Imagine Arda – an interview with Magdalena Olechny

This article is part of a series dedicated to artists, fan-artists and illustrators inspired by the writings of J.R.R. and Christopher Tolkien. If you yourself are an artist, and you like the idea of a conversation and a feature on this blog, please reach out to me.

My guest today is Magdalena Olechny, an independent fantasy artist from Poland. I was instantly taken with her “Ladies of Arda” series, depicting well-loved an lesser-known women from Middle-earth and beyond.

Read on for the interview with the artist.

Varda, Queen of the Stars © Magdalena Olechny 2021 – used with permission.
  • Hello Magdalena, and thank you for granting me this interview. To begin with, could you introduce yourself? Where does your passion for art comes from? Do you have art training or are you self-taught?

Hello Marie, thank you for your interest in my art, I’m honored!
My name is Magdalena Olechny and I’m an artist currently working in the casual game industry. In the free time I’m working on my own illustrations depicting original characters, as well as scenes from Tolkien’s writings. I’d love to become an independent artist someday.

My earliest memory of actually taking significant interest in art is related to my admiration for other artists. I remember that when I went to a sanatorium as a child, I met a girl older than me who drew beautifully. Thanks to her, I started to draw more and more and I liked the results. Of course, in retrospect, my early work is nothing special, but I was enjoying the creative process.

Eventually I went to university where I studied Art Education, but unfortunately there wasn’t any program of teaching art fundamentals. That’s why I consider myself a self-taught artist.

  • How did you discover J.R.R. and Christopher Tolkien?

I discovered Tolkien through the Lord of the Rings movies. I believe I was in elementary school at that time. I don’t remember the details, but I was definitely fascinated by Middle-earth. Some of my first drawings are of movie characters (or, I should say, book characters portrayed by the actors and actresses). Soon I asked my dad to buy the books. And so I’ve soaked in Tolkien’s work for good.

  • Is there an element from J.R.R. and Christopher Tolkien’s writing (a theme, a passage, a character) that resonates particularly with you?

Haha, it’s hard to mention everything! But I think for me the most important theme is eucatastrophe. Even in the greatest darkness, even when all seems lost, there is still hope. As I share the Catholic faith with J.R.R. Tolkien, eucatastrophe has also a mystical meaning for me. The hope that permeates books is part of all of my life.

The character who resonates particularly with me is Éowyn. I think it’s quite common, and no wonder. The theme of hope is also present in her story arc. When I was suffering from depression, I was returning to Éowyn very often. “The Houses of Healing” is a chapter I read the most.

Éowyn, Shieldmaiden © Magdalena Olechny 2021 – used with permission.
  • Which sources do you turn to for information? Do you read books about J.R.R. and Christopher Tolkien, or mainly books written by them?

Both! I reread Lord of the Rings every year. There’s still a whole History of Middle-earth ahead of me. I’m slowly finishing Unfinished Tales. And I want to read so many wonderful books about Tolkien! I’ve started Splintered Light by Verlyn Flieger, absolutely beautiful! I also love podcasts, especially The Prancing Pony Podcast, a great source of information.

  • Do Tolkien’s own illustrations inspire you in any way?

His illustrations are a helpful guideline indeed! However, I mainly focus on characters, while Tolkien illustrated mostly landscapes and his figures are rather small compared to their surroundings. Although I must say that whenever I can look at the visual representation of his world done by his own hand, I try to incorporate it in my own artwork.

  • What tools do you use? Do you work traditionally, digitally, or do you mix both media?

I mainly work digitally, although traditional media aren’t unfamiliar to me. When I work traditionally, I often sketch on the computer first. It gives full play to experimenting, making quick changes and trying different solutions without having to sketch everything over and over again.

  • Let’s talk about your “Ladies of Arda series”. I find it absolutely wonderful in its diversity and its simplicity. Your black-and-white portraits have an immediacy to them, so that I feel instantly connected to the character, but they also have a lot of depth. Can you tell me more about it? How did the idea come to you?

“Ladies of Arda” started as a project for Inktober challenge. Artist participating in Inktober use mainly traditional media such as ink, fineliners, markers etc. during the month of October. I wanted to be a part of it too! However, I didn’t want to use official prompts but rather do my own thing. I thought it should be something cohesive and interesting to me – there were going to be 31 drawings after all, quite a bit, frankly. I had different ideas, none of which seemed enthralling enough.

Eventually, the thought of portraying Tolkien’s characters came to me. Tolkien’s characters? But there’s so many of them! Which one to choose? Who would I like to depict? And then I realized, that I’m often drawn to female characters and pay special attention to them, being able to identify with them more easily. Moreover, I felt frustration whenever I read comments about how few female characters are in Tolkien’s work.

Well, that seemed like a theme worth exploring! The goal was to not only portray chosen characters in their physicality but also say something about them, something that struck a chord within me. Whether it be Nerdanel’s artistic side, Idril’s disquiet or Belladonna’s love of adventure — I wanted to show it and see if other people feel the same about these amazing characters.

Nerdanel, Artisan of Wisdom © Magdalena Olechny 2021 – used with permission.
  • There’s a delightful variety of styles and inspiration in your portraits, without even the need for colour. Why did you choose black and white?

As I said earlier, “Ladies of Arda” were made with Inktober in mind. And although this challenge allowed for use of colors, I choose the most classic style for it, being inspired by other artists and their creativity with using only black and white.

I must admit that the whole series took me a lot longer than a month to make and I didn’t publish it in October but it’s still closely related to Inktober.

  • Could you talk us through the making of a picture? Did you work with visual references? Did you experiment a lot in the sketching phase?

Usually I start with words. Associations, feelings, everything I want to invoke in a viewer. I write it down, creating something similar to a mind map. Then I go for a search of inspiring images. Something that would match with what I’ve come up with at the previous stage. Sometimes there are “happy accidents” and I depart from an initial idea in favor of a new, exciting inspiration.

Eventually I start doing first, simple sketches. They are very, very basic and often impossible to understand by others. But they help me to visualize the arrangement of things. These sketches are quick, so I can experiment freely.

I use a lot of references. Oftentimes, I made them myself – by creating 3D models or taking my own pictures (or rather my sister takes them). Basically for every element there is a visual help. If the reference is mine or have CC0 licence, I usually trace it to save time. Of course there is still a lot of modifications and such. That’s how a sketch is made. Then lineart. Then flat colors (in case of a digital illustration). And then a long process of rendering. When it comes to traditional illustrations, such as “Ladies of Arda”, it’s usually quicker. It’s worth to mention that the sketches for this collection were made digitally. I printed them and trace them on watercolor paper using a light pad. The rest of the process you can see on my Instagram, where I posted a few time-lapse videos!

Arwen, Evening Star © Magdalena Olechny 2021 – used with permission.
  • What are the main challenges an illustration faces?

Creating a clear vision of a book scene, character or place would be the main challenge. When one reads, some things can be “blurry” in one’s mind. An illustration cannot be the same way. What is presented must be visually defined and it can be hard to come up with something that would match the impression one gets from the text. For example elven beauty is so otherworldly that to capture it is a real challenge.

  • What are the main challenges you face as an illustrator?

Recently it’s health. Unfortunately, my hand isn’t in a great condition due to a lot of hours of drawing at my current job. I’ve had to limit the time spend on personal projects and it’s quite distressing. I hope thing will get better though!

  • Are there artists, who have illustrated J.R.R. Tolkien’s texts or not, who inspire you in particular?

My first memories of Tolkien-inspired illustrations are of those made by Katarzyna Chmiel-Gugulska, also know as Kasiopea. It was a series of short comics of Boromir and Faramir as children. I love how she portrays these characters and it’s a great inspiration!

The other artist I especially admire is Elena Kukanova. Her depiction of elves is the best I’ve ever seen! She manages to capture this otherworldly element I mention earlier. And her designs are just brilliant!

Moreover, thanks to her I’ve read “Atrabeth Finrod Ah Andreth”, you must see her illustrations of Andreth and Aegnor!

Vairë, Weaver of Time © Magdalena Olechny 2021 – used with permission.
  • Do you have a future project relating to J.R.R. Tolkien? Maybe more portraits for “Ladies of Arda”?

I think I must return to “Ladies of Arda”, because there’s still so many wonderful characters to portray!

I’ve also made a mini-series of 3 illustrations from The Hobbit, which I plan to publish soon. Well, one of them is already available on Twitter, but the rest of them will probably see the light of the day on September 22, Hobbit Day!

  • Where can we follow your work?

My main website is www.magdalenaolechny.com. I’m also on Instagram, Twitter, Tumblr, and Deviantart.

Many thanks, Magdalena, for this interview.

It’s been a pleasure! Thank you for your kindness!

Estë, Healer of Weariness © Magdalena Olechny 2021 – used with permission.

Imaginer Arda – un entretien avec Magdalena Olechny

Cet article appartient à une série consacrée aux artistes, fan-artistes et illustrateurices inspiré.e.s par les écrits de J.R.R. et Christopher Tolkien. Si vous créez vous-mêmes des œuvres autour d’Arda et la Terre du Milieu, et l’idée d’un entretien pour figurer sur ce blog vous plaît, n’hésitez pas à me contacter.

Mon invitée aujourd’hui est Magdalena Olechny, une artiste indépendante de fantasy de Pologne. J’ai immédiatement été charmée par sa série « Dames d’Arda » (“Ladies of Arda”), dans laquelle elle dépeint des femmes populaires ou moins connues de la Terre du Milieu et au-delà.

Continuez à lire pour l’entretien.

Varda, Queen of the Stars © Magdalena Olechny 2021 – utilisé sur autorisation de l’artiste.
  • Bonjour Magdalena, et merci d’avoir accepté cet entretien. Pour commencer, pouvez-vous vous présenter ? D’où vient votre passion pour l’art ? Avez-vous suivi une formation ou êtes-vous autodidacte ?

Bonjour Marie et merci pour votre intérêt, je suis touchée !

Je m’appelle Magdalena Olechny et je suis artiste. Je travaille en ce moment dans l’industrie du jeu occasionnel. Pendant mon temps libre, je travaille à mes propres illustrations, qui dépeignent soit des personnages originaux, soit des scènes issues des écrits de J.R.R. Tolkien. Je souhaite devenir une artiste indépendante un jour.
Mes souvenirs les plus anciens ayant trait à l’art sont liés à mon admiration pour d’autres artistes. Je me souviens avoir rencontré enfant une jeune fille plus âgée que moi dans un sanatorium. Elle dessinait merveilleusement bien. Grâce à elle, j’ai commencé à dessiner de plus en plus et à aimer ce que j’obtenais. Bien sûr, avec un regard rétrospectif, mes dessins de jeunesse n’ont rien de spécial, mais le processus créatif me plaisait beaucoup.

J’ai fini par aller à l’université, où j’ai étudié pour devenir éducatrice artistique, mais malheureusement aucun programme n’enseignait les fondamentaux de l’art. C’est pour cela que je me considère comme auto-didacte.

  • Comment avez-vous découvert J.R.R. et Christopher Tolkien ?

J’ai découvert J.R.R. Tolkien à travers les films du Seigneur des Anneaux. Je crois que j’étais à l’école primaire à l’époque. Je ne me rappelle pas les détails, mais j’ai vraiment été fascinée par la Terre du Milieu. Certains de mes premiers dessins représentent les personnages des films (ou, devrais-je dire, les personnages des livres interprétés par les acteurs et actrices). J’ai rapidement demandé à mon père de m’acheter les livres. C’est ainsi que je me suis plongée dans l’œuvre de Tolkien pour de bon.

  • Y a-t-il un élément de l’œuvre de J.R.R. et Christopher Tolkien qui vous marque particulièrement (un thème, un passage, un personnage) ?

Ha ha, difficile de tout mentionner ! Mais je crois que le thème le plus important pour moi est l’eucatastrophe. Même dans l’obscurité la plus profonde, même si tout semble perdu, il y a toujours de l’espoir. Etant donné que je partage la foi catholique avec J.R.R. Tolkien, l’eucatastrophe a aussi un sens mystique pour moi. L’espoir qui parcourt les livres est une part intégrante de ma vie.

Le personnage qui résonne le plus en moi est celui d’Éowyn. Je crois que c’est assez courant, et cela ne m’étonne pas. Le thème de l’espoir est également présent dans son arc narratif. Quand je souffrais de dépression, je revenais souvent à Éowyn. « Les Maisons de Guérison » est un des chapitres que je relis le plus.

Éowyn, Shieldmaiden © Magdalena Olechny 2021 – utilisé sur autorisation de l’artiste.
  • A quelles sources puisez-vous vos informations ? Lisez-vous des livres à propos de J.R.R. Tolkien, ou surtout les livres qu’ils ont écrit ?

Les deux ! Je relis Le Seigneur des Anneaux tous les ans. Il me reste encore à lire toute l’Histoire de la Terre du Milieu. Je finis lentement ma lecture des Contes et légendes inachevés. Et je veux lire tellement de livres consacrés à Tolkien ! J’ai commencé Une Lumière éclatée, de Verlyn Flieger, c’est merveilleux ! J’adore aussi les podcasts, en particulier le Prancing Pony Podcast, une très bonne source d’information.

  • Les illustrations de J.R.R. Tolkien lui-même vous inspirent-elles ?

Ses illustrations sont effectivement des lignes directrices très utiles ! Cependant, je me concentre principalement sur les personnages, alors que J.R.R. Tolkien illustrait surtout les paysages, dans lesquels les silhouettes sont petites par rapport à leur environnement. Pourtant, je dois dire qu’à chaque fois que je peux observer comment il représente son propre monde, j’essaie d’incorporer cela dans mes propres œuvres.

  • Quels sont vos media de prédilection ? Travaillez-vous avec des outils traditionnels, numériques, ou un mélange des deux ?

Je travaille principalement avec des outils digitaux, mais les techniques traditionnelles ne me sont pas inconnues. Quand je travaille traditionnellement, je commence souvent par une esquisse sur ordinateur. Cela me donne toute latitude pour expérimenter, opérer des changements rapides et tester différentes solutions sans avoir à tout esquisser encore et encore.

  • Parlons de votre série « Dames d’Arda ». Je la trouve merveilleuse dans sa diversité et sa simplicité. Vos portraits en noir et blanc ont une forme d’immédiateté, de sorte que je me sens instantanément liée au personnage, mais ils ont également beaucoup de profondeur. Pouvez-vous m’en dire plus ? Comment vous est venue l’idée ?

« Dames d’Arda » a commencé comme un défi Inktober. Pendant le mois d’octobre, les artistes prenant part à Inktober utilisent principalement des techniques traditionnelles comme l’encre, les feutres fins, les marqueurs, etc. Je voulais y participer aussi ! Cependant, je ne voulais pas suivre les sujets officiels, plutôt ma propre inspiration. J’ai envisagé de créer quelque chose qui ait une cohésion et qui m’intéresse – après tout, cela représentait 31 dessins, ce qui fait beaucoup de travail. J’avais différentes idées, mais aucune ne m’enchantait suffisamment.

Finalement m’est venue l’idée de créer des portraits de personnages créés par Tolkien. Des personnages de Tolkien ? Mais il y en a tellement ! Lesquels choisir? Qui aimerais-je représenter? C’est alors que je me suis rendue compte que j’étais souvent attirée par les personnages féminins, je leur prêtais plus d’attention, et je pouvais m’identifier à elles plus facilement. De plus, j’étais frustrée à chaque fois que je lisais des commentaires sur les femmes dans le monde de J.R.R. Tolkien.

Cela m’a semblé être un thème porteur. Le but n’était pas de créer seulement des portraits physiques des personnages, mais aussi de dire quelque chose à leur propos, quelque chose qui trouvait un écho en moi. Qu’il s’agisse du côté artistique de Nerdanel, l’inquiétude d’Idril ou l’amour de Belladonna pour l’aventure – je voulais montrer cela et voir si d’autres personnes ressentait la même chose pour ces personnages incroyables.

Nerdanel, Artisan of Wisdom © Magdalena Olechny 2021 – utilisé sur autorisation de l’artiste.
  • Il y a une variété réjouissante de styles et d’inspirations dans vos portraits, sans même avoir besoin de la couleur. Pourquoi avoir choisi le noir et blanc ?

Comme je le disais plus haut, ces portraits ont été créés pour Inktober. Bien que ce défi autorise l’usage de la couleur, j’ai choisi la voie la plus classique, inspirée la créativité d’autres artistes utilisant seulement le noir et blanc.

Je dois admettre que la série complète m’a demandé beaucoup plus qu’un mois à réaliser, et je ne l’ai pas publiée en octobre, mais elle est néanmoins étroitement liée à Inktober.

  • Pouvez-vous décrire la conception d’une illustration ? Travaillez-vous avec des références visuelles ? Expérimentez-vous beaucoup pendant la phase d’esquisses ?

Je commence habituellement avec des mots. Des associations d’idées, des sentiments, tout ce que je veux évoquer chez les spectateurs. J’écris tout, ce qui forme quelque chose proche d’une carte heuristique. Puis je pars en quête d’images inspirantes, quelque chose qui correspondrait à ce que j’avais obtenu à l’étape précédente. Parfois il y a d’« heureux accidents » et je m’éloigne de mon idée initiale pour suivre une inspiration nouvelle, plus excitante.

Je commence ensuite à réaliser des premières esquisses, toutes simples. Elles sont très, très basiques et souvent impossibles à comprendre par d’autres. Mais elles m’aident à visualiser l’arrangement des éléments. Ce sont des dessins rapides, qui me permettent d’expérimenter en toute liberté.

J’utilise beaucoup de références. Souvent, je les fais moi-même – en créant des maquettes 3D ou en prenant mes propres photos (ou plutôt en demandant à ma sœur d’en prendre). De manière globale, pour tout élément je m’aide d’un support visuel. Si la référence vient de moi ou a une licence CC0, le plus souvent je la décalque pour gagner du temps. Bien sûr j’y apporte beaucoup de modifications par la suite, mais c’est ainsi que je construis mes esquisses. Puis viennent le tracé, les aplats de couleur (dans le cas d’une illustration digitale), et enfin les ombres et les textures. Pour les illustrations traditionnelles, comme la série des « Dames d’Arda », c’est souvent plus rapide. Je précise que les esquisses pour cette série ont été faites sur ordinateur. Je les ai ensuite imprimées puis reportées sur du papier aquarelle avec une tablette lumineuse. Pour voir le reste du processus, vous pouvez vous rendre sur Instagram, où j’ai posté quelques vidéos accélérées !

Arwen, Evening Star © Magdalena Olechny 2021 – utilisé sur autorisation de l’artiste.
  • Quels sont les principaux défis qu’une illustration doit relever ?

Créer une vision claire d’une scène d’un livre, d’un personnage ou d’un lieu est le principal défi. Quand on lit, certaines choses peuvent être “floues” dans la représentation mentale que l’on s’en fait. Une illustration ne peut pas se le permettre. Ce que l’on représente doit être défini, ce qui peut compliquer la tâche de correspondre à l’impression que l’on a du texte. Par exemple, la beauté elfique est si surnaturelle que la rendre en image est un véritable défi.

  • Quels sont les principaux défis que vous rencontrez en tant qu’artiste ?

Récemment, c’était la santé. Malheureusement, ma main n’est pas en bon état à cause des longues heures de dessin exigées par mon travail actuel. J’ai dû limiter le temps passé sur des projets personnels et c’est difficile. J’espère que les choses vont s’arranger !

  • Y a-t-il des artistes, ayant travaillé sur les textes de J.R.R. Tolkien ou non, qui vous inspirent en particulier ?

Mes premiers souvenirs d’illustrations inspirées de Tolkien sont celles de Katarzyna Chmiel-Gugulska, aussi connue sous le pseudonyme de Kasiopea. C’était une série de courtes bandes-dessinées sur l’enfance de Boromir et Faramir. J’adore la façon dont elle représente ces personnages, et c’est une merveilleuse source d’inspiration !

L’autre artiste que j’admire en particulier est Elena Kukanova. Sa représentation des Elfes est la meilleure que j’aie jamais vue ! Elle arrive à saisir cet élément surnaturel que je mentionnais plus haut. Et ses créations sont simplement magnifiques !

De plus, grâce à elle j’ai lu « Atrabeth Finrod Ah Andreth », il faut vraiment voir ses illustrations d’Andreth et Aegnor !

Vairë, Weaver of Time © Magdalena Olechny 2021 – utilisé sur autorisation de l’artiste.
  • Quels sont vos prochains projets en lien avec J.R.R. Tolkien ? Peut-être des portraits supplémentaires pour « Dames d’Arda » ?

Je crois que je vais devoir poursuivre « Dames d’Arda » car il y a encore tant de personnages merveilleux à représenter !

J’ai aussi créé une courte série de trois illustrations tirées du Hobbit, que je prévois de publier bientôt. L’une d’entre elle est déjà visible sur Twitter, mais le reste verra probablement le jour le 22 septembre prochain, pour le Hobbit Day !

  • Où peut-on suivre votre travail ?

Mon site principal est www.magdalenaolechny.com. Je suis aussi sur Instagram, Twitter, Tumblr et Deviantart.

Merci beaucoup, Magdalena, pour cet entretien.

C’est un plaisir ! Merci de votre gentillesse !

Estë, Healer of Weariness © Magdalena Olechny 2021 – utilisé sur autorisation de l’artiste.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.