Tolkien in books: the BnF exhibition catalogues

To accompany the Tolkien exhibition, the French national Library (BnF) has published not just one, but two catalogues: a “black” version, the most complete, and a “white” version, with fewer pages.

The “black” catalogue, even if it doesn’t reproduce all the artworks featuring in the exhibition, is a beautiful companion to it. Many images are full-page, and a large part of Tolkien’s manuscripts and graphic works displayed in Paris are shown. Each section comes with a selection of pieces of contextualisation that characterize the Parisian exhibition from the Oxford and New York ones.

A few Tolkien manuscripts not exhibited in the BNF also feature in the catalogue. For instance, the four Aubusson tapestries visible in Paris are not reproduced, but a double spread is dedicated to Mithrim, a watercolour from 1927 whose woven reproduction graces the last room of “Tolkien : Voyage en Terre du Milieu”.

A few pages at the end of the catalogue offer a complete list of the works displayed in the exhibition but not reproduced in the book, with their full information (a idea all the more appealing that I spent several hours at the BnF putting together a list of the works shown, trying not to make a mistake or forget something).

The articles in the first part of the book focus mostly on the creation of Middle-earth, which represents two thirds of the exhibition and means that this book is very complementary to the Boldeian exhibition catalogue.

Both catalogues (the English and the “black” ones) explore the themes of languages (by Carl F. Hostetter and Damien Bador respectively) and Tolkien’s graphic art (Wayne G. Hammond and Christina Scull in English, Pierre Sérié in French), with biographical landmarks (by Catherine McIlwaine and Leo Carruthers). 

To those, the English catalogue adds articles about the Inklings (by John Garth), the idea of Faerie (by Verlyn Flieger) and Tolkien’s interest in Northern culture (by Tom Shippey). 

On the French side, Catherine McIlwaine offers an article that is essential to understand how the Tolkien archives are kept between Oxford and Milwaukee. Articles by Michaël Devaux (on The Silmarillion), Frédéric Manfrin (on the notion of subcreation), Isabelle Pantin (about creating a complete world) and Anne Rochebouet (about peoples) enable the reader to dive into the creation of the Secondary World.

Though it lends itself to less details, the matte paper of the French catalogue makes the book extremely pleasant to read and peruse.

The “white” version of the catalogue opens with the same preface from Laurence Engel, president of the French national Library, as in the “black” catalogue. A few photographs sketch Tolkien’s life from his childhood to his student years and family life. Only one article is reproduced here, by Frédéric Manfrin on the concept of subcreation. The largest part of this volume follows the same itinerary across Middle-earth as the exhibition. Each section is introduced by the texts visible in the rooms, which also feature in the “black” version of the catalogue. There is a necessarily reduced selection of artworks and manuscripts, but like in its reading companion, the matte paper and quality of the reproductions make it a beautiful book.

Francophone readers will find a very detailed review by Vivien Stocker here: https://www.tolkiendil.com/tolkien/sur-tolkien/tolkien_voyage_terre_du_milieu

Catalogue noir de l'exposition "Tolkien : Voyage en Terre du Milieu" à la BnF.

Tolkien en livres : les catalogues d’exposition de la BnF

La BnF publie pour l’exposition Tolkien non pas un, mais deux catalogues : une version « noire », la plus complète, et une version « blanche », moins épaisse.

Le catalogue “noir”, même s’il ne reproduit pas toutes les œuvres présentées dans l’exposition, en est un superbe compagnon. Il reproduit en grand format, souvent pleine page, une grande partie des manuscrits et dessins de Tolkien, tout en sélectionnant pour chaque section quelques œuvres de contextualisation qui font la spécificité de l’exposition parisienne par rapport aux expositions d’Oxford et de New York. Certains manuscrits de Tolkien qui ne sont pas présentés dans l’exposition figurent en outre dans le catalogue. Par exemple, les quatre tapisseries d’Aubusson présentées à Paris ne sont pas reproduites dans l’ouvrage, mais on trouve une double page consacrée à l’aquarelle Mithrim de 1927 dont la reproduction tissée orne la dernière salle de l’exposition.

Quelques pages à la fin offrent une liste complète des œuvres figurant dans l’exposition mais non reproduites dans le livre, avec leur cartel complet (une idée qui me séduit d’autant plus que j’ai passé un certain nombre d’heures dans l’exposition à dresser la liste des pièces exposées, en craignant toujours une erreur ou un oubli).

Les articles de la première moitié de l’ouvrage mettent en valeur essentiellement la création de la Terre du Milieu, qui occupe les deux tiers de l’exposition, ce qui en fait un excellent compagnon du catalogue de la Bodleian.

Les deux catalogues (l’anglais et la version “noire”) explorent les thèmes des langues (par Carl F. Hostetter et Damien Bador respectivement) et de l’art graphique de Tolkien (Wayne G. Hammond et Christina Scull en anglais, Pierre Sérié en français), avec des repères biographiques (par Catherine McIlwaine et Leo Carruthers).

A ceux-ci le catalogue anglais ajoute des articles sur les Inklings (par John Garth), la notion de Faërie (par Verlyn Flieger) et le goût de Tolkien pour les civilisations du « Nord » (par Tom Shippey).

Côté français, Catherine McIlwaine propose un article indispensable pour comprendre la répartition des archives Tolkien entre Oxford et Milwaukee. Les articles de Michaël Devaux (sur le Silmarillion), Frédéric Manfrin (sur la notion de subcréation), Isabelle Pantin (sur la création d’un monde complet) et Anne Rochebouet (sur les peuples) permettent quant à eux de plonger dans la création du Monde Secondaire.

Le papier mat du catalogue, s’il permet moins de finesse que le papier glacé du catalogue anglais, rend le volume extrêmement plaisant à lire et compulser.

La version “blanche” s’ouvre avec la même préface de Laurence Engel, présidente de la BnF, que le catalogue “noir”. Quelques photographies esquissent la vie de Tolkien depuis son enfance, en passant par ses années d’étude et sa vie de famille. Un seul article est reproduit, celui de Frédéric Manfrin consacré à la subcréation. La plus grande partie de cet ouvrage reprend le cheminement en Terre du Milieu proposé par l’exposition, introduisant chaque section avec les panneaux que l’on peut lire dans les salles et qui figurent également dans la version “noire” du catalogue. La sélection d’œuvres est nécessairement plus réduite mais, comme son compagnon de lecture, le papier mat et les belles reproductions (certaines plus grandes que la version “noire”) en font un bel ouvrage. 

Je vous invite également à consulter l’avis très complet de Vivien Stocker disponible ici : https://www.tolkiendil.com/tolkien/sur-tolkien/tolkien_voyage_terre_du_milieu


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.