An update on public speaking

Things seem to have accelerated in the past weeks. This summer I gave my very first conference as a PhD student, and in the past month I’ve given two more, in wildly different contexts. Each time was an occasion to learn I am grateful for.

In my hometown, I am a regular client of an independent bookshop where the booksellers are, I’m sure, semi-gods. It is there I’ve discovered Robin Hobb, and there I have been holding writing workshops for eight years. They have seen me grow and dive into Tolkien at the time of my Masters in contemporary Art history. This summer, after a writing workshop, one of the booksellers dropped the idea that, to celebrate the BnF exhibition, I would be welcome to deliver a Tolkien conference. Needless to say, I agreed.

When I arrived on the evening of my talk, I had another proof of the attraction of the magic name, Tolkien: some fifty persons were there, both long-time fans and enthusiastic novices. My nervousness grew significantly, but though my voice was trembling at first, I managed to speak for more than an hour with barely a glance at my notes now and then (an unexpected miracle). Considering the diverse audience, I kept my talk quite general, going over the major events of Tolkien’s life and, as is my specialty, a presentation of the different illustrated editions of his works (yes, I had brought a suitcase, which was even a little heavier when I left thanks to the brand new Dictionnaire Tolkien I was gifted by the booksellers).

Contrary to the bookshop’s habits, my talk was not followed by a signing session (though a kind lady told me “Next time, I’ll come to have my book signed”), but by friendly chats with people I’d never met before who said they were going to give Tolkien another chance.

Three weeks later, I found myself in the corridors of the ENS, a prestigious Parisian institution, for a very specialised seminar on text and image whose theme this year is “transfers, exchanges, circulations”. I had prepared a talk entitled (in French), “The circulation of visual motifs in illustrations for Middle-earth narratives: an echo of textual mobility”. As the aim of the seminar is to open discussion between scholars, I introduced in my talk a large number of case studies in order to spark comments and remarks and to help me in my research.

As it turned out, on this day of unexpected strike in public transports, my audience was composed of five people, including the organiser of the seminar and the speaker scheduled just after me. Yet the conversation at the end was as enriching as I was hoping, and I came out with a few leads to follow and advice to consider.

Next time I’m speaking in public will be quite special, as I’m invited by the BnF to interview Alan Lee on 12 December. If you have any question you’re desperate to ask him, I may have an opportunity for you in this article:


Des nouvelles : prises de parole en public

Les choses se sont accélérées ces dernières semaines. Cet été, j’ai donné ma toute première conférence en tant que doctorante, et au cours du mois dernier j’en ai donné deux autres, dans des contextes qui auraient difficilement pu être plus différents, mais qui m’ont permis d’apprendre.

Dans la ville où j’habite, je suis une cliente régulière d’une librairie indépendante dont les employés sont, j’en suis sûre, des demi-dieux. C’est là que j’ai découvert Robin Hobb et que j’organise des ateliers d’écriture depuis huit ans. Ils m’ont vue grandir et plonger la tête la première dans le monde de Tolkien au moment de mon Master en Histoire de l’Art contemporain. Cet été, après l’un de ces ateliers d’écriture, un des libraires a suggéré, pour célébrer l’exposition de la BnF, qu’une conférence sur Tolkien serait la bienvenue. J’ai bien sûr accepté.

Le soir de mon intervention, j’ai eu une nouvelle preuve de l’attraction du nom magique de Tolkien : une cinquantaine de personnes s’étaient inscrites, à la fois des amateurs de longue date et des novices. Ma nervosité a grimpé en flèche, mais bien que ma voix ait tremblé pendant les premières minutes, j’ai réussi à parler plus d’une heure en regardant à peine mes notes (un miracle inattendu). Etant donné la variété du public, je m’en suis tenue à des informations assez générales, couvrant les évènements majeurs de la vie de Tolkien et, comme c’est ma spécialité, une présentation des éditions illustrées de ses textes (oui, j’avais apporté une valise, et elle s’est alourdie du tout nouveau Dictionnaire Tolkien que les libraires m’ont offert).

Contrairement aux habitudes de la librairie, ma conférence ne s’est pas achevée par une séance de dédicace (même si une auditrice adorable m’a dit que la prochaine fois, elle viendrait pour une signature), mais par des discussions amicales avec de parfaits inconnus qui avaient l’intention de redonner une chance à Tolkien.

Trois semaines plus tard, je me suis trouvée dans les couloirs de l’ENS pour un séminaire très spécialisé sur le texte et l’image, dont le thème cette année est « transferts, échanges, circulations ». J’avais préparé une communication intitulée : « La circulation des motifs visuels dans les illustrations des récits de la Terre du Milieu : un écho de la mobilité des textes ». Etant donné que le but du séminaire est d’ouvrir la discussion entre les chercheurs, j’ai introduit dans ma présentation un grand nombre de cas différents afin de susciter les commentaires et les remarques, et de m’aider dans mes recherches.

Finalement, du fait d’une grève inattendue des transports en commun, mon public fut composé de cinq personnes, dont l’organisatrice du séminaire et l’intervenant qui parlerait après moi. Pourtant la conversation à la fin fut aussi enrichissante que je l’espérais, et je glanai des conseils et des pistes à explorer.

La prochaine fois que je m’exprimerai en public sera très particulière, car je suis invitée par la BnF à m’entretenir avec Alan Lee le 12 décembre prochain. Si vous avez une question que vous brûlez de lui poser, j’ai peut-être une solution pour vous dans cet article (déroulez l’article pour la version en français) :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.