juin 2023 au 28 janvier 2024 se tient au Fonds Hélène et Edouard Leclerc pour la Culture l’exposition « Sur les traces de Tolkien et de l’imaginaire médiéval. Peintures et dessins de John Howe ». J’ai pu la visiter en novembre, sur deux jours, et je vous en propose un avis ici.

Vue de l’entrée ©FHEL – Nathalie Savale

Le Fonds Hélène et Edouard Leclerc, ou FHEL de son petit nom, est installé dans un ancien couvent des Capucins au cœur de Landerneau, petite ville bretonne non loin de la mer. Les bâtiments connaissent une histoire complexe, marquée par l’essor industriel de la ville et la reprise du site par l’enseigne Leclerc, d’abord pour un magasin puis pour ce lieu d’exposition. La fondation profite ainsi de locaux immenses et modernes dans lesquels les œuvres d’art peuvent littéralement se déployer.

Lors de mes deux visites, je m’attendais à rencontrer au moins une petite queue avant l’entrée, mais que nenni, les lieux étaient extrêmement calmes. Des conditions parfaites pour profiter de l’exposition en toute tranquillité.

Vue de la première salle – photo personnelle.

La première salle de l’exposition garde le mystère sur les proportions de l’ensemble. On y découvre des premières œuvres variées, relatives aussi bien au légendaire de J.R.R. Tolkien qu’à d’autres textes historiques (Sire Gauvain et le Chevalier vert) ou contemporains (Robin Hobb, G.R.R. Martin). Sur un autre mur, des dessins et quelques aquarelles nous plongent dans l’ambiance du Comté, aidés en cela par la reproduction grandeur nature du tableau de John Howe représentant l’entrée de Cul-de-Sac. Enfin, la troisième partie de la salle retrace les débuts de sa carrière avec son arrivée à Strasbourg où il a intégré l’Ecole des Arts décoratifs à la fin des années 1970. Ici aussi, un panneau gigantesque nous fait plonger dans l’architecture rêvée que la cathédrale de Strasbourg lui inspire.

Cette première salle et sa multitude de thématiques annonce l’ampleur de cette exposition qui offre une immense rétrospective de l’œuvre de John Howe. Au-delà de cette section, les visiteurs et visiteuses découvrent un parcours sous la forme d’une grande allée centrale autour de laquelle se déploient des salles thématiques. Les murs faisant face aux arches d’entrée accueillent souvent, à nouveau, d’immenses reproductions d’une œuvre exposée dans la même salle. Le seul défaut de ce choix tient à l’identification des illustrations accrochées sur ces fresques, dont les cartels sont soit retranchés tout à un bout du mur, soit imprimés à même la paroi décorée, ce qui rend leur lecture impossible. Mais ce n’est qu’une broutille, un accroc dans une scénographie du reste fantastique et propice à l’émerveillement.

Vue de l’allée centrale – photo personnelle.

La plupart des œuvres présentées seront familières aux fans de l’artiste, à l’exception de la dernière salle, consacrée à son travail sur la série Rings of Power (Les Anneaux de Pouvoir). Elle canalisait une bonne partie de ma curiosité, car bien que j’aie pu étudier le catalogue d’exposition avant ma visite (pour une critique disponible sur le site de Tolkiendil ici), ces croquis de recherche n’y figuraient pas, pour des questions de droit.

Dans une veine très similaire à son travail pour les deux trilogies de Peter Jackson, John Howe présente ici des croquis d’objets et de décors tout comme des peintures numériques destinées à planter l’ambiance d’une séquence. Ici aussi, certains dessins sont reproduits sur de grands panneaux lumineux, ce qui permet d’en apprécier tous les détails. L’un d’entre eux m’a particulièrement surprise, car il est consacré à la rencontre entre Ulmo et Tuor, scène du Premier Âge qui n’est pas censé apparaître dans la série. Est-ce l’indice d’un potentiel flashback à venir dans la saison 2 ? La compagnie Amazon a-t-elle obtenu les droits sur certaines histoires pour enrichir le scénario des futurs épisodes ? Seul l’avenir le dira, avec à l’automne 2024 la diffusion prévue de la prochaine saison.

Vue de la dernière salle – photo personnelle.

Si ses illustrations de la Terre du Milieu sont le point focal de la présentation, elles se mêlent ici et là à d’autres travaux et sont enrichies de quelques œuvres prêtées par d’autres institutions. Cela peut rendre la lecture du parcours parfois incertaine, comme avec les deux pièces estampillées William Morris qui sont exposées à deux endroits différents. Le lien avec l’œuvre de Howe est un peu lointain car il faut passer par le prisme de J.R.R. Tolkien, ce que fait cependant l’exposition, avec plusieurs panneaux consacrés à la vie, à l’œuvre et aux thèmes fondamentaux qui parcourent les textes de ce dernier.

Vue d’ensemble de la scénographie – photo personnelle.

Parmi les autres œuvres prêtées, on trouve une statuette de saint Georges, une épée du 15e siècle, le tableau Les Lavandières de la nuit de Yan’dargent, et un dessin par Gertrude James du château de Chillon, en Suisse. Ce dernier n’est pas du tout mis en contexte dans la salle où il est accroché, intitulée « Dessiner les cités et les châteaux ». Il s’agit d’un charmant dessin au crayon et à la gouache blanche sur papier brun. L’artiste n’est pas connue dans les moteurs de recherche habituels. La présence de cette œuvre dans l’exposition, et l’identification de l’artiste, sont élucidées par un billet sur les réseaux sociaux du FHEL :

John Howe a conservé précieusement le seul dessin réalisé par sa grand-mère, Gertrude James, en 1890 alors qu’elle avait 16 ans !
Elle s’est inspirée d’une carte postale, représentant le château de Chillon, qui se dresse sur l’île du même nom, sur les rives du lac Léman, en Suisse. Ce dessin est présenté dans l’exposition, dans la section consacrée aux dessins d’architectures de John Howe, comme un clin d’œil.

FHEL sur ses réseaux sociaux, notamment Instagram.
Vue de l’œuvre de Gertrude James et de sa présentation – photo personnelle

Ce type d’attention, même si je regrette qu’elle ne soit pas explicitée dans l’accrochage, montre l’attention des commissaires d’exposition et le cœur qui a été mis à l’ouvrage. Le simple nombre d’œuvres exposées suffirait à rendre cette exposition intéressante, mais en l’occurrence celles-ci sont servies par une belle scénographie qui plonge visiteurs et visiteuses au cœur même des illustrations de John Howe et leur permet de se perdre dans les architectures imaginaires et les paysages fantastiques issus de son imagination.

Une Hobbitte déterminée à poser ses valises à Cul-de-Sac pour ne plus jamais repartir – photo personnelle.

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie Bretagnolle (5 décembre 2023). John Howe sur les traces de Tolkien : compte-rendu d’exposition. Tolkien & illustration. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/v8vg


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search