See Tolkien father and son – an interview with Anthony Vong

This article is the first of a new series dedicated to artists, fan-artists and illustrators inspired by the writings of J.R.R. and Christopher Tolkien. If you yourself are an artist, and you like the idea of a conversation and a feature on this blog, please reach out to me.

My first guest is the French artist Anthony Vong, whose work I discovered very recently through his poster “The Quest of the Ring at the End of the Third Age”. This is a personal project Anthony has created over the course of several weeks to depict the journey of the Fellowship through the variety of landscapes Middle-earth has to offer. I was particularly taken with its colour palette and delicacy of the linework.

Read on for the interview with the artist.

“The Quest of the Ring at the End of the Third Age” by Anthony Vong. Used with permission.
  • Hello Anthony, and thank you for granting me this interview. To begin with, could you introduce yourself? Where does your passion for art come from? Are you trained or self-taught?

Hello Marie, and thank you for your interest in my work and your exploration of my creative process for “The Quest of the Ring at the End of the Third Age”.

To introduce myself, I am an architect and urban planner. In 2015, I graduated from the Nantes national school of architecture. I currently work for a landscape and urban planning agency in Nantes.

However, I have been drawing since a very young age and my passion for graphic arts kept growing during my architect training, in which students are asked to envision narratives of life and usage. Art is very present, and graphic representation is essential. Thanks to my double degree in urbanism, I work a lot in land use and inhabited space planning, which leads me to imagine fictions and to link together living spaces through cartography. My university training also taught me digital graphic tools: digital painting, collage, vector illustration, in addition to pen-and-paper drawing.

As for my passion for art, it is tightly linked to my imagination, finding comfort in fantasy and adventure novels, graphic novels, etc. These narratives conjure up mental images and atmospheres, and through this you can find links with art, whether a painting, a poster, or even music. It forms a whole, in which you can soak up emotions.

  • How did you discover J.R.R. Tolkien? Is there an element from his writing (a theme, a passage, a character) that resonates particularly with you?

I discovered J.R.R. Tolkien, probably like a lot of people from my generation, through the movie adaptation of The Lord of the Rings by Peter Jackson. It is a huge and unique cinematographic work in which I have been gripped by the universe and the tale of the Ring quest which brings together characters from various races, each with their own language, customs and origins.

After that I read Unfinished Tales of Númenor and Middle-earth and The Silmarillion, and I was fascinated with the world-building and the origins of Middle-earth. Even if races and places are fictional, I have found a degree of “reality” in which you can dive, through the different Ages. This whole work leaves me with the feeling of something grand and believable.

The coherence and extreme historical richness that J.R.R. Tolkien took pains to develop throughout his life, make it easy to accept the idea that his world might have existed. That may be because I have always been fascinated with Antiquity, mythologies and narratives that have crossed centuries to reach us today.

What impresses me the most in J.R.R. Tolkien’s work, is the whole context he created and mapped with descriptions of locations and specific landscapes. He was a tremendous geographer, which helps us in turn, as readers, to imagine ourselves in this world and anchor the characters into a reality. I am always in awe of the incredible relationship between each race and its geographical land: the mountain of Moria for the Dwarves, Rivendell or Lothlórien as sanctuaries for the Elves, the mysterious forest of Fangorn, the plains of Rohan, and of course, the Shire.

I read The Lord of the Rings belatedly (last year for the first time). It is incredible how the first chapter was complicated to read for me, because of the explosion of details about Hobbit families, genealogies and traditions. This chapter impressed me with its length – though necessary to become acquainted with the fellowship of Hobbits and their intricate relationship with the earth. At the same time, I realised that J.R.R. Tolkien could be direct and concise in telling about some battles. The Battle of Helm’s Deep and of the Pelennor Fields only last one chapter each, and yet they are impactful. The author manages to make us feel the fear and the violence of battles.

Of course there are other lingering details, but I find myself coming back to the believability of this universe which evokes universal values. Friendship, attachment to a land, surpassing oneself, temptation, and most of all, optimism. To me, The Lord of the Rings is about optimism. Even though all may fail, there is always hope. And Peter Jackson’s movie adaptation expresses this idea beautifully through the character of Sam, the epitome of a simple people, loving their roots and capable of immense courage. The ultimate chapter of the books is striking and illustrates very well of the Hobbits have evolved!

Detail from “The Quest of the Ring at the End of the Third Age” by Anthony Vong. Used with permission.
  • What inspired your poster “The Quest of the Ring at the End of the Third Age”?

For this poster, I took inspiration from the maps at the beginning of J.R.R. Tolkien’s books, especially the one of Rhovanion in the first edition of The Hobbit in 1937, and the one of Middle-earth in The Lord of the Rings. To me, beginning to read an imaginary world with a map is important, and even essential. The map’s believability and its narrative structure require a precision tool. These first pages plunge the readers into the adventure and keep being referred to, to find one’s bearings. For instance, reading A Game of Thrones by G.R.R. Martin and following the character’s journeys without a map would be too complicated.

Following a similar principle, I tried to find a representation that may help “summarize” the literary work and accompany it.

Some comic books open with a large aerial view introducing the different places of the plot. I am thinking for instance about Magasin général by Régis Loisel and Jean-Louis Tripp.

  • Which sources did you turn to for information? Did you take inspiration from other books than The Lord of the Rings?

I first took advantage of reading The Lord of the Rings to soak up descriptions of every location. The major source of my illustration is J.R.R. Tolkien’s work, in which I wanted to seize the specificities of each location, some scenes and details that may be absent from the movies. For instance, in the Lothlórien section, I took care not to picture Galadriel with Frodo but with Gimli when she gifts him three of her hair. Tom Bombadil and his house also appear near the Brandywine river, although the movies do not mention them.

Fan websites and online communities were helpful to notice information that otherwise would have escaped me, like Tolkiendil, because I haven’t read everything by J.R.R. Tolkien.

And of course, the map of Middle-earth that I studied close to ensure the geographical coherence of the characters’ journeys along the narrative.

Howard Shore’s movie soundtrack also accompanied me during the making of this poster. It inspired me while creating the general atmosphere.

  • I find particularly original and inspiring the way you blend cartography and illustration. How did you have this idea?

One can indeed see my poster as a blend of cartography and illustration, because its composition is not a map strictly speaking, even though at first, I wanted to lean more towards cartography.

I thought it was important not to draw only a scene but a journey, like what I felt reading The Lord of the Rings – an illustrated narrative one would can admire and locate elements in. That is how I introduced the idea of the map on which you might add place names, as well as a thread illustrating the fellowship’s travels.

However, I wanted to break from the format of a map and create a “painting”, a large landscape, dotted with emblematic scenes, in which the characters meander.

I discovered the work of Bernard Sleigh, An Ancient Mappe of Fairyland, which is quite astounding and illustrates well the idea of a painting. It represents and brings together different imaginary worlds: King Arthur’s Avalon, the lands of the Argonauts from Greek mythology, Peter Pan’s Neverland, etc.

In my mapped narration, the viewer can find a conflation of several scenes: “Here will be the village of Bree where the Hobbits take refuge after crossing the Brandywine.” “Here Frodo waits for Gandalf on the doorstep…” “The flying Nazgûl head for the doors of Minas Tirith to join the Mûmakils”, etc.

Detail from “The Quest of the Ring at the End of the Third Age” by Anthony Vong. Used with permission.
  • Each of the scene composing your poster is both original in style and instantly recognizable. How do you find this balance? Did you do specific research to picture some locations?

From the first, I wished to picture emblematic scenes from the movies and the book. In order not to burden the overall composition, I chose the most striking ones and looked for a way to bring structure into the reading of the picture.

In that regard, balance comes from the environment in which these scenes are set. I alternate between the foreground and more discreet details which demand closer observation.

Each location is centred around the landscape, the forest and the river. The Lord of the Rings is primarily about geography: forests and mountains are primordial and are given as much importance as architecture, which in turn helps to make the illustration breathe.

As I wanted to make sure the scenes I chose would be recognisable, I allowed myself to appropriate the iconic architectures Alan Lee and John Howe sketched for the movie trilogy, starting with Barad-dûr, Orthanc, the Shire, Lothlórien, etc. This feeds into my idea of a visual continuity between the movies and the poster.

For other buildings, I kept the spirit of the place while leaving room for artistic license. One can recognise Minas Tirith, for instance, although it is not drawn faithfully to the movie version.

I was thinking more about characteristic signs to put forward. One can spot the sign of the Prancing Pony in a medieval-looking village, the wooden façade of Edoras, the waterfalls in Rivendell, etc. I also took care to re-use some colours in order to insist on the link between some locations. The walls of Minas Tirith are the same colour as the tower of Orthanc, because of their common Númenórean origin and their steadfastness.

This anecdote is one that came to me while reading the books. These are some of the clues I hid within the picture.

  • Can you describe how you created this poster? What tools did you use? Do you work traditionally or digitally?

The creation process was not smooth. At first, I just wanted to illustrate the fellowship of the Ring travelling through the forest and a few key locations. I moved the focus back eventually so that I would have an ensemble vision of the territory where the story unfolds.

Being an urban planner and architect, I am used to aerial views and axonometry giving the impression of a 3D map. So I started drawing a guideline for my framing and the first buildings by hand, each one on its own sheet of paper. I started with Orthanc, the tower in Isengard to which John Howe gave the architecture both menacing and sublime of an ancient world.

Once those first elements were hand-drawn with the angle of view I wanted, I reproduced them using my graphic tablet on Adobe Illustrator to have a digital copy of the design and a precision and quality of detail.

Little by little, doing back-and-forth between traditional and digital tools, I created a library of buildings and characters I then imported into the composition. Each element found its place and was blended into the geographical context.

The first composition did not work out because it simply copied the principles of a map, although being an axonometric view. I realised I was missing sensitivity and atmosphere. For total immersion, I needed more than a map-making tool.

I completely revised the overall composition, taking inspiration from artists such as Cyril Pedrosa, a French artist and graphic novel author, and Ray Morimura, a Japanese artist.

The symbols drawn for trees and mountains, which you can find in Pauline Baynes’s maps, became elements seen in perspective. Adding characters crossing through the poster, such as Gandalf in the Shire or fleeing Orthanc on Gwaihir’s back, brought life to the illustration.

  • Are there artists, who have illustrated J.R.R. Tolkien’s texts or not, who inspire you in particular?

There are of course John Howe and Alan Lee, who cannot be missed for their illustrations and the artistic direction of Peter Jackson’s movies. The quality of the sets and the blend of fantasy and realism in the movie locations owe a lot to their work and passion for this universe blending medieval, fantastical and fairy inspirations. They draw architectures with a great eye for detail.

When I started putting up a visual library of illustrations, their work was essential – it inspired me and helped me draw links between movie designs and map making. My aim was not to offer another vision of those iconic buildings.

Ted Nasmith is another artist I researched. I wanted to see how different artists could picture Middle-earth.

I used these references to picture locations. In order to articulate these elements together, and to think about the illustration as a whole, I turned to very different artists who inspire my approach to graphic art.

Let me start with Cyril Pedrosa and his graphic novel The Golden Age. The way he illustrates Princess Tilda’s quest and journey through the kingdom, as well as scenes from daily life, was my main source of inspiration. To put a story into a narrative, an image can be enough, without text, if it has been thought of as an animation.

For the “Quest of the Ring” poster, I took inspiration from this process. You can follow the characters’ movements within a large landscape in which the viewer’s eye meanders and gets lost.

Another artist who inspires me is Ray Morimura, a Japanese wood-engraver. My poster’s composition shows a succession of plans and blends together aerial views and false perspectives which are characteristic of Morimura’s artworks.

Detail from “The Quest of the Ring at the End of the Third Age” by Anthony Vong. Used with permission.
  • Do you have other projects concerning J.R.R. Tolkien? Is this poster part of a series exploring other imaginary worlds? Where will your next illustrated journeys take you?

In J.R.R. Tolkien’s world, I would like to reiterate my process of illustrating a narrative for The Hobbit and the quest for the Lonely Mountain. This piece will complement that of the Ring Quest as an essential item in the collection!

One thing is certain – I have found a passion for transcribing a well-loved literary universe rich in locations and adventures. When you look closely at the poster, you are transported into the narrative and take pleasure in recognising some of the scenes. This type of illustration is a wonderful communication tool to accompany the act of reading.

That is why I also plan to work on Harry Potter’s world. I have all the information I need with books, movies, preparatory sketches and artworks to draw these locations. I started sketching a few months ago, but since it is more architecture-heavy, it is also more time-consuming.

Beyond my exploration of literary works, I have other projects related to architectures and landscape in which I want to embrace the poetry to be found in fantastical scenes. Through my illustrations, I like to make the viewers dream and be moved.

  • Where can we follow your work?

You can follow my work on Instagram – @antho.vong – where I post and share my works-in-progress, as well as my Facebook page, Lecarnetd’Anthony. I’m also on behance, Adobe’s website for illustration on which I post finished works and like to share and discover other artists’ projects.

  • Many thanks, Anthony, for this interview.

Thank you Marie for showing interest in my work and how I share J.R.R. Tolkien’s universe. It was a pleasure to chat with you about my composition process and to find a common ground with your PhD work.


Voir Tolkien père et fils – un entretien avec Anthony Vong

Cet article est le premier d’une nouvelle série consacrée aux artistes, fan-artistes et illustrateurices inspiré.e.s par les écrits de J.R.R. et Christopher Tolkien. Si vous créez vous-mêmes des œuvres autour d’Arda et la Terre du Milieu, et l’idée d’un entretien pour figurer sur ce blog vous plaît, n’hésitez pas à me contacter.

Mon premier invité est l’artiste français Anthony Vong, dont j’ai découvert le travail tout récemment grâce à son affiche « La Quête de l’Anneau à la fin du Troisième Âge ». Il s’agit d’un projet personnel sur lequel Anthony a travaillé pendant plusieurs semaines pour dépeindre le voyage de la Fraternité à travers les paysages variés qu’offre la Terre du Milieu. J’ai été particulièrement séduite par sa palette de couleur et ses tracés délicats.

Continuez à lire pour l’entretien.

« La Quête de l’Anneau à la fin du Troisième Âge » par Anthony Vong. Utilisé sur autorisation de l’artiste.
  • Bonjour Anthony, et merci d’avoir accepté cet entretien. Pour commencer, peux-tu te présenter ? D’où vient ta passion pour l’art ? As-tu suivi une formation ou es-tu autodidacte ?

Bonjour Marie, et merci surtout à toi de l’intérêt que tu portes à mon travail et de l’exploration que tu mènes sur mon processus de création de « la Quête de l’Anneau à la fin du Troisième Âge ».

Pour me présenter, je suis architecte et urbaniste diplômé de l’École nationale supérieure d’architecture de Nantes en 2015, et en poste actuellement en agence d’urbanisme et de paysage à Nantes. Ma formation n’est donc pas directement liée à l’univers de l’illustration, n’ayant pas suivi un parcours au sein des arts graphiques.

En revanche, je dessine depuis que je suis jeune et ma passion pour les arts graphiques s’est accentuée au sein de ma formation d’architecte où notre pratique de la profession nous amène à mettre en image des récits de vie et d’usages. L’art y est très présent et la représentation graphique essentielle. D’autant plus par mon double diplôme en urbanisme, je travaille beaucoup dans l’aménagement du territoire et des espaces habités, ce qui me conduit à imaginer des fictions et à articuler des lieux de vie par la cartographie. Mon parcours universitaire m’a permis de manipuler les outils des arts graphiques informatiques : “digital painting”, collages et illustrations vectorielles, en complément du dessin manuel.

Quant à ma passion pour l’art, elle est étroitement liée à mon imaginaire, confortée par les romans d’aventures et de fantasy, des bandes dessinées, etc. Ces récits te font projeter des images mentales, des ambiances, et en cela, tu retrouves des complémentarités à travers l’art, que ce soit par le tableau, l’affiche, voire la musique. C’est donc un tout dans lequel tu t’imprègnes d’émotions. 

  • Comment as-tu découvert J.R.R. Tolkien ? Y a-t-il un élément de son œuvre qui te marque particulièrement (un thème, un passage, un personnage) ?

J’ai découvert J.R.R. Tolkien, comme peut-être un certain nombre de personnes de ma génération par la trilogie du Seigneur des Anneaux portée au cinéma par Peter Jackson. C’est une œuvre cinématographique colossale et unique dans laquelle j’ai été saisi par l’univers et le récit de la quête de l’Anneau qui mettait en scène des personnages de peuples variés, avec chacun leur propre langue, coutume et origine.

J’ai lu par la suite les Contes et légendes inachevés, le Silmarillion, et j’ai été fasciné par la fabrication de tout un monde, des origines de la Terre du Milieu. Même si les peuples et les lieux sont fictifs, je trouve qu’il y a une certaine forme de “réalité” dans laquelle tu es plongée, à travers les différentes grandes périodes. C’est cette grande impression que j’ai sur son œuvre, un univers plausible.

La cohérence et l’extrême richesse historique que J.R.R. Tolkien a pris soin de développer pendant toute sa vie, font que tu acceptes volontiers l’idée que son univers aurait pu exister. Peut-être d’ailleurs parce que j’ai toujours été fasciné par les mythologies de l’antiquité et des récits qui ont traversé des siècles jusqu’à aujourd’hui.

Ce qui m’a donc beaucoup marqué dans l’œuvre de J.R.R. Tolkien, c’est tout ce contexte créé, cartographié avec des descriptions de lieux et de paysages précis. C’est un formidable géographe qui nous aide beaucoup, nous lecteurs, à nous projeter dans son monde et à nous faire ancrer ses personnages dans le réel. Je suis toujours impressionné par le lien incroyable qu’il y a entre chaque peuple et le territoire géographique. La montagne de la Moria pour les nains, Rivendell ou le Lothlórien comme terres de refuge des elfes, la mystérieuse forêt de Fangorn, les plaines du Rohan, et évidemment, la Comté.

J’ai lu tardivement la trilogie du Seigneur des Anneaux (l’année dernière pour la première fois). C’est incroyable à quel point le chapitre 1 a pu être compliqué à lire pour son explosion de détails sur les familles des hobbits, leur généalogie et leurs coutumes. Ce chapitre m’a beaucoup marqué pour sa longueur – mais nécessaire pour plonger dans la communauté des Hobbits et de leur lien intime avec la terre. Et en même temps, j’ai pu me rendre compte que J.R.R. Tolkien pouvait être direct et concis dans le récit de certaines batailles. Celle du Gouffre de Helm et des Champs de Pelennor ne tiennent que dans un chapitre et pourtant, elles sont percutantes et l’auteur arrive à nous faire ressentir la peur, la violence des batailles.

Il y a bien sûr d’autres détails marquants, mais je reviens encore à cet univers plausible qui évoque des valeurs universelles. L’amitié, le lien à sa terre, le dépassement de soi, la tentation, et surtout, l’optimisme. Pour moi, le Seigneur des Anneaux parle d’optimisme. Même si tout peut échouer, il y a toujours de l’espoir. Et l’adaptation cinématographique de Peter Jackson l’exprime magistralement bien à travers le personnage de Sam, des gens simples attachés à leur racine, qui font preuve d’un très grand courage. L’ultime chapitre de la trilogie est saisissant et illustre beaucoup l’évolution des Hobbits !

Détail de « La Quête de l’Anneau à la fin du Troisième Âge » par Anthony Vong. Utilisé sur autorisation de l’artiste.
  • Qu’est-ce qui a inspiré ton affiche « La Quête de l’Anneau à la fin du Troisième âge » ?

Pour cette affiche, j’ai puisé mon inspiration dans les cartes qui figuraient en introduction des ouvrages, notamment celle du Rhovanion en page de garde de l’édition originale du Hobbit de 1937 ou de la Terre du Milieu des trois romans du Seigneur des Anneaux. L’idée de débuter la lecture d’un monde imaginaire par une carte est importante, voire essentielle. Sa plausibilité et sa structuration narrative requièrent un outil de précision. Ces premières pages plongent tout de suite le lecteur dans l’aventure et sont constamment feuilletées pour se repérer. Lire par exemple le Trône de Fer de G.R.R. Martin et les traversées des personnages sans carte serait d’une complexité.

Sur ce même principe, j’ai cherché à trouver une représentation qui permettrait en quelque sorte de “résumer” l’œuvre littéraire, à l’accompagner.

Certaines bandes-dessinées ont dans leurs premières pages une grande vue aérienne dessinée à la main qui introduit les différents lieux de l’action. Je pense par exemple à celle du “Magasin général” de Régis Loisel et Jean-Louis Tripp.

  • A quelles sources as-tu puisé tes informations ? T’es-tu inspiré d’ouvrages autres que Le Seigneur des Anneaux ?

J’ai tout d’abord profité de lire la trilogie du Seigneur des Anneaux pour m’imprégner de chaque lieu décrit. S’il y a bien une source majeure à la composition de l’illustration, c’est l’ouvrage de J.R.R. Tolkien dans lequel je souhaitais saisir la particularité de chaque site, certaines scènes et détails, qui d’ailleurs, peuvent être absents dans les films. Par exemple, dans la partie de la Lothlórien, je n’ai pas représenté Galadriel avec Frodon mais volontairement avec Gimli quand il reçoit trois de ses cheveux ; Tom Bombadil et sa maison apparaissent aussi après la rivière du Brandivin alors que les films ne font guère mention.

Les sites internet des communautés des fans de J.R.R. Tolkien ont été parfaits pour prélever des informations qui m’auraient échappé, comme Tolkiendil, car je n’ai pas lu tous les ouvrages.

Et bien sûr, la carte de la Terre du Milieu, que je me suis appropriée pour la cohérence géographique du parcours des personnages au fil du récit.

La bande originale d’Howard Shore m’a aussi bien accompagné dans la composition de l’affiche, elle a été très inspirante dans la constitution de l’ambiance générale.

  • Je trouve particulièrement originale et inspirante la façon dont tu mêles cartographie et illustration. Comment t’es venue cette idée ?

On peut en effet parler d’un mélange de cartographie et d’illustration, car ma composition n’est pas une carte au sens strict du terme, même si à l’origine, j’ai souhaité tendre vers cette représentation.

Je trouvais important de ne pas dessiner uniquement une scène mais un voyage, à l’image de la lecture de la trilogie. Un récit imagé que l’on prendrait soin de contempler et de se repérer. On retrouve donc le principe de la carte où l’on pourrait d’ailleurs ajouter le nom de chaque endroit, ainsi qu’un fil qui illustrerait le parcours de la communauté.

Je souhaitais en revanche m’affranchir du format de la carte et dresser plutôt un “tableau”, un grand paysage où les personnages défileraient avec les scènes emblématiques.

Je suis tombé sur l’œuvre de Bernard Sleigh – An Ancient Mappe of Fairyland qui est époustouflante et illustre bien ce principe de tableau. Elle représente et associe différents mondes imaginaires, l’Avalon du roi Arthur, les terres des Argonautes de la mythologie grecque, le Pays imaginaire de Peter Pan, etc.

On retrouve donc cette narration cartographiée dans une composition de plusieurs scènes :

“Là sera le village de Bree où se réfugient les Hobbits après avoir traversé la rivière du Brandivin.”, “Ici, Frodon attend devant sa porte l’arrivée de Gandalf…”, “Les Nazgûl ailés se dirigent vers les portes de Minas Tirith, joignant les Mûmakil”, etc.

Détail de « La Quête de l’Anneau à la fin du Troisième Âge » par Anthony Vong. Utilisé sur autorisation de l’artiste.
  • Chacune des saynètes qui composent ton affiche sont à la fois originales dans leur style, et instantanément reconnaissables. Comment as-tu ménagé cet équilibre ? As-tu mené des recherches spécifiques pour représenter certains lieux ?

Dès les premières recherches, je désirais représenter les scènes emblématiques du film et du livre. Sans vouloir trop charger la composition d’ensemble, j’ai donc choisi les plus marquantes et cherché à structurer la lecture visuelle.

Aussi, l’équilibre tient dans l’environnement dans lequel s’inscrivent ces saynètes où je mêle premiers plans et éléments plutôt discrets, nécessitant une observation plus minutieuse.

Chaque lieu est articulé par le paysage, la forêt, le fleuve. Le Seigneur des Anneaux est avant tout de la géographie. Les forêts, les montagnes y sont très présentes et ont autant d’importance que les architectures, ce qui permet de faire respirer l’illustration.

Comme je souhaitais avant tout rendre reconnaissables certaines scènes, je me suis permis de reprendre les architectures caractéristiques de la trilogie cinématographique esquissées par Alan Lee et John Howe. A commencer par Barad-dûr, Orthanc, la Comté, la Lothlorién, etc. Cela dans l’objectif d’entretenir une continuité visuelle entre les films et l’affiche.

Pour certains autres bâtiments, l’esprit du lieu est conservé tout en prenant quelques libertés. On reconnaît par exemple Minas Tirith sans qu’il ne soit dessiné exactement comme dans les films.

Ce sont surtout des signes caractéristiques à mettre en avant. On aperçoit l’enseigne du Poney fringant dans un village médiéval quelconque, la façade en bois d’Edoras, les chutes d’eau de Rivendell, etc. J’ai pris soin par ailleurs de réutiliser certaines couleurs pour insister sur les liens entre des édifices. Les enceintes de Minas Tirith sont ainsi de la même couleur que la tour d’Orthanc, de par leur origine commune Númenóréennes et leur indestructibilité.

Cette anecdote provient par exemple de ma lecture de la trilogie. Ce sont quelques clins d’œil qui apparaissent.

  • Peux-tu nous décrire le processus de création qui a mené à cette affiche ? Quels outils as-tu employés ? Travailles-tu plutôt avec des outils traditionnels ou digitaux ?

Le processus de création comporte quelques rebondissements. A la base, je souhaitais juste illustrer l’évolution de la communauté de l’Anneau dans la forêt et quelques lieux emblématiques. J’ai un peu repoussé le cadre pour finalement avoir l’ensemble du territoire dans lequel se déroule l’histoire.

Étant architecte urbaniste, je suis habitué à situer les lieux en vue aérienne, des axonométries qui donnent une dimension “3D” à la carte. J’ai donc commencé à dessiner une ligne directrice à mon cadrage et les premiers édifices à la main, chacun sur une feuille. A commencer par Orthanc, la tour de l’Isengard dont John Howe a su magnifier par une architecture à la fois inquiétante et sublime d’un ancien monde.

Une fois ces premiers éléments dessinés à la main avec le point de vue qui convenait, je les ai reproduits à la tablette graphique sur le logiciel Adobe Illustrator qui permet une reproduction numérique du dessin et des détails précis et qualitatifs.

Au fur-et-à-mesure, et toujours dans cet aller-retour du dessin manuel et numérique, je me suis donc constitué une bibliothèque de bâtiments et de personnages que j’importais ensuite dans la composition. Chaque élément était à sa place et se liait facilement par le contexte géographique.

La première composition s’est avérée infructueuse car elle ne faisait que reprendre le principe de carte, à la différence près qu’il s’agissait d’une vue axonométrique. Je me suis rendu compte qu’il manquait de sensibilité et d’ambiance. Pour une immersion totale, il fallait que je propose plus qu’un outil cartographique.

J’ai donc revu la composition d’ensemble, notamment en me nourrissant du travail d’illustrateurs tels que Cyril Pedrosa, artiste français et dessinateur de bandes-dessinées, et Ray Morimura, artiste japonais.

Les symboles dessinés pour les arbres et les montagnes, que l’on retrouve dans les cartes de Pauline Baynes, ont laissé place à des éléments finalement dessinés en perspective. Et l’ajout de personnages “traversant” l’affiche, à l’image de Gandalf à la Comté ou de sa fuite d’Orthanc sur le dos de Gwaihir ont permis d’apporter plus de vie à l’illustration.

  • Y a-t-il des artistes, ayant travaillé sur les textes de J.R.R. Tolkien ou non, qui t’inspirent en particulier ?

Il y a bien sûr John Howe et Alan Lee, figures incontournables dans les illustrations des ouvrages de J.R.R. Tolkien et dans la direction artistique cinématographique de Peter Jackson. La qualité des décors, le caractère fantastique et en même temps réaliste des lieux dans les films tiennent beaucoup de leur travail et de leur passion pour l’univers médiévo-fantastique et féerique. Il y a un très grand souci du détail dans les architectures qu’ils dessinent.

Donc quand j’ai commencé à me constituer une base de données d’illustrations, leurs travaux étaient essentiels pour m’inspirer et établir un lien étroit entre les décors des films et la composition cartographique. Il ne s’agissait en aucun cas de proposer une autre vision des édifices iconiques.

Ted Nasmith fait également partie des illustrateurs que j’ai convoqués dans mes recherches. Je voulais voir les différentes représentations que l’on pouvait imaginer de la Terre du Milieu.

Ces références correspondent à la représentation des lieux. Pour leur articulation et l’illustration générale, c’est des artistes bien différents vers lesquels je me suis orienté et qui m’inspirent dans mon approche graphique.

A commencer par le dessinateur Cyril Pedrosa et son travail dans la bande-dessinée de “L’Âge d’Or”. Sa manière d’illustrer la quête de la princesse Tilda qui chemine à travers tout le royaume, ainsi que les scènes de vie du peuple, a été clairement mon inspiration majeure. Pour mettre en récit une histoire, l’image peut se suffire à elle-même, se passer de texte, et ce, parce qu’elle a été travaillée comme une animation.

Ce que j’ai proposé pour l’affiche de la quête de l’Anneau s’inscrit clairement dans ce procédé. On suit les mouvements des personnages qui évoluent dans un grand paysage, le regard du spectateur défile et se perd.

Une autre influence principale est celle de Ray Morimura, artiste japonais qui dépeint des scènes à travers des gravures sur bois. La composition de mon affiche offre une succession de plans, un mélange de vue aérienne et de “fausses” perspectives que l’on retrouve dans ces œuvres.

Détail de « La Quête de l’Anneau à la fin du Troisième Âge » par Anthony Vong. Utilisé sur autorisation de l’artiste.
  • As-tu d’autres projets en lien avec J.R.R. Tolkien ? Cette affiche s’inscrit-elle dans un projet explorant différents mondes imaginaires ? Où te mèneront tes prochains voyages illustrés ?

Dans l’univers de J.R.R. Tolkien, j’aimerais renouveler ce travail de « récit illustré” pour le roman du Hobbit et la quête de la Montagne solitaire. Cette illustration viendra compléter la quête de l’Anneau comme une pièce indispensable à la collection !

Une chose est sûre, c’est que j’ai trouvé passionnant de retranscrire un univers littéraire riche en lieux et en aventures, apprécié des lecteurs. En contemplant l’affiche, chacun peut se replonger dans le récit et prendre du plaisir à reconnaître certaines scènes. Ce type d’illustration est un outil de communication formidable pour accompagner la lecture des mondes imaginaires.

Aussi, j’ai pour projet de mettre en image de la même manière l’univers de Harry Potter. J’ai déjà toutes les informations avec les livres, les films, les travaux préparatoires et artworks pour dessiner les lieux. Les premières esquisses sont commencées depuis quelques mois mais étant donné que les architectures sont plus nombreuses, le travail requiert un peu plus de temps.

En dehors de ces travaux consacrés aux univers littéraires, j’ai d’autres projets que je développe autour d’architectures ou de paysages dont l’objet recherché réside dans la poésie de scènes fantastiques. Faire rêver et susciter des émotions sont ce qui me plaît beaucoup dans le travail d’illustration.

  • Où peut-on suivre ton travail ?

On peut suivre actuellement mon travail sur Instagram – @antho.vong – où je publie et partage mes travaux en cours ainsi que sur ma page facebook – Lecarnetd’Anthony.

Également sur behance – https://www.behance.net/anthonyvong – , un site d’Adobe dédié à l’illustration dans lequel je publie les travaux finis, que je trouve intéressant dans le partage et la découverte des projets de d’autres artistes.

  • Merci beaucoup, Anthony, pour cet entretien.

Merci à toi Marie pour tout l’intérêt que tu prêtes à mon travail et le partage de l’univers de J.R.R. Tolkien. C’était un plaisir d’échanger sur mon processus de composition et que cet entretien puisse en parallèle alimenter ton travail de thèse.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.