Tolkien2019, a long-expected report – Day Four

After most of the stress had left me on Friday at 11.30 (see previous episode), I was finally enjoying myself immensely, but sadly it made time fly by. Saturday went by in a delightful rush of talks.

  • Tsvetelina Krumova. Ten Years of Books in Tengwar

Tsvetelina Krumovais an artist calligrapher (whose work you can see on her website) recreating books in Tengwar. She explained her approach and shared her thoughts on calligraphy.

  • Denis Bridoux. Taniquetil: a tale of two cities

Last year at Oxonmoot, I had been amazed at Denis Bridoux’s thorough study of a photograph taken while Tolkien was on holiday in the Alps. I was expecting a minute study in this talk, and I was not disappointed. Denis Bridoux focused on Tolkien’s famous watercolour of Taniquetil (one of the designs chosen for the “Aubusson tisse Tolkien” project), and especially on the foot of the mountain where tiny buildings can be spotted. Working with enlargements of the picture, Denis tried to identify the city in question: Tirion or Alqualondë? The level of detail in Denis’s study was, once again, awe-inspiring.

  • Murray Smith. Blessed Trees? The White Tree of Gondor and the Royal Oak compared and contrasted

Murray Smith embarked on a history of the Trees of Gondor and of the Royal Oak (which I was happy to discover as I had never heard about it). Sadly he didn’t have time to analyse at length the relations between the two trees, so I hope the proceedings will shed more light on the subject.

  • Nils Ivar Agøy. The Dim Echo of the Catcher

In this talk, Nils Ivar Agøy studied the possible influence of a mysterious Celtic god, discovered when a temple dedicated to him was excavated in Gloucestershire in the 1930’s, on Tolkien and specifically on the figure of the “huntsman” or “hunter” feared by the Elves in the wake of their awakening.

  • Laura Iseut Lafrance St-Martin. “On Fairy-Stories” or the birth of Tolkien’s semiotic theory

Laura Iseut Lafrance St-Martin explained how, by introducing his semiotic theory, Tolkien told about the importance of fairy-stories. Tolkien refused to comment his own texts so as not to orient the readers’ interpretation, which is close to a semiotic approach.

This talk, to Wayne Hammond’s admission, could have been entitled” Tolkien’s publishers and their author”. He went through the history of Tolkien’s publication through the lens of Tolkien’s relations with his publishers. Just like his wife Christina Scull, Wayne Hammond was a joy to hear. He made a scholarly talk very enjoyable, detailing Tolkien’s niggling attention to book design.

  • Panel: illustrating Tolkien

Another highlight of Tolkien2019 was the panel led by Shaun Gunner, gathering together Alan Lee, Anke EISSMAN, Jenny Dolfen, Ted Nasmith and Jay Johnstone. Shaun Gunner was the perfect host, alternating between tongue-in-cheek questions and more serious ones. A recording is available on the Tolkien Society’s YouTube channel.

  • Aurélie Bremont. Of magic, Green elves and the battle of good vs. evil: “We should look at green again”.

Aurélie Bremont started her talk with a quick but thorough recap on the history of the colour green in art and literature, following the work of Michel Pastoureau. She then contrasted the medieval notion of the forest as a wilderness with Tolkien’s texts, in which forests are often scary at first but the protagonists often meet benevolent characters in them. The last part of Aurélie Bremont’s talk was devoted to the Green Elves, a group that stands at the border between light and darkness.

Day four ended with the long-expected Masquerade, in which we discovered several gods, elves and unexpected creatures. While the jury deliberated, a female choir interpreted beautiful songs and a comic made the audience roar with laughter thanks to his embodiement of Tolkien trying to write The Silmarillion in the style of The Hobbit (probably my favourite part of a very enjoyable evening!).


Tolkien2019, un compte-rendu très attendu – Jour Quatre

Après que l’inquiétude m’a quittée la veille à 11h30 (voir l’épisode précédent), j’ai vraiment profité pleinement de la convention, mais malheureusement cela a fait filer le temps à toute allure. Le samedi s’est passé dans une délicieuse frénésie de conférences.

  • Tsvetelina Krumova. Ten Years of Books in Tengwar

Tsvetelina Krumova est une artiste calligraphe (dont vous pouvez admirer le travail sur son site) qui recrée des livres de Tolkien en Tengwar. Elle a expliqué son approche et a partagé sa vision de la calligraphie.

  • Denis Bridoux. Taniquetil: a tale of two cities

L’an dernier à Oxonmoot, j’avais été marquée par l’étude minutieuse de Denis Bridoux, qui s’était intéressé à une photo prise lors d’un séjour de Tolkien dans les Alpes. Je m’attendais à un regard tout aussi minutieux sur son sujet de cette année, et je n’ai pas été déçue. Denis Bridoux s’est penché sur une aquarelle bien connue de Tolkien, Taniquetil (une de celles choisies pour le projet « Aubusson tisse Tolkien »), et en particulier l’espace au pied de la montagne, où l’on distingue de minuscules bâtiments. En travaillant à partir d’agrandissements, Denis a essayé d’identifier la ville en question : Tirion ou Alqualondë ? Le niveau de détail dans son étude a été, une fois de plus, impressionnant.

  • Murray Smith. Blessed Trees? The White Tree of Gondor and the Royal Oak compared and contrasted

Murray Smith s’est lancé dans une histoire des arbres du Gondor et du Chêne Royal d’Angleterre (que j’ai été heureuse de découvrir, car je n’en avais jamais entendu parler). Malheureusement, il n’a pas eu le temps de s’attarder sur une comparaison des deux arbres ; j’espère que la publication des actes de la conférence permettra d’éclairer ce sujet.

  • Nils Ivar Agøy. The Dim Echo of the Catcher

Dans cette intervention, Nils Ivar Agøy a étudié les influences possibles d’un mystérieux dieu celte, découvert quand un temple à son culte fut mis au jour dans le Gloucestershire dans les années 1930, sur Tolkien et notamment sur la figure du chasseur craint par les Elfes après leur éveil.

  • Laura Iseut Lafrance St-Martin. “On Fairy-Stories” or the birth of Tolkien’s semiotic theory

Laura Iseut Lafrance St-Martin a expliqué comment, en introduisant une théorie sémiotique, Tolkien parle de l’importance des contes de fées. L’auteur refusait de commenter ses propres textes pour ne pas orienter l’interprétation de ses lecteurs, ce qui relève d’une approche sémiotique.

Cette conférence, de l’aveu de Wayne Hammond, aurait pu s’intituler « Les éditeurs de Tolkien et leur auteur ». Il a retracé l’histoire éditoriale de Tolkien à travers le filtre des relations de l’auteur avec ses éditeurs. Comme son épouse Christina Scull, c’était un plaisir d’écouter Wayne Hammond. Il a rendu un sujet pointu très agréable, s’attardant sur l’attention tatillonne de Tolkien à la conception de ses livres.

  • Panel: illustrating Tolkien

Un autre moment-clé de Tolkien2019 a été le panel mené par Shaun Gunner, rassemblant Alan Lee, Anke Eissmann, Jenny Dolfen, Ted Nasmith et Jay Johnstone. Shaun Gunner a été l’hôte parfait, alternant les questions malicieuses et les plus sérieuses. Une vidéo du panel est disponible sur la chaîne YouTube de la Tolkien Society.

  • Aurélie Bremont. Of magic, Green elves and the battle of good vs. evil: “We should look at green again”.

Aurélie Bremont a commencé sa conférence avec un récapitulatif court mais détaillé de l’histoire de la couleur verte dans les arts et la literature, d’après les travaux de Michel Pastoureau. Elle a ensuite souligné le contraste entre la notion médiévale de forêt (un espace de danger et d’aventures) avec la conception qu’en a Tolkien : les forêts sont souvent effrayantes dans un premier temps, mais les protagonistes y rencontrent des personnages bienveillants. La dernière partie de l’intervention d’Aurélie Bremont a été consacrée aux Elfes Verts, un groupe qui se tient à la frontière entre lumière et obscurité.

Le quatrième jour s’est terminé avec un concours de costumes très attendu, où l’on a découvert plusieurs dieux, des elfes et des créatures… inattendues. Pendant que le jury délibérait, un chœur féminin a interprété de très belles chansons et un comique a fait rire toute la salle en imaginant Tolkien essayant d’écrire Le Silmarillion dans le style du Hobbit (peut-être mon moment préféré d’une soirée très réussie !).

Un voisin fort sympathique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.