2021: a year in Tolkien studies

Since I started my PhD in 2017 I haven’t done yearly wrap-ups, but since 2022 might be my last year as a student, I figured it was now or never.

Overview

I started 2021 with big intentions and a will to find an organisation that would sustain me in the long run. At that point I was drowning in my 300+ pages of PhD notes and I couldn’t see the end of the tunnel. I thought it was mostly a matter of time management, but no matter how I handled the problem I couldn’t see how to take my notes from their Mordoresque chaos to an refined order worthy of Caras Galadhon.

One thing I still had mastery on: this PhD blog. I set up a rough programme of one post a month. My first blog post of the year was a long-overdue look at the 40th anniversary edition of Unfinished Tales. I also shared an interview (of me!) by the French association Tolkiendil in December 2020.

The Tolkien Calendar is open at the page for August on a dark background, next to a bunch of dried flowers and a copy of the illustrated edition of Unfinished Tales.

Imagine Arda

In early April, I released the first of a series of interviews with Tolkien-inspired artists. My first guest was Anthony Vong, a French artist who created a stunning illustrated map of The Lord of the Rings (of which I’d bought a print a few weeks before). I loved having that conversation with Anthony and sharing his art. That blog post was a real boost for my motivation.

Following my plans, I then interviewed an artist I’d long admired and was super excited to welcome to my blog: Norloth.

Online seminars

Apart from this corner of the internet, I also had dates to look forward to, beginning with the first Tolkien Society Seminar of 2021 on “Twenty-first Century Receptions of Tolkien”. In February, I gave a talk on “Artists from Middle-earth: a 21st-century dive into J.R.R. Tolkien’s Secondary World”, looking at how some artists blended the border between first and secondary worlds. My May article provided the full translation into French as well as a link to the video in English.

On the last day of August I took part in my first panel, at MythCon 51, to promote the upcoming collection Cities and Strongholds of Middle-earth, for which I was writing an article on the visual representations of Lake-town in illustrated editions and movie adaptations of The Hobbit. That first experience in a panel was stressful but our host Cami Agan made sure everyone was comfortable.

September turned out to be rather hectic, as I’d accepted a fourth job which would take more than half my working hours and was scheduled for two different online events at Oxonmoot on the first week-end of the month. I wisely set my PhD aside for the time being.

Oxonmoot was a whirlwind, as it always is, but it was extra special that year as I took part in another panel about the upcoming Amazon TV series on Lord of the Rings featuring (the panel, not the series) people I admire in the Tolkien world: Brian Sibley, Marcel Aubron-Bülles, Una McCormack, Alan Sisto, and Shaun Gunner as our host.

I also hosted a session of my online Smial Nerdanel’s Workshop, a world-wide smial for artists I’d created in February at the request of Shaun Gunner.

A copy of The Silmarillion is open on a wooden table. Three printed illustrations showing Nerdanel are scaterred on top of it. In the background is a printed cloth is warm tones and some dried flowers hang over the scene.
Illustrations of Nerdanel, at the top by Jenny Dolfen, on the left by Magdalena Olechny and on the right by Marya Filatova.

In the following weeks life took over and I had no time to think about Tolkien-related things, but in early October my paper proposal was accepted for the third Tolkien Society Seminar of the year, so I carved out some time to write about “From rabbits to Hobbits: illustrating and translating J.R.R. and Christopher Tolkien in France”. I didn’t quite finish it on time, but I presented it in early November and managed to say most of what I’d planned to say.

In the two papers I presented at a Tolkien Society Seminar in 2021, I tried to step a little away from my main body of research and present my findings in a more lively manner.

The next and last Tolkien-related event I took part in for 2021 was an informal reunion with my association Tolkiendil in Paris, in which we had a panel / chat about Peter Jackson’s Lord of the Rings trilogy and its legacy. That was a lovely way to wrap up the year.

What about the thesis?

In March I had realised that I couldn’t keep working on my PhD notes the way they were, so I had a chat with both my supervisors and told them I wanted to start not from scratch, but almost. With their support I opened a blank document and thought about a plan. In April I began writing this new version of my thesis. At a pace of one chapter a month, I’d need a year to write the body of the text, with extra time for the introduction, conclusion and appendices.

For the first time since signing up for my PhD, I managed to keep a steady pace of work for months without overworking myself. It left me time for an interview with Polish artist Magdalena Olechny, who created the wonderful series “Ladies of Arda”, and to finish an article I’d promised a long time ago to my association Tolkiendil, about J.R.R. Tolkien’s art.

I conducted a few interviews for my thesis, including a 45-minute interview with Ted Nasmith I still can’t believe happened, and friendly email exchanges with David Wyatt and Francis Mosley that lifted quite a few shadows.

Looking back, looking ahead

Now, at the start of a new year, I look back at the four previous months in which I didn’t touch my thesis and I wonder exactly how difficult getting back to that work is going to be, but the only way to know is to actually do it.

The first week or so of January is devoted to the finishing touches on my article about Lake-town, then I need to read through the 5 thesis chapters I wrote last year before getting started on the next 7. I will try to resist answering the call of the upcoming Tolkien Society seminars because I really need to focus on my writing, but who knows?

If I manage to stick to my one-chapter-a-month programme, I should finish the main redaction in July, then spend the rest of the summer writing the introduction / conclusion, and polishing everything. I’ll probably need another month or so to set up the appendices, since there will be textual and visual sources (those being mainly my own photos of the illustrations which need editing), as well as a database that is mostly in sketch form right now. Preparing my viva will also take some time, so I’ll probably be busy until next autumn.

A stack of editions of The Hobbit in French and English, next to a pilea plant. A few pinecones are scattered across the scene.

2021: une année d’études tolkieniennes

Depuis que j’ai commencé mon doctorat en 2017 je n’ai jamais fait de bilan annuel, mais comme 2022 est peut-être ma dernière année en tant qu’étudiante, je me suis dit que c’était maintenant ou jamais.

Vue d’ensemble

J’ai commencé 2021 avec de grandes intentions et une volonté à toute épreuve de trouver une organisation qui me soutienne sur le long terme. A ce moment, je me noyais dans plus de 300 pages de notes de thèse et je ne voyais pas le bout du tunnel. Je pensais que ce n’était qu’un problème de gestion du temps, mais quelle que soit la manière dont j’abordais le problème je ne voyais pas comment faire passer mes notes de leur chaos mordoresque à un ordre raffiné digne de Caras Galadhon.

J’avais néanmoins la maîtrise d’une chose : ce blog. J’ai donc prévu environ un article par mois. Mon premier article de l’année, très en retard car je devais le publier en 2020, était une étude de l’édition des 40 ans d’Unfinished Tales. J’ai aussi partagé une interview (de moi !) que l’association Tolkien avait réalisée en décembre 2020.

Le calendrier Tolkien est ouvert à la page du mois d'août, sur un fond sombre. A côté se trouvent un bouquet de fleurs séchées et un exemplaire de l'édition illustrée des Contes et Légendes inachevés.

Imagine Arda

Début avril, j’ai publié le premier d’une série d’entretiens avec des artistes inspirés par Tolkien. Mon premier invité était Anthony Vong, un artiste français qui venait de créer une superbe carte illustrée du Seigneur des Anneaux (dont j’avais acheté une reproduction quelques semaines auparavant). J’ai adoré discuter avec Anthony et partager son art. Cet article a été une grande source de motivation.

Suivant mon programme, j’ai ensuite interviewé une artiste que j’admirais depuis longtemps et que j’étais très enthousiaste à l’idée d’accueillir sur mon blog : Norloth.

Séminaires de recherche

A côté de ce petit coin de l’internet, j’avais aussi des échéances plus académiques, à commencer par le premier séminaire de la Tolkien Society en 2021 : “Twenty-first Century Receptions of Tolkien” (« Réceptions de Tolkien au 21e siècle »). En février, j’ai donné une conférence sur « Des artistes en Terre du Milieu : une plongée du 21e siècle dans le Monde Secondaire de J.R.R. Tolkien ». J’y explorais comment certains artistes brouillent les frontières entre les mondes primaire et secondaire. Sur le blog en mai, j’en fournissais la traduction complète en français ainsi qu’un lien vers la vidéo en anglais.

Fin août, j’ai participé à ma première table ronde, à MythCon 51, pour parler du recueil à paraître Cities and Strongholds of Middle-earth (« Cités et Forteresses de la Terre du Milieu »), pour lequel j’écrivais un article sur les représentations de Lake-town (Bourg-du-Lac) dans les éditions illustrées et les adaptations cinématographiques du Hobbit. Cette première table ronde a été une expérience stressante, mais l’hôte Cami Agan, directrice du recueil, s’est assurée que tout le monde soit à son aise.

Le mois de septembre s’est avéré assez chaotique : j’ai accepté un 4ème emploi qui occupait plus de la moitié de mes heures de travail, et j’avais non pas un mais deux évènements à préparer pour Oxonmoot. J’ai sagement laissé ma thèse de côté pendant un temps.

Oxonmoot a été un tourbillon, comme d’habitude, mais cette édition a eu une saveur particulière car j’y ai pris part à une autre table ronde sur la série Amazon à venir, aux côtés de personnes que j’admire dans le monde de Tolkien : Brian Sibley, Marcel Aubron-Bülles, Una McCormack, Alan Sisto et notre hôte Shaun Gunner.

J’ai aussi organisé une session de mon smial en ligne Nerdanel’s Workshop (L’Atelier de Nerdanel), un groupement d’artistes du monde entier que j’ai créé en février à l’invitation de Shaun Gunner.

Un exemplaire du Silmarillion est ouvert sur une table en bois. Trois illustrations imprimées sont posées dessus : elles montrent toutes Nerdanel. L'arrière-plan est occupé par un tissu à motifs dans des tons chauds, et des fleurs séchées surplombent la scène.
Portraits de Nerdanel par Jenny Dolfen (en haut), Magdalena Olechny (à gauche) et Marya Filatova (à droite).

Dans les semaines suivantes, je n’ai pas eu un moment pour penser à Tolkien, mais début octobre ma proposition de communication a été retenue pour le troisième séminaire de la Tolkien Society de l’année, donc il a bien fallu trouver le temps d’écrire “From rabbits to Hobbits: illustrating and translating J.R.R. and Christopher Tolkien in France”. (« Des lapins aux Hobbits : illustrer et traduire J.R.R. et Christopher Tolkien en France »). Je ne l’ai pas tout à fait terminé à temps, mais je l’ai présenté au séminaire début novembre et ai réussi à dire l’essentiel de ce que j’avais prévu.

Dans les deux conférences que j’ai présentées à la Tolkien Society en 2021, j’ai fait en sorte de m’éloigner d’un pas du cœur de mes recherches et de présenter mes découvertes d’une manière plus vivante.

L’évènement suivant, et le dernier de l’année concernant Tolkien, a été une réunion très informelle de l’association Tolkiendil à Paris, au cours de laquelle j’ai participé à une table ronde sur la trilogie du Seigneur des Anneaux de Peter Jackson et son héritage. Cela a été une façon très agréable de clore l’année.

Et la thèse ?

En mars, je me suis rendue compte que je ne pouvais pas continuer à travailler à partir de mes notes de thèse sous leur forme actuelle, donc j’ai pris rendez-vous avec mon directeur et ma directrice, et je leur ai dit que je voulais plus ou moins reprendre de zéro. Avec leur soutien, j’ai ouvert un document Word vierge et j’ai réfléchi à un plan. En avril j’ai commencé à rédiger cette nouvelle version de ma thèse. Au rythme d’un chapitre par mois, cela me demanderait un an d’écrire le développement, plus du temps pour l’introduction, la conclusion et les annexes.
Pour la première fois depuis le début de mon doctorat, j’ai réussi à maintenir un rythme de travail régulier pendant des mois sans m’épuiser. Cela m’a laissé le temps d’interviewer l’artiste polonaise Magdalena Olechny, qui a créé la magnifique série « Ladies of Arda », et de terminer un article que j’avais promis à Tolkiendil depuis bien longtemps, sur l’art de J.R.R. Tolkien.


J’ai mené quelques entretiens pour ma thèse, notamment une discussion de 45 minutes avec Ted Nasmith dont j’ai encore un peu de mal à croire tant cela s’est bien passé, et des échanges amicaux par mail avec David Wyatt et Francis Mosley qui ont levé des zones d’ombre.

Regarder en arrière, regarder en avant

A présent, au début d’une nouvelle année, je regarde les quatre derniers mois au cours desquels je n’ai pas touché à ma thèse et je me demande à quel point cela va être difficile de m’y remettre. Le meilleur moyen de le savoir, c’est de le faire.
La première semaine de janvier est consacrée aux dernières retouches sur mon article à propos de Lake-town, à la suite de quoi je vais devoir relire les cinq chapitres que j’ai écrit l’an dernier avant de commencer les sept suivants. Je ferai de mon mieux pour refuser l’appel des sirènes des séminaires de la Tolkien Society parce qu’il faut vraiment que je me concentre sur la rédaction, mais qui sait ?

Si je m’en tiens à mon rythme d’un chapitre par mois, je devrais terminer la rédaction principale en juillet, puis passer le reste de l’été à écrire l’introduction et la conclusion et à polir l’ensemble. Il me faudra encore sûrement un mois pour finaliser les appendices étant donné que ceux-ci vont comprendre des sources textuelles et visuelles (ces dernières étant principalement mes propres photos des œuvres qu’il me faut retoucher) ainsi qu’une base de données qui n’en est qu’au stade de l’esquisse. Préparer ma soutenance me demandera également du temps, ce qui devrait m’occuper pendant l’automne.

une pile d'éditions du Hobbit en français et en anglais, à côté d'une pilea. Quelques pommes de pin sont éparpillées dans la scène.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.