Highlights from the 40th anniversary illustrated edition of Unfinished Tales of Númenor and Middle-earth

As you may or may not know, my research is focused on illustrated editions of J.R.R. Tolkien’s Middle-earth texts in English. It means a corpus of around 18 volumes with interior illustrations. So far, only one had been illustrated by a duo of artists: the Folio Society 1977 The Lord of the Rings, illustrated by Ingahild Grathmer and Eric Fraser (see my talk on the topic in the upcoming proceedings of Tolkien2019).

In 2020, HarperCollins celebrated the 40th anniversary of the publication of Unfinished Tales of Númenor and Middle-earth with a new, illustrated edition. To make it even more special, they commissioned not only Alan Lee, who had worked on the Three Great Tales, but also Ted Nasmith (who illustrated the 1998 and 2004 Silmarillion, a new edition of which is announced for 2021) and John Howe (who has created numerous covers and calendars, as well as a pop-up Hobbit).

See my introductory post to this edition of Unfinished Tales here (click).

Contrary to the Folio Society Lord of the Rings, the artists’ collaboration doesn’t mean here that the artist created images “for four (or six) hands”. Each one provided 6 colour illustrations and between one and three drawings to introduce the main parts of the book.

One illustration wasn’t painted specifically for the book. When he was working on The Children of Húrin, Alan Lee first painted a cover showing Glaurung, before deciding with Christopher Tolkien that it didn’t represent the tone of the story. For more details, see Alan Lee’s discussion with Pieter Collier from Tolkien Library (click here).

Below are notes regarding three of the colour illustrations from Unfinished Tales. Page numbers are taken from the HarperCollins illustrated edition of Unfinished Tales of Númenor and Middle-earth published in 2020.

Alan Lee, “A Chance Meeting”, facing p. 342.

A watercolour illustration showing the meeting of Gandalf and Thorin in the countryside around Bree.
© Alan Lee 2020

This is a typical “Alan Lee” illustration, with nature in the foreground and small characters dwarfed by the landscape. The contrast is higher in the foreground, and lessens as the eye moves to the background, which creates atmospheric perspective: the hill of Bree is barely noticeable in the background, painted as it is in light tones.

The characters have recognisable features (Gandalf’s hat, Thorin’s blue hood) but they are so far away that the readers can still complete their portraits however they want. From where the viewers are standing, one could add Ian McKellen’s face under Gandalf’s hat, or another one entirely.

The painter worked on the leaves and branches with very fine brushwork. The texture on the rocks, water and some tree trunks is achieved with the addition of salt while the watercolour is still wet. The salt absorbs some of the pigments and leaves a sprinkling of star-like dots of white, breaking the monotony of a wash of colour, especially when the colour palette is muted.

The bridge cuts the image in half. The overall composition of the image forms an 8-shape, underlined by the branches, with Gandalf and Thorin at the intersection of the loops so that wherever the eye travels, it always come back to the centre and the two protagonists. The vegetation creates a frame around the picture: although the characters are out in the open, they look confined, almost trapped.

The composition echoes Gandalf’s thoughts. One of his concerns, at the time of the story, it to make sure that Sauron does not gain control over Smaug and thus find himself a powerful ally. And if one takes a step back and looks at the vegetation framing the scene, one notices a serpentine motion, with one branch in the top half curving towards the left, and a set of roots in the lower half curving towards the right, with the top branch ending in a dragonesque silhouette. From there, it is tempting to see the outline of Smaug coiling around the picture and towering over Gandalf and Thorin.

John Howe, “The Númenóreans sail to Middle-earth”, facing p. 240.

An illustration by John Howe showing the coast of Númenor and ships sailing on the sea.
© John Howe 2020

This illustration is built on an unusual composition. First of all, it is in landscape format, which is a rather bold choice to make as an illustrator. It means that the reader will have to turn the (heavy) volume in their hands to appreciate the picture, and won’t be able to look quickly from the text to the image and vice-versa. Ted Nasmith uses this format quite often in The Silmarillion, and again in Unfinished Tales. As for Alan Lee, he always keeps to a portrait format.

Here, as in “Beleg Approaches Amon Rudh” (facing p. 168), the landscape format enables John Howe to put emphasis on the scale and breadth of the landscape and events he is picturing. The top part is a beach landscape painted in a muted colour palette, with a beautiful example of atmospheric perspective, which echo the illustrations created by John Howe’s colleague Alan Lee. The bottom part is painted in a much more contrasted and warm-toned palette.

Cutting the picture into two enhances the cinematographic feel, as it changes the aspect ratio of each portion of the image. It’s an original take on the rule of thirds that governs traditional painting. Here the line cuts abruptly the bottom image, hiding the sails from view so that the focus is put on the huge faces at the prow of the ships. It almost looks like the ships are great creatures with human-like faces, advancing into the sea.

The shape of the rock formations on the beach, inspired by the Three Sisters Beach in New Zealand according to the artist himself (see the interview with Brian Sibley, linked below), echo that of the sails and prows in the lower part of the picture. This suggests that the Númenóreans were somehow shaped by the land they lived on, or at the very least that the characteristics if the island of Númenor found their way into the inhabitants’ arts and crafts.

A very dramatic backlight lines the edges of the boats. In the lower half of the illustration, the scene is set in darkness, the sky being covered with a thick layer of clouds echoing the horizontal line which divides the image in two parts. And yet, thanks to the light in the background, lining each prow, the eye makes out the different ships setting forth.
It is not clear which episode John Howe illustrates here, since the passage of the text where the image is set lists the rulers of Númenor and gives information about various expeditions made to Middle-earth.

Ted Nasmith, “The Blue Wizards Journey East”, facing p. 412.

A gouache illustration by Ted Nasmith showing a mountain landscape with two small wizards' figures walking away.
© Ted Nasmith 2020

In Unfinished Tales, Ted Nasmith used mainly the landscape format which, as I suggested with John Howe’s illustration, is a bold choice. In Nasmith’s previous illustrated edition of a Tolkien book, the 2004 edition of The Silmarillion, there was a ratio of 2 landscape format illustrations to 3 portrait format illustrations. This ratio was slightly different in the 1998 edition, in which landscape formats were rarer. Between the two, Nasmith decided to paint again some of the scenes, and changed them from a portrait to a landscape format.

See my two blog posts on Nasmith’s Silmarillion there (click) and there (click).

Here, only one of his pictures is in portrait format: “Amon Rudh”. The choice there is dictated by the subject. Picturing the mountain in a portrait (vertical) format enables the artist to put emphasis on the impression of height. All of Nasmith’s other colour illustrations for this book are landscape formats.

This is the case for instance of “The Blue Wizards Journey East”. The composition of this illustration reduces the foreground to the very lowest part of the picture, so that it occupies a very small portion of the scene. The biggest part of the image is concerned with the mountains dwarfing the two wizards. Their small size is also a nod to the small amount of information Tolkien gives about them, contrary to Nasmith’s taste for character portraits (see his “Galadriel and Celeborn at Lake Evendim” facing p.254). They do not take part in the great events told in The Lord of the Rings, The Silmarillion, nor, of course, in The Hobbit. In Unfinished Tales, the chapter “The Istari” reveals their names, Alatar and Pallando, but not much more except that they went East of Middle-earth and had no more dealings with the other Istari. Nasmith keeps their anonymity by picturing them walking away from the viewer, between a profile and a three-quarters back view.

The wizards’ epithet echo the colour of the mountains, in a sort of visual rebus. The characters themselves are clothed in very dark blue robes, almost black. Their hats echo the shapes of the pinnacles, as if they belonged to the heights. This may be a hint at their powers, though the chapter does not make clear how this power manifests itself.

To learn more about the illustrations, I highly suggest:


Morceaux choisis dans l’édition illustrée des 40 ans des Contes et légendes inachevés

Comme vous le savez peut-être, mes recherches se concentrent sur les éditions illustrées des textes de la Terre du Milieu par J.R.R. Tolkien, en anglais. Cela implique un corpus d’environ 18 volumes comportant des illustration intérieures. Jusqu’ici, un seul avait été illustré par un duo d’artistes : l’édition de The Lord of the Rings publiée par la Folio Society en 1977 et illustrée par Ingahild Grathmer et Eric Fraser (ma communication sur le sujet sera prochainement publiée dans les actes de la conférence Tolkien2019).

En 2020, HarperCollins a célébré le 40ème anniversaire de la publications des Contes et Légendes inachevés par une nouvelle édition illustrée. Pour la rendre encore plus spéciale, la maison d’édition a fait appel non seulement à Alan Lee, qui avait travaillé sur les Trois Grands Contes, mais aussi Ted Nasmith (qui a illustré Le Silmarillion en 1998 et 2004, dont une édition enrichie est annoncée pour 2021) et John Howe (qui a créé de nombreuses illustrations pour des couvertures et des calendriers, ainsi qu’un Hobbit pop-up).

Vous pouvez retrouver mon article d’introduction à cette édition des Contes et Légendes ici (cliquez).

Contrairement à l’édition Folio Society de The Lord of the Rings, la collaboration des artistes ne signifie pas ici qu’ils créent des illustrations à quatre (en l’occurrence, six) mains. Chacun a fournit six illustrations en couleur et entre un et trois dessins pour introduire les différentes parties du livre.

Une illustration n’a pas été peinte pour ce livre. Quand il travaillait à l’édition illustrée des Enfants de Húrin, Alan Lee a d’abord peint une couverture montrant Glaurung, avant de décider avec Christopher Tolkien que cela ne représentait pas le ton de l’histoire. Pour plus de détails, voyez la discussion d’Alan Lee avec Pieter Collier de Tolkien Library (cliquez ici).

Ci-dessous se trouvent quelques notes sur les illustrations en couleur des Contes et Légendes inachevés. Les numéros de pages sont issus de l’édition illustrée des Contes et légendes inachevés publiée par HarperCollins en 2020.

Alan Lee, “A Chance Meeting”, en face de la page 342.

Une illustration à l'aquarelle par Alan Lee montrant la rencontre entre Gandalf et Thorin dans la campagne de Brie.
© Alan Lee 2020

Voici une illustration typique d’Alan Lee, avec la nature au premier plan et des personnages éclipsés par le paysage. Le contraste est plus élevé au premier plan, et s’amenuise à mesure que l’on s’éloigne vers l’arrière-plan, ce qui crée une perspective atmosphérique : on remarque à peine la colline de Brie au fond, tant elle est peinte dans teintes pâles.

Les personnages portent des attributs qui permettent de les identifier (le chapeau de Gandalf, le capuchon bleu de Thorin, qui devient la partie supérieure de sa carte sous le pinceau de l’artiste), mais ils sont si loin que les lecteurs et lectrices peuvent compléter leur portrait comme bon leur semble. Depuis le point où les spectateurs sont supposés se tenir, on pourrait ajouter à la silhouette de Gandalf le visage d’Ian McKellen, ou un autre très différent.

Le peintre s’est appliqué aux feuilles et aux branches avec une grande finesse. La texture sur les rochers, l’eau et certains troncs d’arbres est obtenue par addition de sel quand l’aquarelle est encore humide. Le sel absorbe une partie des pigments et laisse un mouchetage de points étoilés blancs qui rompent la monotonie d’un lavis de couleur, en particulier quand la palette limitée.

Le pont coupe l’image en deux. La composition d’ensemble de l’image forme un huit que soulignent les branches, avec Gandalf et Thorin à l’intersection des boucles. Ainsi, où que l’œil se déplace, il revient toujours au centre et aux deux protagonistes. La végétation crée un cadre autour de l’image : bien que les personnages se rencontrent en extérieur, ils ont l’air enfermés, presque pris au piège.

La composition se fait l’écho des pensées de Gandalf. L’un de ses soucis, à ce moment du récit, est de s’assurer que Sauron ne se rendre pas maître de Smaug et acquière ainsi un allié de poids. Or, si l’on considère l’illustration dans son ensemble et si l’on observe la végétation qui encadre la scène, on remarque un mouvement serpentin, avec une branche dans la moitié supérieure qui forme une courbe vers la gauche, et un ensemble de racines dans la partie inférieure qui se courbe vers la droite. De là, il est tentant d’y voir la silhouette de Smaug s’enroulant autour de l’image, sa tête surplombant Gandalf et Thorin.

John Howe, “The Númenóreans sail to Middle-earth”, en face de la page 240.

Une illustration de John Howe montrant une côte de Númenor et des bateaux voguant sur la mer.
© John Howe 2020

Cette illustration est construite sur une composition inhabituelle. Tout d’abord, elle se présente en format paysage, ce qui est un choix assez audacieux de la part de l’illustrateur. Cela signifie que la personne lisant le livre doit faire pivoter le (lourd) volume dans ses mains pour apprécier l’illustration, et ne peut pas faire l’aller-retour rapidement entre le texte et l’image. Ted Nasmith utilise ce format assez souvent dans Le Silmarillion et à nouveau dans Contes et Légendes inachevés. Alan Lee, pour sa part, s’en tient constamment au format portrait.

Ici, de même que dans “Beleg Approaches Amon Rudh” (en face de la page 168), le format paysage permet à John Howe de mettre l’accent sur l’échelle et l’étendue du paysage et des évènements qu’il dépeint. La partie supérieure est un paysage de plage peint dans une palette limitée, avec un bel exemple de perspective atmosphérique, ce qui fait écho aux illustrations du collègue de John Howe, Alan Lee. La partie inférieure est peinte dans une palette beaucoup plus contrastée et chaude.

Couper l’image en deux amplifie l’impression cinématographique, car cela change le rapport hauteur-largeur de chaque portion de l’illustration. C’est une manière originale de respecter la règle des trois tiers qui gouverne la peinture traditionnelle. Ici, la ligne coupe de manière abrupte la scène du bas, cachant les voiles du bateau le plus proche des spectateurs de sorte que l’attention est concentrée sur l’immense proue en forme de visage. Il semble presque que les navires soient de grandes créatures aux visages humains, qui avancent dans la mer.

La silhouette des formations rocheuses sur la plage, inspirée de Three Sisters Beach en Nouvelle-Zélande selon l’artiste lui-même (voir l’entretien avec Brian Sibley, dont le lien figure plus bas), fait écho à la forme des voiles et des proues visibles dans la moitié inférieure de l’image. Cela suggère que les Númenoréens ont été en quelque sorte modelés par la terre sur laquelle ils habitent, ou en tout cas que les caractéristiques de l’île de Númenor trouvent un reflet dans l’art et l’artisanat des habitants.

Une lumière en contre-jour très théâtrale souligne les contours des bateaux. La scène de la partie inférieure de l’illustration se déroule dans l’obscurité, le ciel étant couvert d’une épaisse couche de nuage qui double la ligne horizontale coupant l’image en deux. Et pourtant, grâce à la lumière de l’arrière-plan soulignant chaque figure de proue, l’œil distingue sans mal les différents navires qui s’élancent.

Il n’est pas évident de reconnaître quel épisode John Howe illustre ici, étant donné que le passage du texte faisant face à l’image dresse une liste des dirigeants et dirigeantes de Númenor et mentionne plusieurs expéditions en direction de la Terre du Milieu.

Ted Nasmith, “The Blue Wizards Journey East”, en face de la page 412.

Une illustration à la gouache par Ted Nasmith montrant un paysage de montagne et deux silhouettes de mages s'éloignant.
© Ted Nasmith 2020

Dans Contes et Légendes inachevés, Ted Nasmith utilise principalement le format paysage, ce qui, comme suggéré avec John Howe, est un choix audacieux. Dans la précédente édition des textes de Tolkien illustrée par Nasmith, le Silmarillion de 2004, on trouvait en moyenne deux formats paysages pour trois formats portraits. Ce ratio diffère de la version de 1998, dans laquelle les formats paysages étaient plus rares. Entre les deux, Nasmith a décidé de repeindre certaines scènes et les a transformées d’un format portrait à un format paysage.

Vous pouvez consulter mes deux articles sur le Silmarillion illustré par Ted Nasmith là (cliquez) et là (cliquez).

Ici, seule une de ses illustrations est en format portrait : “Amon Rudh”. Ce choix est dicté par le sujet : représenter la montagne dans un format portrait (vertical) permet à l’artiste d’insister sur l’impression de hauteur. Toutes les autres illustrations de Nasmith pour ce livre sont en format paysage.

C’est le cas par exemple de “The Blue Wizards Journey East”. La composition de cette illustration réduit le premier plan à une fine bande dans la partie inférieure de l’image. Il en occupe une toute petite portion. La majeure partie de la composition est consacrée aux montagnes qui surplombent les deux mages. La petite taille de ces derniers renvoie également au peu d’informations dont nous disposons sur eux, contrairement au goût de Nasmith pour les portraits de personnages (voir par exemple son “Galadriel and Celeborn at Lake Evendim” en face de la page 254). Les Mages Bleus ne participent pas aux grands évènements racontés dans Le Seigneur des Anneaux, Le Silmarillion ni, bien sûr, dans Le Hobbit. Dans Contes et légendes inachevés, le chapitre “Des Istari” révèle seulement leurs noms, Alatar et Pallando, et le fait qu’ils se rendirent à l’Est de la Terre du Milieu et n’eurent plus de contact avec les autres Istari. Nasmith respecte leur anonymat en les représentant en train de s’éloigner, entre un profil et une vue de trois-quarts dos.

L’épithète des Mages fait écho à la couleur des montagnes, dans une sorte de rébus visuel. Les personnages eux-mêmes sont vêtus dans un bleu très sombre, presque noir. Leurs chapeaux rappellent la forme des sommets, comme s’ils appartenaient aux montagnes. C’est peut-être un écho de leurs pouvoir, bien que le chapitre ne révèle pas comment leurs pouvoirs se manifestent.

Pour poursuivre votre exploration du sujet, je vous recommande :


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.