A few thoughts on the Tolkien movie

Dome Karukoski’s movie was awaited by Tolkien enthusiasts worldwide with more or less dread. I personally chose the path of curiosity, expecting neither a masterpiece nor a complete failure.

Given that I’m studying Tolkien’s works for my PhD and have read his biography, letters and John Garth’s “Tolkien and the Great War”, I know more than a thing or two about the period of his life covered in the movie. It felt like the major stages were there in the movie, but not motivated by the right reasons, which gave a strange feeling.

One thing that bothered me as a researcher in illustrations was how the movie portrayed Tolkien sketching the visual impressions of his budding legendarium. Tolkien was a visual artist as well as a writer (and a linguist, and many other things), and he had a very personal style that often surprises me by its originality. In the early years of his writing endeavour, he produced stylized, whimsical, sometimes nearly abstract artworks, trying to capture a feeling he couldn’t find a word for. In the movie, we see him drawing like a modern teenager fascinated with the dark creatures imagined by Peter Jackson’s artistic team. It could hardly be further from the truth, first and foremost because Tolkien mainly drew landscapes, not characters. Dome Karukoski certainly didn’t have the rights to use Tolkien’s actual artworks in this movie, but I think it’s a pity that he did not come closer to the stunning atmosphere displayed in Tolkien’s drawings.

That being said, I thought the movie was splendid and it moved me at moments it wasn’t supposed to – because I was thinking about what awaited the young Tolkien – and when Tolkien received a certain heart-wrenching letter by his friend G.B. Smith, sadly slightly cut, that I know almost by heart because it is so gorgeous (letter from Geoffrey Bache Smith to J.R.R. Tolkien, 3 February 1916, see GARTH, John, Tolkien and the Great War, London, HarperCollins, 2003, pp. 118-119).

Movie review in a nutshell: visually stunning, often biographically inaccurate, but moving nonetheless.


Quelques pensées sur le film Tolkien

Le film de Dome Karukoski était attend par les amateurs de Tolkien du monde entier avec des degrés variés d’appréhension. J’avais personnellement choisi la voie la curiosité, ne m’attendant ni à un chef-d’œuvre, ni à un échec retentissant.

Etant donné que j’étudie les écrits de J.R.R. Tolkien pour ma thèse et que j’ai lu sa biographie, sa correspondance et “Tolkien et la Grande Guerre” de John Garth, je connais une ou deux choses sur la période de la vie de l’auteur couverte dans ce film. J’ai trouvé que les étapes importantes de sa vie étaient présentées dans le film, mais pas motivées par les bonnes raisons, ce qui donnait une impression étrange.

L’une des choses qui m’ont gênée, en tant que chercheuse sur les illustrations, est la façon dont le film montre Tolkien dessinant les impressions visuelles liées à la naissance de son légendaire. Tolkien était un artiste en plus d’être un auteur (et un linguiste, et de nombreuses autres choses), et il avait un style dont l’originalité continue de me surprendre. Dans les premières années de sa pratique d’écrivain, il produisait des dessins stylisés, fantasques, parfois presque abstraits, afin de capturer l’essence d’un sentiment pour lequel il n’avait pas de mots. Dans le film, on le voit dessiner comme un adolescent d’aujourd’hui fasciné par les créatures ténébreuses imaginées par l’équipe artistique de Peter Jackson. Cela pourrait être difficilement plus éloigné de la réalité, et tout d’abord parce que Tolkien dessinait avant tout des paysages, pas des personnages. Dome Karukoski n’avait probablement pas les droits nécessaires pour utiliser les œuvres de l’écrivain dans son film, mais je trouve dommage qu’il ne se soit pas approché de l’atmosphère étourdissante des dessins de Tolkien.

Ceci étant dit, j’ai trouvé le film splendide, et il m’a émue à des moments où ce n’était pas encore triste – parce que je pensais à ce qui attendait le jeune Tolkien – et quand Tolkien reçoit une certaine lettre déchirante de son ami G. B. Smith, malheureusement légèrement coupée dans le film, que je connais presque par cœur tant elle est belle (Lettre de Geoffrey Bache Smith à J.R.R. Tolkien, 3 février 1916, voir GARTH, John, Tolkien and the Great War, Londres, HarperCollins, 2003, pp. 118-119).

Avis sur le film en quelques mots : visuellement superbe, souvent faux d’un point de vue biographique mais émouvant quand même.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.