Tolkien2019, a long-expected report – Day One

Since coming back from Birmingham (and surviving a nightmare of a return journey), I’ve tried to find the words to write a report about these five days of conferences, friendship and general Tolkien extravaganza.

Some people have been a lot more successful at this task:

  • Marcel Aubron-Bülles, The Tolkienist:
  • Shawn E. Marchese and Alan Sisto, famous for their Prancing Pony Podcast:
https://theprancingponypodcast.com/2019/08/18/tolkien-2019-reflections-and-of-course-word-nerdery/

As for my own timetable, I’ve tried to attend as many conferences as humanly possible, scribbling notes frantically in my notebook. Here follows a list of the talks in question:

  • Tom Shippey. Heirs of Tolkien ? The major contenders

It was my first time hearing Tom Shippey live (yes, it does make it sound like the rock star he is), and like the rest of the room, I was enchanted. Not only was the content of his talk extremely enjoyable (what are the threads of Tolkien’s legacy in today’s fantasy writing?), but the man himself is a joy to hear. Shippey presented three authors, exploring for each their link to Tolkien: Stephen R. Donaldson (whom I added to my TBR), Michael Swanwick and George R.R. Martin. I wish he would have considered Robin Hobb, as she is, apart from Tolkien, the fantasy writer I admire the most.

  • Enrico Spadaro. To the origins of fairy tales

An exploration of Giambattista Basile’s Tale of Tales and its resonances with Tolkien.

  • Anna Smol. Allegory and story : Tolkien’s typological patterns

Anna Smol explored the theme of patterns in Tolkien’s writing, and especially the way names or characters reappear here and there in the legendarium, transporting the readers through time.

The director of the Cité internationale de la tapisserie presented the ongoing project of tapestries created from Tolkien’s illustrations and designs. He talked the audience through the creation process, explaining in simple terms the technical details and history of this craft – all of it in French, translated by Denis Bridoux.

  • Andrew Higgins. Four Brethren Heroes: the ‘Lit and Lang’ of Egalmoth, Ecthelion, Legolas and Glorfinder

Andrew Higgins studied four characters from The Fall of Gondolin, focusing both on their appearance in the different versions of the tale and on the other occasions when they reappear in later parts of the Legendarium. Ecthelion, for instance, was a soldier of Gondolin, but his name is also given to Denethor’s father.

  • Ted Nasmith. Two realms: finished and unfinished business

Several artists were invited to talk about their work, and I was determined to miss none of them! Ted Nasmith was the first: he showed us his latest Tolkien paintings, many of them private commissions, as well as illustrations for a deluxe, two-volume illustrated and numbered edition of A Game of Thrones. He told us the 700 copies were sold even before the artworks were completed, which says a lot about his popularity. It was fascinating to see how his art for GRRM was different from his JRRT works. In the former, emphasis is put on characters and action, whereas in the latter, the focus tends to be on landscape. Ted Nasmith also benefited from a constant dialogue with the author who gave him directions when needed.

This talk rounded up Day One of Tolkien2019 as far as conferences were concerned. I was in awe of the quality of each talk and enthusiast about the atmosphere of fellowship in the hotel. Sure, the building was a real maze, and on the first day I was constantly afraid I’d lose my way and only be found weeks later, clutching my badge in a deserted corridor, but there were enough signs pasted on the walls to make navigation easier. I particularly enjoyed the warning on the main conference room.

Despite the already very full schedule, the day was not quite over yet. All attendees were invited to a play on the evening: Leaf by Niggle by the Puppet State Theatre Company. I didn’t know at all what to expect, but it turned out to be one of the most moving experiences of the whole week. On stage, surrounded with family heirlooms, Richard Medrington told an enraptured audience the story of Niggle, blending it with personal memories. Although I had read the story several times before, I discovered it again told in Richard Medrington’s gentle voice, and I’m sure I was not the only one to be moved to tears.


Tolkien2019, un compte-rendu très attendu – Jour Un

Depuis que je suis rentrée de Birmingham (et que j’ai survécu au trajet de retour cauchemardesque), j’ai essayé de trouver les mots pour écrire un compte-rendu de ces cinq jours de conférences, d’amitié et de Tolkienismes. D’autres personnes ont été plus efficaces que moi :

  • Marcel Aubron-Bülles, alias The Tolkienist :
  • Shawn E. Marchese et Alan Sisto, célèbres animateurs du Prancing Pony Podcast :
https://theprancingponypodcast.com/2019/08/18/tolkien-2019-reflections-and-of-course-word-nerdery/

Pour ce qui fut de mon emploi du temps, j’ai essayé d’assister au plus de conférences qu’il était humainement possible, en prenant des notes à toute vitesse dans mon carnet. Voici celles que j’ai suivies le premier jour :

  • Tom Shippey. Heirs of Tolkien ? The major contenders

C’était la première fois que je voyais Tom Shippey « en vrai » et, comme le reste de la salle, je me suis trouvée sous le charme de son érudition. Non seulement le sujet de sa conférence était intéressant (quelles sont les trace de l’héritage de Tolkien dans la littérature de l’imaginaire aujourd’hui ?), mais c’est tout simplement un orateur hors pair. Tom Shippey nous a présenté trois auteurs, examinant pour chacun leur lien avec Tolkien : Stephen R. Donaldson (que j’ai ajouté à ma Pile A Lire), Michael Swanwick et George R.R. Martin. J’aurais beaucoup aimé avoir son avis sur Robin Hobb, qui est, à part Tolkien, l’auteure de l’imaginaire que j’admire le plus.

  • Enrico Spadaro. To the origins of fairy tales

Une étude du Conte des Contes de Giambattista Basile et de ses résonnantes sur Tolkien.

  • Anna Smol. Allegory and story : Tolkien’s typological patterns

Anna Smol explore le thème des motifs  chez Tolkien, et en particulier la façon dont des noms ou des personnages réapparaissent ici et là dans le légendaire, faisant voyager les personnages et les lecteurs à travers le temps.

Le directeur de la Cité internationale de la tapisserie nous a présenté le projet, en cours de réalisation, de tentures reproduisant des œuvres graphiques de Tolkien. Il a notamment retracé le processus de création, en expliquant dans des termes simples et clairs les détails techniques et l’histoire de cet artisanat – le tout en français, traduit en direct par Denis Bridoux.

  • Andrew Higgins. Four Brethren Heroes: the ‘Lit and Lang’ of Egalmoth, Ecthelion, Legolas and Glorfinder

Andrew Higgins a étudié quatre personnages de La Chute de Gondolin, se concentrant sur leur apparence dans les différentes versions de l’histoire et les occasions où ceux-ci refont surface dans des textes ultérieurs. Ecthelion, par exemple, était un soldat de Gondolin mais son nom est également donné au père de Denethor.

  • Ted Nasmith. Two realms: finished and unfinished business

Plusieurs artistes étaient invités à parler de leur travail, et j’étais déterminée à ne rater aucune de ces conférences ! Ted Nasmith fut le premier : il nous a montré ses derniers tableaux rattachés à l’univers de Tolkien, la plupart des commandes privées, mais aussi des illustrations pour une édition de luxe en deux volumes, illustrés et numérotés, du Trône de fer. Les 700 copies prévues par l’éditeur furent écoulées en prévente, avant même que les illustrations ne soient achevées, ce qui est bien un signe de la popularité de Ted Nasmith. C’était fascinant de voir combien ses illustrations pour G.R.R. Martin diffèrent de celles pour J.R.R. Tolkien. Dans les premières, ce sont les personnages et l’action qui sont au cœur de la représentation, tandis que le paysage prend plus d’importance dans les secondes. L’artiste a également bénéficié d’un dialogue constant avec l’écrivain lui-même qui lui donnait des consignes ou des conseils en cas de besoin.

C’est sur cette conférence que s’est achevée la première journée à Tolkien2019. Je suis restée admirative de la qualité de chaque présentation, et ravie de l’atmosphère de camaraderie dans l’hôtel. Certes, le bâtiment était un véritable labyrinthe, et ce premier jour je craignais constamment de m’égarer et qu’on me retrouve, des semaines plus tard, agrippant mon badge dans un couloir désert. Il y avait cependant assez de panneaux sur les murs pour rendre les déplacements plus sûrs. J’ai particulièrement apprécié la mise en garde aux portes de la salle de conférence principale.

Malgré l’emploi du temps déjà bien rempli, la soirée était également réservée à Tolkien. Tout le monde était convié à une pièce de théâtre, Feuille, de Niggle par la Puppet State Theatre Company. Je ne savais pas du tout à quoi m’attendre, mais cela s’est avéré être l’un des moments les plus émouvants de la semaine. Sur scène, entouré d’objets de famille, Richard Medrington a raconté à un public sous le charme l’histoire de Niggle, en la mêlant de souvenirs personnels. J’avais déjà lu l’histoire plusieurs fois, mais je l’ai redécouverte grâce à la voix douce de Richard Medrington, et je suis certaine de n’avoir pas été la seule émue aux larmes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.