My modest – but growing – Tolkien collection

Gazing at other people’s bookshelves is a rather popular pastime among Tolkien fans, so I thought I’d take you on a very short tour of my collection.

My Tolkien books are scattered on three different shelves. I have my source material above my desk for daily use – Tolkien’s books, with or without illustrations. Art books and catalogues are kept on a separate bookshelf, and miscellaneous books, namely a few essays and editions of the books I no longer use are out of dust-reach.

Shelf 1: mostly primary sources

Note on the second shelf: yes, I own a few books by David Day (all second-hand copies). I am well-aware of the problems they come with, but I bought them for the original Alan Lee illustrations inside.

Shelf 2: mostly art books

Growing up I had a simple three-volume paperback edition of Le Seigneur des Anneaux and Le Hobbit (The Lord of the Rings and The Hobbit in French), all without illustrations, as well as my grandfather’s copy of The Silmarillion in French whenever I visited him (I’ve borrowed it from him now to have it on hand). For reasons I don’t know since no one except me reads English in my family, there was also an English edition of The Hobbit with Tolkien’s illustrations (Unwin Paperbacks, 1979).

Shelf 3: essays, books in French and editions I no longer use.

In 2012, before starting any Tolkien-related studies, I bought an English, paperback, one-volume edition of LotR to bring on a two-week holiday. It was my first time reading it in English and I knew this edition was likely to get a bit battered in the journey and during a few sessions of reading on the beach. This paperback survived and did the job (it’s the one with the bright red cover in the third picture). It was the one I used when, in 2015, I started my Master’s dissertation on Alan Lee’s illustrations for the Centenary edition of LotR. The new French translation was in the process of being published at that time, with Alan Lee’s illustrations, so I bought them as they came out and used them for picture reference (and quotes in French). With the beginning of my PhD focusing on British & American illustrated editions of Tolkien’s Middle-earth books, I suddenly had a lot more books to study. It was much easier to have them on hand, so I started to buy them second-hand. That was how I acquired very nice copies of Ted Nasmith’s HarperCollins Silmarillion (I have two blog posts about it, here and here), Francis Mosley’s Folio Society Silmarillion (find out more about this one here), Alan Lee’s The Children of Húrin, Tales from the Perilous Realm, and Jemima Catlin’s Hobbit. My copies of Michael Hague’s Hobbit and Eric Fraser’s Hobbit and Fellowship of the Ring are a lot more used, but they were too expensive or hard to find for my student’s budget to buy new.

I only bought a couple of these books new: Le Hobbit (new French translation), Beren and Lúthien and The Fall of Gondolin illustrated by Alan Lee (as they came out).

As I write, I’ve just received in the mail a (second-hand) copy of David Wyatt’s Hobbit.

One edition I’m looking forward to is HarperCollins’ 40th Anniversary edition of Tolkien’s Unfinished Tales of Númenor and Middle-Earth illustrated by no less than 3 artists: Alan Lee, John Howe and Ted Nasmith. As my corpus is concerned with interior illustrations, I was frustrated not to be able to bring John Howe into my thesis, since he has mostly done covers and his pop-up Hobbit is hard to find for an affordable price. I still haven’t decided if the cuts in the text justify my leaving this last one out, because then I would have to consider David Wenzel’s comic-book Hobbit as well and my corpus would be out of control. A nice addition to my shelves would be Douglas Anderson’s Annotated Hobbit. I took all the notes I could when I perused it in a university library, but nothing replaces a physical copy, especially for such a rich, illustration-packed book.


Ma modeste collection Tolkien – en cours

Admirer les bibliothèques d’autres personnes est un passe-temps assez populaire chez les fans de Tolkien, donc je me suis dit que j’allais vous emmener faire le tour de mes étagères.

Mes livres concernant Tolkien sont répartis sur trois étagères différentes. Mes sources primaires sont au-dessus de mon bureau, pour un usage quotidien : ce sont les livres écrits par Tolkien, avec ou sans illustrations. Les livres d’art et catalogues d’exposition sont sur une autre étagère, et les livres divers, surtout quelques essais et des éditions que je n’utilise plus, sont hors de portée de la poussière.

Note sur ma deuxième étagère : oui, je possède plusieurs livres de David Day (tous achetés d’occasion). Je suis consciente des problèmes que pose cet auteur, mais je les ai achetés pour les illustrations originales d’Alan Lee.

En grandissant, j’avais une édition en trois volumes du Seigneur des Anneaux et Le Hobbit, en français (traduction de Francis Ledoux), sans illustrations, ainsi que la copie du Silmarillion de mon grand-père quand j’allais le voir (je lui ai désormais empruntée pour l’avoir sous la main). Pour des raisons que je n’explique pas, puisque je suis la seule à lire l’anglais dans ma famille, il y avait aussi une édition du Hobbit en anglais avec les illustrations de Tolkien (Unwin Paperbacks, 1979).

En 2012, avant de commencer toute étude en rapport avec Tolkien, j’ai acheté une édition de poche en anglais, en un volume, du Seigneur des Anneaux pour emmener avec moi pendant deux semaines de vacances. C’était la première fois que je le lisais en anglais et je savais que cette édition aurait la vie dure, entre le voyage et quelques sessions de lecture sur la plage. Elle a survécu et rempli son office (c’est celle avec la couverture rouge vif sur la troisième étagère). C’est la même que j’ai utilisée quand, en 2015, j’ai commencé mon mémoire de Master sur les éditions d’Alan Lee pour l’édition du Centenaire du Seigneur des Anneaux. La nouvelle traduction française était en cours de publication à ce moment-là, avec les illustrations d’Alan Lee, donc j’ai acheté les trois volumes au fur et à mesure de leur sortie, et ce sont eux que j’ai utilisé pour les images (et les citations en français). Avec le commencement de ma thèse sur les éditions illustrées anglophones des livres de la Terre du Milieu par J.R.R. Tolkien, j’ai soudain eu beaucoup plus de livres à étudier. C’était bien plus facile de les avoir sous la main, donc j’ai commencé à les acheter d’occasion. C’est ainsi que j’ai acquis de très belles copies du Silmarillion illustré par Ted Nasmith pour HarperCollins (voir mes deux articles de blog ici et ici), de celui de Francis Mosley pour la Folio Society (pour plus d’informations, rendez-vous ici), de The Children of Húrin et Tales from the Perilous Realm par Alan Lee, et du Hobbit de Jemima Catlin. Mes copies du Hobbit de Michael Hague et, illustrés par Eric Fraser, du Hobbit et de The Fellowship of the Ring sont en bien moins bon état, mais elles étaient trop chères ou difficiles à trouver pour que mon budget d’étudiante m’autorise à les acheter neuves.

Je n’ai acheté que quelques éditions neuves : Le Hobbit dans sa nouvelle traduction, et Beren and Lúthien et The Fall of Gondolin lors de leur sortie, le tout illustré par Alan Lee.

A l’heure où j’écris ces lignes, je viens juste de recevoir ma copie (d’occasion) du Hobbit illustré par David Wyatt.

Une édition que j’attends avec enthousiasme est celle du quarantième anniversaire des Unfinished Tales of Númenor and Middle-Earth publiée par HarperCollins et illustrée par pas moins de trois artistes : Alan Lee, John Howe et Ted Nasmith. Mon corpus étant délimité par la présence d’illustrations intérieures dans les livres, j’étais jusqu’ici frustrée de ne pouvoir convoquer John Howe dans mes recherches, étant donné qu’il a surtout créé des couvertures, et son Hobbit en pop-up est difficile à trouver à un prix abordable. Je n’ai toujours pas décidé si les coupes du texte dans ce dernier justifient que je l’écarte de mon corpus, car si je l’inclus il faudrait que j’y ajoute l’adaptation en BD du Hobbit par David Wenzel, et mon corpus serait hors de contrôle. Une addition bienvenue à mes étagères serait le Hobbit annoté de Douglas Anderson. J’ai pris toutes les notes que j’ai pu quand j’ai consulté ce livre dans une bibliothèque universitaire, mais rien ne remplace une copie physique, surtout pour un livre aussi riche et densément illustré.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.