Imagine Arda – an interview with Norloth

This article is part of a series dedicated to artists, fan-artists and illustrators inspired by the writings of J.R.R. and Christopher Tolkien. If you yourself are an artist, and you like the idea of a conversation and a feature on this blog, please reach out to me.

My guest today is Norloth, an illustrator, photographer, and cosplayer from Shanghai.

Read on for the interview with the artist.

Norloth, “Hobbit Day”, 2019. Used with permission.
  • Hello Norloth, and thank you for granting me this interview. To begin with, could you introduce yourself? Where does your passion for art comes from? Do you have art training or are you self-taught?

I have liked drawing since very young but never had any formal training until I left my first job in a total different field. After that, I was very fortunate to get an offer from Edinburgh College of Art where I pursued a degree in illustration. I feel that I am naturally drawn to visual things, like fiction books with illustrations and animated films. The first film I watched in cinema was The Lion King, which had a great impact on me and put a seed of art in my heart. I am now an illustrator and art educator based in Shanghai, China.

  • How did you discover J.R.R. Tolkien?

I went to watched Peter Jackson’s The Lord of the Rings films when in high school and immediately fell in love. After The Fellowship of the Ring film, I was so eager to know the rest of the story so I bought a set of books. (The books were in Chinese of course.) After that, I read The Hobbit and The Silmarillion.

  • Is there an element from his writing (a theme, a passage, a character) that resonates particularly with you?

Yes, definitely. The reason I left my first job to pursue a career in art was very much inspired by Bilbo Baggins’ leaving the Shire without a handkerchief to a world unknown to him and to an adventure.

  • Which sources do you turn to for information? Do you read books about J.R.R. Tolkien?

As for information about art, I like reading picture books and books about art and design in general. I read books about Tolkien, such as The Maker of Middle-earth, J.R.R.Tolkien: Artist and Illustrator, Tolkien and the Great War…

  • How has your creative approach to Tolkien’s works changed over the years?

I began with drawing fanart of the films very early on. I have been a fan of the art and designs of the films. Later, as an illustrator, I wanted to explore my own interpretation and tried to break away from what I had been seeing in the films for years. 

  • Do Tolkien’s own illustrations inspire you in any way? Do you feel you have to stay as close to these representations as you can, or on the contrary, do you refer only to the text?

Tolkien’s own illustrations have surely inspired me in some way. I love Tolkien’s choice of colours, attracted by the graphic and decorative aspects of his illustrations. The art styles which inspired Tolkien have their impact on me as well. And I feel my taste in art might be quite close to Tolkien’s. But I do not feel I have to stay as close to those representations as I can. His illustrations can be a good reference to get a deeper understanding of the landscapes when the text cannot give me a clear view in my head. But most of the time, I just read the text and try to let my own imagination run.

Norloth, illustration for “Perry-the-Winkle”, 2019. Used with permission.
  • What tools do you use? Do you work traditionally, digitally, or do you mix both?

I usually use a mixed of both, to draw with traditional tools and paint with photoshop. I also use coloured pencils, watercolour, oil pastels, and sometimes embroidery.

  • Your style is instantly recognizable; how did you elaborate it?

I did not pay much attention to styles in early years and just tried to draw in ways that I felt comfortable. I always enjoy drawing lines in a decorative way, which finally lead to my current style. In 2018, I began to create illustrations for The Hobbit and wanted to do it in a way that both children and adults would like. The need of a more childish feeling and my usual way of drawing lines mingled together, forming a style I never intended but felt rather suitable for the story.

  • One of my favourite artworks from you is your series illustrating “Perry-the-Winkle”. How did you approach this one? Was illustrating poetry different from illustrating prose?

“Perry-the-Winkle” is more like a short story to me than a poem. It is very detailed in characters, places, objects, etc… And the light tone of the poem brought me much joy in creating images for it. I don’t think there is much difference in illustrating poetry from illustrating prose, as long as I can get the same amount of details from the text. But sometimes poetry can be more difficult, especially when they are abstract ones.

  • Can you tell us about your Hobbit project? Do you plan on illustrating every chapter of The Hobbit?

I do plan to create at least one portrait format image for every chapter of The Hobbit. But there are still some chapters for which I haven’t decided what to draw. As for chapters like “Roast Mutton” and “Flies and Spiders”, I have already drawn a few. As this project develops, I like to imagine doing illustrations for the whole book. That is my big ambition.

  • In each chapter, how do you pick which scene to illustrate?

I pick the scenes which can immediately arouse visual images in my head and those with significant importance to the story.

Norloth, “A Short Rest”, 2019. Used with permission.
  • What are the main challenges an illustration faces?

I think it’s whether the viewer can immediately understand what the illustration is about. And in the case of illustrating Tolkien, the main challenge is whether the picture gets the right feeling. I always wonder if I ever had the chance to show professor Tolkien my work, would he like it or hate it?

  • What are the main challenges you face as an illustrator?

The main challenge is how to find balance between personal interests and audience’s interests. Sometimes I don’t want to think about what other people like or interest in. But that is definitely not the best way of an illustrator…

  • Are there artists, who have illustrated J.R.R. Tolkien’s texts or not, who inspire you in particular?

As my first encounter with Middle-earth is through the film trilogy, Alan Lee and John Howe both have inspired me a lot. Other artists who inspired me include Arthur Rackham, Alphonse Mucha, Kay Nielsen, and so many. There is also a Chinese artist named Dinghua Zhang, who has  illustrated a lot of fairytales. When I was a kid, I read the book he illustrated and were so fascinated by those images. He was really the very first illustrator I remember as a kid and I’m still in love with his illustrations.

  • What is your next project relating to J.R.R. Tolkien?

My project of The Hobbit is not over yet. As for other project relating to Tolkien, I plan to draw more illustrations for The Lord of the Rings and for other poems from The Adventures of Tom Bombadil.

  • Where can we follow your work?

You can follow my work on Twitter, Instagram and Tumblr.

Many thanks, Norloth, for this interview.

Norloth, “Inside Information”, 2020. Used with permission.

Imaginer Arda – un entretien avec Norloth

Cet article appartient à une série consacrée aux artistes, fan-artistes et illustrateurices inspiré.e.s par les écrits de J.R.R. et Christopher Tolkien. Si vous créez vous-mêmes des œuvres autour d’Arda et la Terre du Milieu, et l’idée d’un entretien pour figurer sur ce blog vous plaît, n’hésitez pas à me contacter.

Mon invitée aujourd’hui est Norloth, une illustratrice, photographe et cosplayeuse de Shanghai.

Continuez à lire pour l’entretien.

Norloth, « Hobbit Day », 2019. Utilisé sur autorisation de l’artiste.
  • Bonjour Norloth, et merci d’avoir accepté cet entretien. Pour commencer, pouvez-vous vous présenter ? D’où vient votre passion pour l’art ? Avez-vous suivi une formation ou êtes-vous autodidacte ?

J’aime dessiner depuis mon enfance, mais je n’ai pas reçu de formation artistique avant de quitter mon emploi dans un domaine totalement différent. Après cela, j’ai eu la chance qu’on m’offre une place à l’Ecole des Beaux-Arts d’Edimbourg, où j’ai obtenu un diplôme d’illustration. Je suis naturellement attirée vers les choses visuelles, comme les livres de fiction illustrés et les dessins animés. Le premier film que j’ai vu au cinéma était Le Roi Lion, qui m’a fortement marquée et a déposé la graine de l’art dans mon cœur. Je suis désormais une illustratrice et professeure d’art à Shanghai, en Chine.

  • Comment avez-vous découvert J.R.R. et Christopher Tolkien ?

Je suis allée voir les films du Seigneur des Anneaux par Peter Jackson quand j’étais au lycée, et j’en suis immédiatement tombée amoureuse. Après La Communauté de l’Anneaux, j’avais tellement hâte de connaître la suite de l’histoire que j’ai acheté les livres (qui étaient bien sûr en chinois). Après cela, j’ai lu Le Hobbit et Le Silmarillion.

  • Y a-t-il un élément de leur œuvre qui vous marque particulièrement (un thème, un passage, un personnage) ?

Oui, absolument. La raison pour laquelle j’ai quitté mon premier travail pour me lancer dans une carrière artistique a été très inspirée par Bilbo Bessac, lui qui quitte le Comté sans mouchoir pour découvrir un monde qui lui était inconnu et vivre une aventure.

  • A quelles sources puisez-vous vos informations ? Lisez-vous des livres à propos de J.R.R. Tolkien ?

Pour m’informer sur l’art, j’aime lire des livres illustrés et des essais sur l’art et le design. Je lis également des livres sur Tolkien, comme Créateur de la Terre du Milieu, J.R.R. Tolkien : Artiste et Illustrateur, Tolkien et la Grande Guerre, etc.

  • Votre approche créative des textes de J.R.R. et Christopher Tolkien a-t-elle évolué avec le temps ?

J’ai commencé par dessiner des fan-arts des films très tôt. J’ai beaucoup admiré la direction artistique et les concepts introduits par les films. Plus tard, comme illustratrice, j’ai voulu explorer ma propre interprétation et j’ai essayé de me séparer de ce que j’avais vu dans les films pendant des années.

  • Les illustrations de J.R.R. Tolkien lui-même vous inspirent-elles ? Pensez-vous devoir rester fidèle à ces représentations, ou au contraire, vous référez-vous principalement au texte ?

Les illustrations de Tolkien m’ont sûrement inspirée d’une façon ou d’une autre. J’adore les choix de couleurs de Tolkien, et je suis attirée par les aspects graphiques et décoratifs de ses illustrations. Les styles artistiques qui l’ont inspiré m’ont également influencée. J’ai l’impression que mes goûts en termes d’art sont assez proches de ceux de Tolkien. En revanche, je ne ressens pas la nécessité de rester au plus proche de ses propres images que possible. Ses illustrations peuvent être une bonne référence pour atteindre une compréhension plus profonde des paysages quand le texte ne me suffit pas pour former une image claire dans ma tête, mais la plupart du temps, je me contente de lire le texte et de laisser le champ libre à mon imagination.

Norloth, illustration for “Perry-the-Winkle”, 2019. Utilisé sur autorisation de l’artiste.
  • Quels sont vos media de prédilection ? Travaillez-vous avec des outils traditionnels, numériques, ou un mélange des deux ?

J’utilise habituellement un mélange : je dessine avec des outils traditionnels et je peins sous Photoshop. J’utilise également des crayons de couleur, de l’aquarelle, des pastels à l’huile, et je réalise parfois des broderies.

  • Votre style se reconnaît au premier coup d’œil. Comment l’avez-vous élaboré ?

Au début de ma carrière, je ne faisais pas attention au style ; j’essayais juste de dessiner d’une manière qui m’était confortable. J’aime toujours dessiner des lignes de manière décorative, ce qui m’a progressivement amenée à mon style actuel. En 2018, j’ai commencé à créer des illustrations pour Le Hobbit et j’ai voulu trouver un moyen pour qu’elles plaisent à la fois à des enfants et des adultes. Le besoin d’une sensibilité plus enfantine et ma façon habituelle de dessiner se sont mélangés et ont formé un style que je n’avais pas prévu mais que j’ai trouvé approprié pour l’histoire.

  • L’une des œuvres de votre main que je préfère est votre série pour « Perry-the-Winkle ». Comment l’avez-vous conçue ? Illustrer de la poésie est-il différent d’illustrer de la prose ?

Pour moi, « Perry the Winkle » est plus une nouvelle qu’un poème. Le texte donne beaucoup de détails sur les personnages, les lieux, les objets, etc. Et le ton léger du poème m’a procuré beaucoup de joie en créant les images pour l’illustrer. Je ne crois pas qu’il y ait beaucoup de différence entre illustrer de la poésie et illustrer de la prose, du moment que je peux trouver la même quantité de détails dans le texte. Mais parfois la poésie peut se révéler plus difficile, particulièrement quand elle est abstraite.

  • Pouvez-vous nous parler de votre projet Le Hobbit ? Prévoyez-vous d’illustrer tous les chapitres du Hobbit ?

Je prévois de créer au moins une image en format portrait pour chaque chapitre du Hobbit. Mais il y a encore des chapitres pour lesquels je n’ai pas décidé quoi dessiner. A l’inverse, pour des chapitres comme « Rôti de mouton » ou « Mouches et araignées », j’en ai déjà dessinées plusieurs. Au fil de l’avancée de ce projet, je me plais à penser que je vais illustrer tout le livre. C’est ma grande ambition.

  • Dans chaque chapitre, comment choisissez-vous quelle scène illustrer ?

Je choisis les scènes qui font immédiatement naître des images visuelles dans ma tête, et celles qui ont une importance particulière pour l’histoire.

Norloth, « A Short Rest », 2019. Utilisé sur autorisation de l’artiste.
  • Quels sont les principaux défis qu’une illustration doit relever ?

Je pense que cela tient à faire immédiatement comprendre au lectorat ce que l’illustration représente. Et dans le cas de Tolkien, le principal défi est que l’image fasse passer la bonne émotion. Je me demande toujours : si j’avais l’occasion de montrer mon travail au professeur Tolkien, l’aimerait-il ou le détesterait-il ?

  • Quels sont les principaux défis que vous rencontrez en tant qu’illustratrice ?

Le principal défi est de trouver un équilibre entre ses intérêts personnels et ceux du public. Parfois, je ne veux pas me demander ce que d’autres personnes aiment ou ce qui les attire. Mais ce n’est certainement pas la meilleure façon d’aborder l’illustration…

  • Y a-t-il des artistes, ayant travaillé sur les textes de J.R.R. Tolkien ou non, qui vous inspirent en particulier ?

Etant donné que ma première rencontre avec la Terre du Milieu s’est faite par la trilogie cinématographique, Alan Lee et John Howe m’ont tous deux beaucoup inspirée. Parmi les autres artistes qui m’inspirent se trouvent Arthur Rackham, Alphonse Mucha, Kay Nielsen et beaucoup d’autres. Il y a aussi l’artiste chinois Dinghua Zhang, qui a illustré de nombreux contes de fées. Quand j’étais petite, je lisais les livres qu’il avait illustrés et ses images me fascinaient. C’est vraiment le premier illustrateur dont je me souviens depuis mon enfance, et j’adore toujours autant ses illustrations.

  • Quels sont vos prochains projets en lien avec J.R.R. Tolkien ?

Mon projet pour Le Hobbit n’est pas encore terminé. Quant à d’autres projets en lien avec Tolkien, je prévois de créer plus d’illustrations pour Le Seigneur des Anneaux et d’autres poèmes des Aventures de Tom Bombadil.

  • Où peut-on suivre votre travail ?

Vous pouvez suivre mon travail sur Twitter, Instagram et Tumblr.

Merci beaucoup, Norloth, pour cet entretien.

Norloth, « Inside Information », 2020. Utilisé sur autorisation de l’artiste.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.