Des artistes venus de Terre du Milieu : une plongée du 21e siècle dans le Monde Secondaire de J.R.R. Tolkien

Cet article est la traduction de ma communication intitulée « Artists from Middle-earth: a 21st-century dive into J.R.R. Tolkien’s Secondary World », donnée lors du Tolkien Society Seminar le 13 février 2021. Vous pourrez retrouver la vidéo de mon intervention tout en bas de cet article.


Cet article est en partie inspiré d’un entretien entre Tómas Hijo et The Tolkien Collector’s Guide. Dans cet entretien, Hijo explique :

J’ai cherché une technique pour représenter la Terre du Milieu « depuis l’intérieur ». […] Je ne voulais pas « photographier » la Terre du Milieu, je voulais la recréer comme un Hobbit du Comté ou un Nain d’Erebor aurait pu le faire. Je voulais créer des « œuvres venues de Terre du Milieu » et non « inspirées de la Terre du Milieu » [1].

Edmonds, Jeremy, Artist Profile – Tómas Hijo, forum post, Tolkien Collector’s Guide, 6 June 2020.

L’approche d’Hijo s’inspire de celle de J.R.R. Tolkien lui-même. Elle crée des ponts entre le Monde Primaire (le nôtre) et le Monde Secondaire (la Terre du Milieu). Cet article explore ce que cela signifie pour un artiste travaillant avec des techniques traditionnelles ( peinture, dessin, gravure) de présenter son art comme « venant de » Terre du Milieu et d’offrir aux spectateurs une plongée dans le Monde Secondaire qui va plus loin qu’une illustration traditionnelle. Quatre artistes sont étudiés ici : Alan Lee, John Howe, Tómas Hijo et Jay Johnstone. Ils incarnent tous les quatre, à leur manière, une approche artistique de la Terre du Milieu qui, à notre connaissance, a surtout été explorée au 21e siècle. Lee et Howe se présentent comme des voyageurs, Hijo recrée des œuvres qui auraient pu être produites en Terre du Milieu, et Johnstone dresse des analogies entre l’histoire de l’Art de notre monde et des représentations de personnages inventés par J.R.R. Tolkien.

Les artistes comme voyageurs

Quand John Howe publie son Voyageur en Terre du Milieu en 2018, il le sous-titre « Mon cahier de croquis de Cul-de-Sac au Mordor ». Il insiste par là sur l’idée d’un voyage fait par l’auteur-artiste, crayon à la main[2], à travers la Terre du Milieu et au-delà. Son livre est un guide visuel : il présente des crayonnés et des peintures aux côtés de paragraphes explicatifs sur l’histoire de tel ou tel lieu.

Ce livre se place dans la lignée directe de celui d’Alan Lee, publié en 2005, qui utilise l’expression « cahier de croquis » dans une perspective légèrement différente. Lee, dans son Cahier de Croquis du Seigneur des Anneaux et son Cahier de Croquis du Hobbit (2019), présente le processus par lequel il a créé les illustrations des livres et travaillé sur les adaptations cinématographiques, alors que Howe laisse ses images suggérer ses idées et ses réflexions. Howe écrit principalement des notices informatives, comme on en trouverait dans un guide touristique, alors que Lee explique son rapport au texte et la conception des images. Malgré ces différences d’approches, les livres se font nettement écho, et offrent des mises en page similaires et une abondance de dessins sur chaque double-page.

Le choix d’une majorité de dessins au crayon plutôt que d’illustrations en couleur n’est pas innocent. Les livres de Howe et Lee sont des « cahiers de croquis » plutôt que des « artbooks » présentant leurs œuvres achevées. Cela signifie que selon eux, les dessins sont tout aussi importants que les tableaux. En effet, le crayon est l’outil le plus pratique à emporter avec soi pendant un voyage, pour dessiner au fil du trajet. Il ne demande ni eau, ni support épais. On peut travailler de n’importe où, sur n’importe quelle feuille de papier. Le dessin a une immédiateté que la peinture ne peut égaler car il ne demande aucun temps de séchage.

Bien qu’il y ait des illustrations en couleur dans chacun des trois livres, le nombre d’études au crayon cristallise l’impression que ces deux artistes ont voyagé à travers la Terre du Milieu et esquissé tout ce qu’ils voyaient pour montrer aux spectateurs les merveilles qu’ils ont rencontré sur leur chemin. Ces cahiers de croquis sont un témoignage visuel que les artistes ramènent de leur propre exploration du Monde Secondaire.

Dans les cahiers de croquis de Lee, on remarque un amalgame de la Terre du Milieu et de la Nouvelle-Zélande, car il présente des esquisses réalisées à la fois pour les éditions illustrées du Seigneur des Anneaux et du Hobbit, et pour les adaptations cinématographiques. Chez Howe, on trouve un mélange comparable de Nouvelle-Zélande et de Terre du Milieu, mais ce n’est pas un aspect sur lequel il insiste dans ses textes, étant donné que son cahier de croquis est un guide touristique du Monde Secondaire.

Lee et Howe se présentent dans leurs livres comme des voyageurs, ramenant des croquis d’un endroit qu’eux seuls peuvent visiter physiquement. Leur voyage est nimbé de mystère, mais grâce à la quantité de dessins qu’ils dévoilent, on a un véritable sentiment d’immersion, comme si on se tenait derrière eux pendant qu’ils travaillaient, et on regardait par-dessus leur épaule les dessins en cours de réalisation. Ce sentiment repose en grande partie sur le réalisme de leurs croquis et la façon dont ils mêlent différentes sources d’inspiration venues du Monde primaire pour nous offrir des panoramas qui semblent à la fois familiers et lointains. Quand l’artiste montre des variations sur le thème du foyer des Hobbits, par exemple, on peut les interpréter comme ses tentatives, fructueuses ou non, pour représenter parfaitement l’entrée de Cul-de-Sac, mais on peut tout aussi aisément imaginer Lee se promenant dans Hobbiteville et prenant notes, en dessin, de toutes les différentes configurations d’entrées devant lesquelles il passe. En cela, leurs dessins sont différents de ceux de J.R.R. Tolkien, qui voulait souvent représenter un paysage, une construction ou une ville spécifique, et consacrait plusieurs croquis à la recherche de la meilleure façon de le dépeindre. Par exemple, il a cherché le meilleur angle de vue et le placement des éléments le plus satisfaisant dans ses croquis de Cul-de-Sac. Il n’a pas dessiné une grande variété de foyers de Hobbits, mais a plutôt exploré différentes manières d’en représenter un seul.

Les artistes comme habitants de la Terre du Milieu

Contrairement aux artistes comme voyageurs revenant d’un périple dans le Monde secondaire, d’autres créateurs s’imaginent comme des habitants de la Terre du Milieu, pratiquant leur art avec les techniques disponibles dans ce lieu et ce moment imaginaires.

C’est le cas de l’artiste espagnol Tómas Hijo, dont l’illustration « The Prancing Pony » (« Le Poney Fringant ») a reçu le Prix de la meilleure œuvre décerné par la Tolkien Society en 2016. Ses œuvres inspirées par J.R.R. Tolkien sont principalement des linogravures. Hijo travaille tout d’abord au crayon, puis transfère son croquis sur une planche de linoléum qu’il grave avant d’imprimer le résultat sur une feuille de papier. Il emploie des matériaux modernes, mais la technique d’impression est vieille de plusieurs siècles. Elle pourrait tout à fait être en usage en Terre du Milieu, soit dans le Comté victorien, soit dans des villes d’inspiration médiévale comme Minas Tirith[3].

Son processus est long, mais il lui permet d’imprimer plusieurs exemplaires identiques de la même image en noir et blanc. Il obtient ainsi également un effet de relief sur la feuille, du fait de la pression énorme appliquée au papier. Les lignes imprimées sont en léger relief, ce qui ne pourrait être obtenu de manière numérique.

Bien que cette technique soit très différente de Lee et Howe, Hijo parvient également à un haut degré d’immersion pour les spectateurs grâce à la précision de ses images. Ses œuvres fourmillent de douzaines de petits détails que l’on ne peut remarquer qu’en s’approchant de la feuille au point que l’image emplit notre champ de vision et que l’on se sent transporté dans le Monde secondaire.

Plusieurs scènes se déroulent simultanément dans sa représentation de « La Bataille des Champs du Pelennor » (« The Battle of the Pelennor Fields »)[4], mais elles ne sont pas toutes tirées du chapitre éponyme. Venant du chapitre « Le Siège du Gondor », on peut voir Denethor menant les porteurs de Faramir le long de la Rue Silencieuse. Depuis le chapitre « La Chevauchée des Rohirrim », la charge est représentée en haut de la composition. On peut même y reconnaître Éowyn et Merry. Plus loin à l’arrière-plan, les navires d’Umbar du chapitre « La Bataille des Champs du Pelennor » approchent.

Afin de représenter autant de détails sur une même scène, Hijo opte pour une vue en plongée[5]. Les spectateurs se tiennent au-dessus de la scène : l’impression que l’on plonge dans l’image est renforcée par les nombreuses lignes verticales et diagonales dans la composition, par exemple les murs de Minas Tirith et l’arête du « bastion de pierre »[6] qui coupe la ville en deux. Le plus haut niveau de Minas Tirith est celui le plus proche des spectateurs, et le niveau du sol est le plus éloigné. Le mouvement diagonal invite l’œil à descendre pour découvrir toutes les vignettes d’action.

Enfin, et non des moindres, l’œil est aussi guidé par la palette de couleurs. Les éléments les plus proches du spectateur, ou ceux vers lesquels l’artiste veut attirer l’attention, sont peints dans des tons contrastant les uns avec les autres. Par exemple, le gris clair opaque de la pierre et de l’oliphant contraste avec le rouge profond des tuiles, ainsi qu’avec les lignes noires qui cernent tous les éléments. Par comparaison, le coin supérieur gauche, où les couleurs sont assourdies, attire moins le regard, de sorte qu’on le découvre seulement dans un deuxième temps, après avoir exploré le reste de l’image.

Avec Hijo, l’immersion est double. Elle naît à la fois de la technique utilisée et de la manière dont l’artiste compose ses images. La vue en plongée invite à se pencher au-dessus de l’illustration, ce qui n’est pas sans rappeler un certain Hobbit observant dans le miroir de Galadriel une rapide succession d’évènements sans ordre chronologique. La vision de Frodo mêle les petits et grands moments de la même manière que l’artiste juxtapose ici un Nazgûl et un chat errant.

Avant Hijo, J.R.R. Tolkien crée des exemples d’art venu de la Terre du Milieu, comme son Tapis númenóréen[7] ou les pages bien connues du Livre de Mazarbul. Il y aurait beaucoup à dire sur les recherches graphiques venues du Monde secondaire, et sur l’importance de l’artisanat (qui a déjà fait l’objet de travaux universitaires[8]). On note simplement ici le fil rouge qui court à travers les gravures d’Hijo et certains dessins de J.R.R. Tolkien, donnant une idée d’un art venu de Terre du Milieu. Les gravures d’Hijo créent un sentiment d’immersion très différent des croquis de Lee et Howe, mais toutes ces œuvres proposent aux spectateurs d’entrer en Terre du Milieu. Hijo emploie une technique qui pourrait être en usage dans le Monde secondaire, tandis que Lee et Howe emportent leur matériel contemporain dans leurs voyages imaginaires. Jay Johnstone incarne une troisième voie, en utilisant des techniques et une iconographie historiques pour créer des œuvres inspirées de la Terre du Milieu à travers le prisme du Monde primaire.

De l’art en traduction

Thomas Honegger, dans son article sur Le Fléau d’Isildur par Jay Johnstone[9], montre à travers l’analyse de ce tableau comment l’artiste imagine « le travail d’un peintre de Terre du Milieu du Troisième ou Quatrième Âge »[10].

Johnstone utilise un langage visuel dont les spectateurs sont familiers, afin de « traduire » des modes de représentation depuis le Monde secondaire vers le Monde primaire. Ses tableaux fonctionnent comme des commentaires, car ils ne sont pas censés venir de Terre du Milieu. Johnstone est conscient du fait qu’un artiste du Monde secondaire aurait une tradition picturale différente, baignée dans sa propre culture. A travers ses œuvres, il propose des équivalents, dans un langage pictural familier pour les spectateurs de notre monde. Cette approche fait écho à celle de J.R.R. Tolkien, qui traduit des références culturelles de la Terre du Milieu en références culturelles spécifiques au Monde primaire, comme il l’explique dans l’Appendice F du Seigneur des Anneaux : le lien entre la langue du Rohan et le parler commun est similaire à celui entre le vieil Anglais et le moyen Anglais. C’est la raison pour laquelle J.R.R. Tolkien donne aux Rohirrim des noms aux racines vieil-anglaises, bien que ces derniers ne soient pas les noms effectivement en usage en Terre du Milieu.

Le Fléau d’Isildur, comme d’autre œuvres du même artiste, fonctionne de la même manière, comme une analogie[11]. Par un jeu de transposition et de traduction, Johnstone crée des œuvres qui mêlent plusieurs traditions artistiques pour donner l’impression de la peinture d’histoire ou d’un tableau ancien qui ne vient pas directement de Terre du Milieu, mais est une analogie d’une œuvre venue du Monde secondaire.

Le Haut-Roi Elessar[12], de Johnstone, évoque les représentations officielles de monarques ou de nobles entre le 14e et le 16e siècles[13]. L’inscription à l’arrière-plan n’était pas courante à l’époque, mais elle apparaît par exemple sur un portrait de Jean II Le Bon, roi de France[14], ou un portrait du Roi Richard III[15]. Dans ces portraits historiques, l’inscription est réduite au minimum : le nom du roi et sa fonction, qui est même réduite dans le cas du Roi Richard à « Ang. Rex. » pour le latin « Angliae Rex », soit « Roi d’Angleterre ». Dans le portrait du Roi Elessar par Johnstone, l’inscription détaille les titres du personnages, ses noms et sa lignée. Cela forme une liste impressionnante qui devient presque décorative tant elle forme un motif de dentelle autour de la tête du Roi. Cela reflète la manière dont Aragorn est présenté dans le texte, que ce soit par lui-même ou par des hérauts. Le jour de son couronnement, par exemple, Faramir l’annonce comme suit :

Voici Aragorn fils d’Arathorn, chef des Dúnedain de l’Arnor, Capitaine de l’Armée de l’Ouest, porteur de l’Étoile du Nord, manieur de l’Épée Reforgée, victorieux au combat, lui dont les mains apportent la guérison, la Pierre-elfe, Elessar de la lignée de Valandil, fils d’Isildur, fils d’Elendil de Númenor.[16]

Une description similaire est calligraphiée dans ce portrait. Dans les tableaux de Jay Johnstone, il semble que des personnages de la Terre du Milieu se sont échappés des pages pour envahir notre monde à différentes périodes historiques. Le Roi Elessar est ici peint comme un roi du Moyen-Âge ou de la Renaissance dans un portrait officiel.

Johnstone a également étudié les manuscrits enluminés. Pour créer The King of the Golden Hall[17], il a observé la mise en page, l’iconographie et les techniques des artistes enlumineurs du Moyen-Âge. Il a ensuite infusé une iconographie spécifique à la Terre du Milieu dans ce cadre[18]. Ainsi, on peut reconnaître ici des personnages du Seigneur des Anneaux (Gandalf, les trois chasseurs, Théoden, Éowyn et Grima) ainsi que des symboles culturels qui irriguent le texte, comme l’arbre blanc et la couronne, le cheval sur fond vert, etc. La frise décorative en forme d’arbre en pleine floraison apparaît à la fois sur des manuscrits historiques[19] et dans la recréation de Johnstone. Son approche est peut-être influencée par les illustrations d’inspiration médiévales de Pauline Baynes pour Le Fermier Giles de Ham (1949), dans lesquelles l’artiste mêle avec talent l’iconographie médiévale, des compositions recherchées et des détails amusants, pour le plus grand plaisir de J.R.R. Tolkien lui-même. Contrairement à Baynes, Johnstone n’est pas limité en termes de technique et de reproduction (elle devait se limiter au noir-et-blanc ou à deux tons dans Le Fermier Giles de Ham), de sorte qu’il peut explorer jusqu’au bout les techniques et les matériaux médiévaux, y compris la feuille d’or.

Alan Lee trouve également inspiration dans les manuscrits médiévaux, comme le montre son illustration de Bilbo à Fendeval[20], qui emprunte l’encadrement de sa fenêtre aux Très Riches Heures du Duc de Berry des frères Limbourg[21]. Dans l’aquarelle de Lee, il est difficile de déterminer si la partie supérieure de l’image est décorative ou représente un élément architectural. Elle emprunte les motifs et les couleurs au manuscrit afin d’injecter une profondeur historique dans l’illustration[22].

Les manuscrits médiévaux se retrouvent, sous des formes variées, dans les œuvres créées par certains des artistes dont il est question ici. Ce mélange d’inspirations fictionnelles et réelles ajoute une couche supplémentaire d’historicité à un monde déjà historiquement riche. Cela crée une interdépendance entre les deux mondes qui était déjà suggérée par le texte, et est désormais renforcée visuellement.

J.R.R. Tolkien lui-même a trouvé inspiration dans l’histoire et l’histoire de l’Art, comme le montrent ses esquisses. Par exemple, la couronne qu’il imagine pour le Gondor s’inspire des couronnes égyptiennes. L’écrivain dresse la comparaison dans ses lettres :

Je pense que la couronne du Gondor (le Royaume du Sud) était très haute, comme en Égypte, mais avec des ailes fixées, non pas tout droit vers l’arrière, mais en formant un angle. [Ici est inséré un double petit croquis de la couronne, vue de profil et de face.] Le royaume du Nord n’avait qu’un diadème […]. Cf. la différence entre les royaumes du nord et du sud de l’Égypte[23].

C’est aussi un rappel du fait que, malgré la prévalence du Moyen-Âge dans les sources d’inspiration visuelles des artistes illustrant la Terre du Milieu, l’écrivain lui-même prenait en compte beaucoup d’autres cultures.

Conclusion

Tous ces artistes font écho à la lettre souvent citée à Milton Waldman, dans laquelle J.R.R. Tolkien envisage la participation « d’autres mains, pratiquant le dessin, la musique et le théâtre »[24] à sa propre création. Certains de ces artistes ont entrepris d’offrir au lectorat des œuvres « venues de » Terre du Milieu plutôt que des œuvres « inspirées de » celle-ci, comme l’explique Tómas Hijo dans son entretien avec le Tolkien Collector’s Guide. Les quatre artistes présentés ici offrent aux spectateurs du 21e siècle un aperçu sans précédent d’un monde inventé et des œuvres d’art qui auraient pu y être créées. Ils amplifient par là l’impression de profondeur historique déjà suggérée par le légendaire, avec ses histoires entrelacées et son arrière-plan mythique.


Bibliographie

Edmonds, Jeremy, Artist Profile – Tómas Hijo, forum post, Tolkien Collector’s Guide, 6 June 2020 <https://www.tolkienguide.com/modules/newbb/viewtopic.php?topic_id=3715&forum=12&post_id=25543#forumpost25543> (consulté le 9 janvier 2021(.

Honegger, Thomas, ‘Ut pictura tractatio’ – Some Thoughts on Jay Johnstone’s Isildur’s Bane’, 2018 <https://www.academia.edu/12234866/_Ut_pictura_tractatio_Some_Thoughts_on_Jay_Johnstone_s_Isildur_s_Bane_> (consulté le 15 mars 2021).

Howe, John, Middle-Earth Traveller: Sketches from Bag End to Mordor (London: HarperCollins, 2018).

Lee, Alan, The Lord of the Rings Sketchbook (London: HarperCollins, 2005).

The Hobbit Sketchbook (London: HarperCollinsPublishers, 2019).

Tolkien, J.R.R., The Letters of J.R.R. Tolkien, ed. Humphrey Carpenter and Christopher Tolkien (London: Allen & Unwin, 1981).

The Lord of the Rings, illustrated by Alan Lee (London: HarperCollinsPublishers, 1991).


[1] Notre traduction ; “I looked for a technique for portraying Middle-earth ‘from inside’. … I didn’t want to ‘photograph’ Middle-earth, I wanted to recreate it like a Hobbit from the Shire or a Dwarf from Erebor would do. I wanted to do ‘art from Middle-earth’, not ‘art about Middle-earth’.” Voir l’entretien avec The Tolkien Collector’s Guide ici: https://www.tolkienguide.com/modules/newbb/viewtopic.php?topic_id=3715&forum=12&post_id=25543#forumpost25543 (consulté le 15 mars 2021).

[2] Une note sur l’usage des crayons et de l’aquarelle : ils ne sont utilisés largement qu’à partir des 18e et 19e siècles. J.R.R. Tolkien ne mentionne pas l’aquarelle dans Le Seigneur des Anneaux, mais on trouve deux occurrences du mot « pencil » (« crayon »). Le premier est une comparaison : “And standing there they surveyed the lands, for the morning was come; and they saw the towers of the City far below them like white pencils touched by the sunlight” (LotR, ‘The Steward and the King’, 1007). Dans sa traduction, Daniel Lauzon remplace le mot « crayon » par le mot « pinceau » : « Et de cet endroit, ils embrassèrent tout le pays du regard, car le matin était venu ; et ils virent les tours de la Cité loin au-dessous d’eux comme des pinceaux illuminés par le soleil » (RR, 296). La seconde suggère l’usage d’un crayon par un personnage important : “They found him all alone in his little room. It was littered with papers and pens and pencils” (LotR, ‘Many Partings’, 1022). A nouveau, Lauzon traduit « pencil » par « pinceau » : « Ils le trouvèrent seul, enfermé dans sa petite chambre. Elle était jonchée de vieux papiers, de plumes et de pinceaux » (RR, 315).

[3] L’influence du Moyen-Âge se ressent également dans l’humour qui baigne les représentations d’Hijo. Bien que les lignes soient nécessairement réduites aux traits essentiels, les personnages incarnent tout un panel d’émotions et de réactions. Certains peuvent évoquer les estampes du mouvement expressionniste allemand, si l’on se souvient que les artistes expressionnistes allemands s’inspiraient de la gravure médiévale et recherchaient une économie de moyens similaire dans leurs œuvres.

[4] Voir cette gravure ici : https://tomashijoart.bigcartel.com/product/the-battle-of-the-pelennor-fields-poster (consulté le 15 mars 2021).

[5] Le terme technique pour cette perspective spécifique est « projection isométrique » : les trois axes (largeur, hauteur, profondeur) sont inclines selon le même angle. Merci à Denis Bridoux pour cette précision après ma présentation lors du séminaire.

[6] RR, 23 ; “pier of rock” (LotR, ‘Minas Tirith’, 782)

[7] Voyage en Terre du Milieu cat. 87 p. 163, Artiste et Illustrateur cat. 187 p. 191.

[8] Voir par exemple Hewitt, Gina L., “Handicraft, Hobbitcraft and the Fires of Mordor: The Arts and Crafts Movement, Industrial Revolution and The Lord of the Rings” (2014). Master of Liberal Studies Theses. 51<http://scholarship.rollins.edu/mls/51> (consulté le 15 mars 2021). Voir aussi les différentes analyses menées par Denis Bridoux sur les « gribouillis » de J.R.R. Tolkien.

[9] Notre traduction. Voir l’œuvre ici : https://jaystolkien.com/portfolio-items/isildurs-bane-gold-foil/ (consulté le 15 mars 2021).

[10] Honegger 2018, p. 2, notre traduction. Cet article est également reproduit dans le livre d’art auto-publié de Johnstone, Tolkienography.

[11] … ce qui est ironique sachant combien J.R.R. Tolkien mettait ses lecteurs en garde contre l’analogie et les interprétations de son œuvre.

[12] Notre traduction. Voir cette œuvre ici : https://jaystolkien.com/portfolio-items/the-high-king-elessar/ (consulté le 15 mars 2021).

[13] Le plus souvent, le sujet y est peint en plan serré (seuls le visage et le cou sont visibles), en buste (on voit le sujet jusqu’à la taille), ou en pied (le sujet est représenté en entier). Ici, Johnstone fait le choix original de montrer le personnage jusqu’aux genoux, ce qui correspond au plan américain et était peu en usage aux 14e et 16e siècles.

[14] Voir cette œuvre ici : https://collections.louvre.fr/ark:/53355/cl010061370 (consulté le 26 avril 2021).

[15] Voir cette œuvre ici : https://www.npg.org.uk/collections/search/portrait/mw05304/King-Richard-III (consulté le 26 avril 2021).

[16] Le Retour du Roi, « L’Intendant et le Roi », p. 292.

[17] Voir cette œuvre ici : https://jaystolkien.com/portfolio-items/the-king-of-the-golden-hall-gold-foil/ (consulté le 15 mars 2021).

[18] Comme l’a signalé Joel Merriner, la recréation pseudo-médiévale d’iconographie de la Terre du Milieu est aussi explorée par l’artiste ukrainien Sergei Iukhimov. Voir par exemple : Merriner, Joel, “Intertextuality and Iconography in Sergei Iukhimov’s Illustrations for The Lord of the Rings: Five Case Studies,” Journal of Tolkien Research: Vol. 7 : Iss. 1 , Article 1 <https://scholar.valpo.edu/journaloftolkienresearch/vol7/iss1/1> (consulté le 15 mars 2021).

[19] Voir : Histoire ancienne jusqu’à César, France, 14e s. BnF, Département des Manuscrits. Français 250, fol. 57. Disponible sur Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10509076q (consulté le 26 avril 2021).

[20] Voir cette aquarelle ici : http://tolkiengateway.net/wiki/File:Alan_Lee_-_Bilbo_at_Rivendell.jpg (consulté le 15 mars 2021).

[21] Un exemple tout à fait parlant d’illustration de ce livre est disponible ici : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Fr%C3%A8res_Limbourg_-_Tr%C3%A8s_Riches_Heures_du_duc_de_Berry_-_mois_de_mai_- _Google_Art_Project.jpg#/media/File:Frères_Limbourg_-_Très_Riches_Heures_du_duc_de_Berry_-_mois_de_mai_-_Google_Art_Project.jpg (consulté le 15 mars 2021).

[22] Voir Bretagnolle, Marie, ‘Artists in Middle-earth: illustrating The Lord of the Rings’, à paraître dans les actes de Tolkien2019.

[23] Lettre 211 à Rhona Beare, Lettres p. 539-540.

[24] Lettre 131 à Milton Waldman, Lettres, p. 281.


Captation de ma communication en anglais


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.