Middle-earth in Paris

From October 22 to February 16, a portal to Middle-earth is set up along the Seine. The BnF – French national Library – is hosting one of the largest exhibitions about Tolkien ever. It is the first time this institution celebrates a foreign writer, and, as its director told the first lucky visitors (among which I was), they didn’t choose Shakespeare, Goethe, Dante or Cervantes. They chose Tolkien.

The inevitable photo of the entrance to Middle-earth

The BnF collaborated with the Bodleian Library in Oxford, where a small but beautiful Tolkien exhibition was held last year (read my review here), covering some 200 square meters. In Paris, “Tolkien, Voyage en Terre du Milieu” covers 1000 square meters, taking the visitors on a breathtaking tour of Middle-earth and beyond, guided by Tolkien’s creative mind.

The Elven realms

The first – and larger – part of the exhibition is a walk from Hobbiton to Mordor, in which travellers are given a once-in-a-lifetime opportunity to pore over Tolkien’s manuscripts, both his texts and his drawings. The scope of the exhibition means that some manuscripts are presented side-by-side for the first time: in the 1950’s, Tolkien sold his Lord of the Rings manuscripts to an American librarian, so that today his works are kept in part at the Marquette University Libraries in the USA and in part at the Bodleian in England. For instance, though most of the Lord of the Rings-related material is in the USA, it is the first time that the different versions of the Book of Mazarbul are displayed side-by-side.

In addition to Tolkien’s works, the BnF created its own exhibition, different from the versions presented in Oxford and then in New York, by adding “contextualisation pieces”: objects and manuscripts which might have inspired Tolkien or which enrich the perspective on his creation. Maps of the Shire, for instance, are shown alongside old maps of the English countryside. A careful selection of stunning medieval manuscripts and weapons are placed next to Gondorian manuscripts. Last but certainly not least, four of the Aubusson tapestries scan the itinerary.

A lot of iconic pieces are hidden in this picture…

After this trek through Middle-earth, visitors are invited to go back to Oxford and to meet Tolkien – the Professor, father and man of his time. Beyond his most famous publications, the exhibition highlights all the other facets of his work, including his academic endeavours and the stories he wrote and illustrated for his children.

The BnF did a great job of enlarging some illustrations to grace the walls.

To give you an idea of the size of the exhibition, I spent two and a half hours on my first visit but had to rush in the last two rooms. It is well worth planning two trips not to feel overwhelmed. I know I will come back several times.

One of my favourite rooms, straight from Oxford’s Bodleian.

Note: I was kindly invited by Tolkien Guide, may his beard grow ever longer, to a special evening when photos were allowed, but please note that they are not permitted in the exhibition.


La Terre du Milieu à Paris

Du 22 octobre au 16 février, un portail vers la Terre du Milieu est installé au bord de la Seine. La BnF accueille l’une des plus grandes expositions jamais consacrées à Tolkien. C’est la première fois que cette institution célèbre un auteur étranger et, comme l’a souligné son directeur aux premiers visiteurs chanceux (dont je faisais partie), ils n’ont pas choisi Shakespeare, Goethe, Dante ni Cervantes. Ils ont choisi Tolkien.

La BnF a collaboré pour cela avec la bibliothèque bodléienne d’Oxford, où une petite mais très belle exposition s’est tenue l’an dernier (j’en parlais ici), sur quelque 200 m2. A Paris, « Tolkien : Voyage en Terre du Milieu » couvre 1000 m2, emmenant les visiteurs dans un voyage époustouflant en Terre du Milieu et au-delà, guidés par l’esprit créatif de Tolkien.

La première (et la plus grande partie) de l’exposition est une promenade de Hobbiteville au Mordor, au cours de laquelle on offre aux visiteurs l’occasion unique de contempler les manuscrits originaux de Tolkien, à la fois ses textes et ses dessins. L’ampleur de l’exposition permet de présenter pour la première fois des manuscrits côte à côte : dans les années 1950, Tolkien a vendu ses manuscrits du Seigneur des Anneaux à un bibliothécaire américain, de telle sorte qu’aujourd’hui, ses travaux sont conservés en partie à l’université Marquette (Etats-Unis) et en partie à la bibliothèque bodléienne (Angleterre). Par exemple, bien que la plupart des feuillets consacrés au Seigneur des Anneaux soient aux Etats-Unis, c’est la première fois que les différentes versions du Livre de Mazarbul sont exposées ensemble.

Outre les travaux de Tolkien, la BnF a créé sa propre exposition, différente des versions proposées à Oxford puis à New York, en ajoutant des « pièces de contextualisation » : des objets et des manuscrits qui auraient pu inspirer Tolkien ou qui enrichissent la perspective sur sa création. Les cartes du Comté, par exemple, sont présentées en regard de cartes anciennes de la campagne anglaise. Une sélection soigneuse de superbes manuscrits médiévaux et d’armes de diverses époques accompagnent des manuscrits du Gondor. Enfin, mais non des moindres, quatre tapisseries d’Aubusson scandent le parcours.

Après cette randonnée en Terre du Milieu, les visiteurs sont invités à revenir à Oxford et à rencontrer Tolkien : le professeur, le père et l’homme de son temps. Au-delà de ses publications les plus célèbres, l’exposition met en lumière les autres facettes de son travail, notamment ses recherches universitaires et les histoires qu’il écrivait et illustrait pour ses enfants.

Pour vous donner une idée de la taille de l’exposition, j’y ai passé deux heures et demie lors de ma première visite mais j’ai dû me dépêcher dans les deux dernières salles. Je vous conseille vivement de prévoir deux voyages pour ne pas être submergés. Personnellement, j’y retournerai plusieurs fois.

Note : j’ai été invitée, grâce à TolkienGuide, puisse sa barbe toujours s’allonger, à une soirée spéciale au cours de laquelle les photos étaient autorisées, mais notez bien qu’elles sont désormais interdites dans l’exposition.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.