Tolkien2019, a long-expected report – Day Five

Even the best things have to end, and it was finally time for a last morning of conferences. I treated myself to a workshop in the first part of the morning, because talks on Tolkien and politics or religion, though interesting, would not help directly my thesis, before the last two talks.

  • Renée Vink. Tolkien’s Devil(s), the Biblical Satan and the Fall

Renée Vink based her talk on an etymological reminder that “Lucifer” means both “light bearer” and “morning star”, and that Tolkien used the Old English term for “morning star” to coin the name of Eärendil who is literally a light-bearer. On the contrary, Morgoth, who could be inspired by Lucifer as the fallen angel, buries light in his fortress.

  • Dimitra Fimi. Tolkien, folklore and foxes: a thoroughly vulpine talk in which there may be singing!

Dimitra Fimi’s talk could not have been better suited to the last conference of Tolkien2019. It was joyful, very well-researched without being obscure, and simply fascinating. Starting with Sam’s Troll song, which Tolkien advised to sing along the tune of “The Fow Went Out”, Dimitra Fimi made the whole (full) room sing with her, including a song in Middle-English, and Tolkien’s retelling of Beowulf as a traditional ballad to sing along the same tune. Which led to several dozens of people chanting “Heorot, Heorot”, and singing about dead bodies in the most joyful manner. Dimitra Fimi concluded with the much-discussed extract of The Lord of the Rings in which the reader briefly shares a fox’s thought, to conclude that this animal works as a meeting point between Middle-earth and Primary-world folklore.

I had to escape before the closing ceremony to catch a train (which turned out to be cancelled, leading to a real odyssey). I took with me my very heavy luggage (weighed down by a few purchases, but nothing extravagant), a heart full, and a renewed determination to do justice to Tolkien’s texts and to share the works of his illustrators.

The leafy view from a hobbit-appropriate AirBnb – no round door but lots of comfort.

Tolkien2019, un compte-rendu très attendu – Jour  Cinq

Même les meilleures choses ont une fin, et la dernière matinée de conférences est finalement arrivée. Je me suis fait le cadeau d’un atelier en début de matinée, parce que les interventions sur Tolkien et la politique ou Tolkien et la religion, bien que très intéressantes, n’allaient pas m’aider beaucoup pour ma thèse. J’ai ensuite suivi les deux dernières conférences.

  • Renée Vink. Tolkien’s Devil(s), the Biblical Satan and the Fall

Renée Vink a fondé son intervention sur l’étymologie de Lucifer, qui signifie à la fois « porteur de lumière » et « étoile du matin », et sur le fait que Tolkien a utilisé le terme Vieil-Anglais signifiant « étoile du matin » pour inventer le nom d’Eärendil, qui est littéralement un porteur de lumière. Au contraire, Morgoth, qui pourrait être inspiré de Lucifer l’ange déchu, dissimule la lumière au sein de sa forteresse.

  • Dimitra Fimi. Tolkien, folklore and foxes: a thoroughly vulpine talk in which there may be singing!

La conférence de Dimitra Fimi n’aurait pas pu être plus adaptée à la dernière intervention de Tolkien2019. Elle était joyeuse, très bien documentée sans être obscure, et tout simplement fascinante. En commençant avec la chanson du Troll écrite par Sam, que Tolkien conseillait de chanter sur l’air de « The Fox Went Out », Dimitra Fimi a fait chanter toute la salle (pleine à craquer) avec elle, avant de passer à une chanson en Moyen Anglais puis à la réécriture par Tolkien de Beowulf comme une balade traditionnelle. Ce qui nous a mené à une situation pour le moins étrange : des dizaines de personnes scandant à tue-tête « Heorot, Heorot » et chantant avec entrain des descriptions de cadavres et de combats féroces. Dimitra Fimi a poursuivi son étude par le passage très discuté du Seigneur des Anneaux dans lequel les lecteurs partagent brièvement les pensées d’un renard, avant de conclure que cet animal sert de point de rencontre entre la Terre du Milieu et le folklore du Monde Primaire.

Il m’a fallu m’échapper avant la cérémonie de clôture pour attraper mon train (qui s’est avéré être annulé, et n’être que la première embûche d’une longue série sur le trajet du retour). J’ai emporté avec moi des bagages alourdis par quelques achats (mais rien d’extravagant), un cœur rempli de camaraderie, et une détermination renouvelée à rendre justice aux textes de Tolkien et à partager et étudier le travail de ses illustrateurs.

La vue depuis un AirBnb digne d’un Hobbit – pas de porte ronde, mais tout le confort possible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.