Tolkien2019, a long-expected report – Day Two

Day Two started at 9.00 with a missed opportunity: one of the talks I was most excited about (“Clothing in Tolkien’s world and what we can see through its historical analysis” by Ester Torredelforth) was scheduled in one of the smaller rooms and when I arrived it was already full to the brim. I took my frustration upstairs to the Dealers’ Room where I found a pristine copy of one of the last books I needed to buy for my thesis: Tales from the Perilous Realm illustrated by Alan Lee, a beautiful HarperCollins volume with pencil drawings throughout, some of them full-page.

Then it was time for a first round of talks.

  • Maggie Percival. Aratalindalë: the making of a myth

Maggie is well-known in the Tolkien Society for her skill as a costume designer. Her talk was devoted to the set of costumes she created for the Aratar, the eight most powerful Valar. It was fascinating to see how she combined a thorough reading of the texts (some of which contradict each other) with a knowledge of what a costume conquest requires.

  • Panel: history of the Tolkien Society

I lazily didn’t take any notes during this panel as I thought it was recorded. Sadly there was a technical issue and the video is not available. If someone recorded it and share the video, it will probably appear on the Tolkien Guide’s website here.

  • Oronzo Cilli & Tom Shippey. Tolkien’s Library

Oronzo Cilli presented his (very applauded) book, just released, Tolkien’s Library. The questions that sparked it were: what did Tolkien read? Which books were on the shelves behind him in the photos of the author in his study? It was a daunting task to trace the books he owned, hence the different chapters in the book to reflect the degrees of certainty about a certain title.

  • William Fliss. Into the (Mid)West: the Tolkien collection

The only inconvenient with having so many great talks is that they often overlap, and I wished I had a time-turner to be able to attend all of them. To make life easier for me, I decided to let my PhD decide for me when I had such dilemmas. At lunchtime on Thursday, rather than a talk on Keats & Tolkien followed by one on the Ouroboros pattern in Tolkien’s legendarium, I opted for William Fliss’s presentation of the Tolkien collection at Marquette University. It was the perfect opportunity to understand precisely what this library owned and where to find each manuscript. Marquette owns the manuscripts for the 1937 Hobbit, Farmer Giles of Ham, The Lord of the Rings (more on that later) and Mr. Bliss. They also collect fandom material and scholarship and have several projects to classify them and enable research.

One of the biggest projects is to harmonize the library’s system of classification and Christopher Tolkien’s, regarding the Lord of the Rings manuscripts. Marquette owns more than 9000 pages that Christopher Tolkien worked on and arranged in the order he thought his father had written them. Marquette chose to classify them in the order of the books. To make research possible, they created a huge map (a copy of which was printed and visible outside the conference room) bringing together the two systems of classification. In horizontal is the Marquette classification, and in vertical are the different versions of a same chapter.

William Fliss, one of the archivists, then treated his audience to a few unpublished manuscripts, for instance one in which Tolkien wondered what would have happened if Sauron had recovered the Ring. The lips of all those present in the room are now sealed…

  • Michaela Schneider-Wettstein. The ‘fantastic’, the ‘marvellous’ and the Sublime in The Lord of the Rings. The Beauty of the Horrendous and the Eerie

Michaela Schneider-Wettstein’s talk was a welcome brief on the notions of “fantastic”, “marvellous” and “sublime”, reminding her audience concisely and precisely of the definitions of the notions and going through a few examples for each.

  • Panel: LOTR on Prime

This panel, which was recorded and is available on the Tolkien Society’s YouTube channel, astonished me by the ease with which the panellists talked about a sensitive subject on which very little was known. They covered their expectations and the pitfalls the Amazon TV series had to avoid, as well as their personal views on this new adaptation.

  • Alan Lee

And then it was time for the talk I was most looking forward to, given that I wrote my Master’s dissertation on Alan Lee’s illustrations for The Lord of the Rings and that he illustrated most of the books I am studying for my thesis. Alan Lee is a very modest and soft-spoken artist. I’ve had the honour and pleasure of interviewing him at the very beginning of my PhD, so I was delighted to hear him talk about artworks I had not seen before, for instance his illustrations for the splendid Folio Society edition of The Wanderer and Other Old-English Poems, or sketches for his upcoming Hobbit Sketchbook. Again, his talk is available on the Tolkien Society’s YouTube channel.

I particularly liked Alan Lee’s answer to Shaun Gunner asking him about the challenges he faced when illustrating Tolkien. Alan Lee explained that he missed the possibility to be disrespectful, more ironical or humorous. He felt he couldn’t go too far with touches of humour when illustrating Tolkien, in opposition with folk tales.

This talk was the last one I went to on Thursday, but again, it was not the end of the day. We were expected at 8 o’clock in the main conference room for a concert of the People’s Orchestra, who played for us classical and contemporary pieces, including two homages to Howard Shore (a Lord of the Rings medley and a Hobbit one). It was particularly moving to hear this music live as, some ten years ago, I had had tickets to hear Howard Shore’s music live, directed by the man himself, but the concert had been cancelled. In Birmingham, I had my revenge! Sadly I couldn’t stay for the whole concert as I needed some sleep before my own talk on the next morning.


Tolkien2019, un compte-rendu très attendu – Jour Deux

Le deuxième jour a commencé par un rendez-vous manqué : l’une des conférences qui m’intriguaient le plus (« Clothing in Tolkien’s world and what we can see through its historical analysis » par Ester Torredelforth) avait lieu dans une des petites salles, et à mon arrivée celle-ci était déjà pleine à craquer. J’ai emporté ma frustration dans la salle des Vendeurs où j’ai trouvé une copie en parfait état de l’un des derniers livres qui manquaient à ma bibliothèque : Tales from the Perilous Realm illustré par Alan Lee, un beau volume de chez HarperCollins orné de dessins au crayon, certains en pleine page.

Vint ensuite le temps pour une première série de conférences.

  • Maggie Percival. Aratalindalë: the making of a myth

Maggie est bien connue dans la Tolkien Society pour ses talents de créatrice de costumes. Sa communication concernait la série de costumes qu’elle a conçu pour les Aratar, les huit Valar les plus puissants. C’était passionnant d’apprendre comment elle avait combiné une lecture en profondeur des textes (dont certains se contredisaient selon les versions) et une connaissance des concours de costumes et de ce que cela implique en terme de conception.

  • Panel: history of the Tolkien Society

Les différents panels ont été filmés et sont disponibles sur la chaîne YouTube de la Tolkien Society.

Oronzo Cilli a présenté son livre tout juste paru et très applaudi, Tolkien’s Library. Les questions qui ont motivé ses recherches étaient multiples : qu’est-ce que Tolkien lisait ? Quels livres sont rangés sur les étagères à l’arrière-plan des photos du Professeur dans son bureau ? Ce fut une tâche ardue d’établir la liste des livres qu’il a possédés, d’où les différents chapitres du livre qui reflètent les degrés de certitude concernant tel ou tel titre.

  • William Fliss. Into the (Mid)West: the Tolkien collection

Le seul inconvénient à se voir proposer tant de conférences est qu’elles se chevauchaient souvent, et j’aurais aimé avoir un retourne-temps pour ne rien rater. Pour simplifier mes choix, j’ai laissé ma thèse décider pour moi quand un dilemme se profilait. A l’heure du déjeuner, le jeudi, j’ai ainsi délaissé une conférence sur Keats et Tolkien suivie d’une autre sur le motif de l’ouroboros dans le légendaire, au profit de la présentation par William Fliss de la collection Tolkien à l’université Marquette. C’était l’occasion parfaite de comprendre précisément ce que cette bibliothèque possédait et où trouver chaque manuscrit. Marquette possède les manuscrits du Hobbit de 1937, du Fermier Giles de Ham, du Seigneur des Anneaux et de Monsieur Merveille. Elle rassemble également un fond sur les fandoms et sur la littérature académique, et mène plusieurs projets pour les classer et permettre une recherche sur ces supports.

L’un des projets les plus importants concerne l’harmonisation du double système de classement entre la bibliothèque et Christopher Tolkien, à propos des manuscrits du Seigneur des Anneaux. Marquette possède plus de 9000 pages sur lesquelles Christopher Tolkien a travaillé et qu’il a rangées dans l’ordre supposé d’écriture. Marquette a choisi des les ranger plutôt dans l’ordre des chapitres du livre. Pour rendre une recherche possible, l’équipe a créé une immense carte (dont ils avaient apporté une copie, visible à l’extérieur de la salle de conférence) qui rassemble les deux systèmes de classement. A l’horizontale se trouve le classement Marquette, et à la verticale les différentes versions d’un même chapitre.

William Fliss, archiviste de Marquette, nous a ensuite dévoilé quelques manuscrits non publiés, par exemple un paragraphe dans lequel Tolkien se demande ce qui se serait passé si Sauron avait récupéré l’Anneau. Les lèvres de tous les membres du public sont désormais scellées…

  • Michaela Schneider-Wettstein. The ‘fantastic’, the ‘marvellous’ and the Sublime in The Lord of the Rings. The Beauty of the Horrendous and the Eerie

La conférence de Michaela Schneider-Wettstein fut un rappel bienvenu sur les notions de « fantastique », « merveilleux » et « sublime », leurs définitions et des exemples de chacune dans les textes de Tolkien.

  • Panel: LOTR on Prime

Ce panel, également filmé, m’a stupéfaite par l’aisance avec laquelle les intervenants parlait d’un sujet (sensible) sur lequel on ne sait presque rien. Ils sont revenus sur les attentes et les écueils qui menaçaient la future série Amazon, et nous ont donné leur avis sur cette adaptation.

  • Alan Lee

Vint ensuite l’heure de la conférence que j’attendais avec le plus d’enthousiasme, étant donné que j’ai écrit mon mémoire de Master sur les illustrations d’Alan Lee pour Le Seigneur des Anneaux et qu’il illustre un grand nombre des livres que j’étudie pour ma thèse.

Alan Lee est un artiste modeste, à la voix très douce. J’ai eu l’honneur et le plaisir de m’entretenir avec lui au tout début de ma thèse, donc j’étais ravie de l’entendre parler d’œuvres que je n’avais jamais vues, notamment ses illustrations pour la splendide édition Folio Society de The Wanderer and Other Old-English Poems, ou encore des croquis pour son Carnet de croquis du Hobbit, à paraître à l’automne. Une fois de plus, une vidéo de son intervention est disponible sur YouTube.

J’ai particulièrement aimé sa réponse lorsque Shaun Gunner lui a demandé quels défis il rencontrait en illustrant Tolkien. L’artiste a expliqué qu’il regrettait de ne pas pouvoir être plus irrévérencieux, ironique ou comique. Il sentait qu’il ne pouvait pas aller trop loin en plaçant des touches d’humour dans ses illustrations pour Tolkien, au contraire de celles pour des contes populaires. Cette conférence est la dernière à laquelle j’ai assisté le jeudi mais, une fois de plus, ce n’était pas la fin de la journée. A 20h dans la salle de conférence principale avait lieu un concert de The People’s Orchestra, qui a interprété pour nous des morceaux classiques et contemporains, dont deux hommages à Howard Shore (un medley Seigneur des Anneaux et un Hobbit). Cette soirée était particulièrement émouvante car une dizaine d’années plus tôt, j’avais eu des billets pour assister à un concert d’Howard Shore en personne, mais celui-ci avait été annulé. A Birmingham, j’ai eu ma revanche ! Malheureusement je n’ai pas pu rester tout du long : il me fallait une bonne nuit de sommeil avant ma propre conférence le lendemain matin.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.