An introduction to the 2020 illustrated edition of Unfinished Tales of Númenor and Middle-earth

40 years ago Christopher Tolkien published Unfinished Tales of Númenor and Middle-earth, a collection of fragments of various lengths concerning topics of interest for in-depth readers of The Silmarillion, The Lord of the Rings and The Hobbit.

Before The History of Middle-earth (1983-1996) and the publication in single volumes of the Three Great Tales (The Children of Húrin [CoH], Beren and Lúthien [B&L]and The Fall of Gondolin [FoG]), it was the first book that offered a look at J.R.R. Tolkien’s manuscripts.

To celebrate its 40th anniversary, HarperCollins published on October 1st 2020 a new, illustrated edition of Unfinished Tales [UT], in two formats: a simple and a deluxe one. It is the former that I’m reviewing here.

First of all, I find it very pleasing to notice that the book fits perfectly on the shelf alongside the Three Great Tales (and Tales from the Perilous Realm [TPR], published by HarperCollins in 2008, a year after CoH). The dust-jacket’s spine features a lettering in pale gold like CoH (and not in rose gold as in B&L and FoG).

The book is bound in dark blue cloth, again like CoH. However the title on the naked spine (under the dust-jacket) is printed vertically in the manner of B&L and FoG. Unlike its counterparts, UT comes with a dark blue ribbon quite handy when ones wants a bookmark for the page one is reading, and another one for the notes.

The other books in the collection had come around the 300-page mark (with TPR at 400). UT is 492-page long, and considerably heavier than the other four. Beyond the page count, this is due to the fact that the paper is completely different. In previous editions featuring illustrations in colour (all of the ones mentioned so far except TPR), coloured plates were printed on a different paper, set at regular intervals within the book (because that paper had to wrap around the signatures). In the new edition of UT, text and image are printed on the same paper so that the 18 colour illustrations can be placed at will in the book. This paper is very slightly glossy, smooth and quite thick, and so it weighs a lot more.

The endpapers reproduce Christopher Tolkien’s “Map of Beleriand and the Lands to the North” (at the beginning) and “The West of Middle-earth at the end of the Third Age” (at the end), both in colour.

My research being concerned with illustrations, I hadn’t bought a copy of UT prior to this illustrated edition, so my knowledge of the texts themselves is new. I am however delighted to be reading it for the first time in this illustrated edition featuring artworks from three well-known illustrators in the Tolkien world.* The three of them work mostly in traditional media, and although their techniques and approach are not comparable, their pictures do work well together.

UT is a collection of rather mismatched manuscripts, covering a large variety of topics within Middle-earth, and in the same perspective the illustrations offer a variety of tone and impressions: Howe’s dramatic scenes, Nasmith’s luminous landscapes and Lee’s atmospheric evocations. Each artist created 6 colour illustrations, and pencil drawings introducing the main parts of the book: the first one is signed by Ted Nasmith, the second is by John Howe, and the other three are by Alan Lee.

Next on the blog will be a closer look at some of the pictures.


* One could wish HarperCollins had commissioned new names or even famous artists who haven’t been given the opportunity to illustrate official editions, Jenny Dolfen being the first one that springs to mind.


Introduction à l’édition illustrée des Contes et légendes inachevés

Il y a 40 ans, Christopher Tolkien publiait les Contes et légendes inachevés, un recueil de fragments de tailles diverses traitant de sujets susceptibles d’intéresser les lecteurs passionnés du Silmarillion, du Seigneur des Anneaux et du Hobbit. Avant l’Histoire de la Terre du Milieu (1983-1996) et la publication en volumes indépendants des trois grands contes (Les Enfants de Húrin [EH], Beren et Lúthien [BL] et La Chute de Gondolin [CG]), c’était le premier livre qui offrait un aperçu des manuscrits de J.R.R. Tolkien.

Pour célébrer son quarantième anniversaire, HarperCollins a publié le 1er octobre 2020 une nouvelle édition, illustrée, des Contes et Légendes inachevés [CLI], dans deux formats : un classique et un deluxe. C’est du premier dont il est question ici.

Tout d’abord, cela me réjouit de voir que le livre s’accorde parfaitement sur l’étagère aux trois grands contes (et à Tales from the Perilous Realm [TPR], publié par HarperCollins en 2008 mais dont l’équivalent n’existe pas en français). Le titre sur la tranche de la jaquette est inscrit dans une police dorée pâle comme EH (et non en or rose comme BL et CG). Le livre est relié en bleu foncé, une fois de plus comme EH. Cependant, le titre sur la tranche, sous la jaquette, est imprimé à la verticale à la manière de BL et CG. Contrairement à ses collègues, UT s’accompagne d’un ruban bleu foncé très pratique quand on a besoin d’un marque-page pour la page en cours de lecture et d’un second pour les notes.

Les autres livres de cet ensemble comptait environ 300 pages (TPR atteignait même les 400). UT compte 492 pages, et est considérablement plus lourd que les quatre autres. Au-delà du nombre de pages, cela est dû à un choix de papier très différent. Dans les éditions précédentes accueillant des illustrations en couleur (toutes celles mentionnées sauf TPR), les planches colorées étaient imprimées sur un papier différent, inséré à intervalles réguliers dans le livre (car ce papier enserrait les cahiers de papier réservé au texte). Dans la nouvelle édition d’UT, le texte et l’image sont imprimés sur le même papier, de sorte que les 18 illustrations en couleur peuvent être placées à loisir au sein du livre. La maison d’édition a fait le choix d’un papier légèrement brillant, lisse et assez épais, qui pèse bien plus lourd.

Les gardes reproduisent les cartes en couleur de Christopher Tolkien : « Carte de Beleriand et des Terres du Nord » (au début) et « l’Ouest de la Terre du milieu à la fin du troisième Âge » (à la fin).

Mes recherches concernant les illustrations, je n’avais pas jusqu’ici acheté de copie des Contes et légendes inachevés. Ma connaissance de ces textes est ainsi toute neuve. En revanche, je suis ravie de les lire pour la première fois dans cette édition qui rassemble des illustrations de trois artistes bien connus du monde de Tolkien*. Ils travaillent tous les trois avec des techniques traditionnelles, et bien que leurs techniques et leurs approches soient différentes, leurs images fonctionnent très bien ensemble.

UT est un recueil de manuscrits plutôt dépareillés, couvrant un large panel de thèmes au sein de la Terre du Milieu, et dans le même esprit les illustrations offrent une variété de tons et d’impressions : les scènes théâtrales de John Howe, les paysages lumineux de Ted Nasmith et les évocations atmosphériques d’Alan Lee. Chaque artiste a créé six illustrations en couleur, et des dessins au crayon introduisent les principales sections du livre : le premier est signé Ted Nasmith, le deuxième est de John Howe, et les trois autres sont d’Alan Lee.

A suivre sur le blog, un regard plus détaillé sur certaines des illustrations.


* On peut regretter qu’HarperCollins n’ait pas fait appel à de nouveaux noms, ou des artistes établis qui n’ont pas encore eu l’occasion d’illustrer des éditions officielles. Jenny Dolfen est la première dont le nom me vient à l’esprit ici.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.