Des lapins aux Hobbits : illustrer et traduire J.R.R. et Christopher Tolkien en France

Cet article est la traduction française de ma communication présentée lors du séminaire de la Tolkien Society sur le thème “Translating and Illustrating Tolkien”, le 6 novembre 2021.


Une étude des traductions françaises de J.R.R. et Christopher Tolkien pourrait occuper plusieurs chapitres de livre (voir les chapitres 3 et 4 de Lire J.R.R. Tolkien) , donc je n’entrerai pas ici dans les détails, mais je vais m’efforcer d’explorer aussi spécifiquement que possible les cas dans lesquels les questions de traduction rencontrent des questions d’illustrations et de cartographie. Cette étude était toujours en cours au moment où la conférence a été prononcée, donc certains aspects restent inexplorés.

La route de la traduction se poursuit sans fin

J.R.R. Tolkien a connu une réception relativement tardive en France, à partir de 1969 avec la première traduction du Hobbit. Malgré le peu de relation avec la France que l’auteur entretenait, l’étude suivante se propose de montrer comment son travail et celui de son fils ont bénéficié d’une réception fructueuse à travers le prisme de la traduction et de l’illustration.

La toute première traduction non officielle en français d’un texte de J.R.R. Tolkien apparaît en 1937, quand Simone d’Ardenne, l’une des étudiantes de l’écrivain-professeur et une spécialiste de Moyen Anglais travaille de manière privée sur Farmer Giles of Ham[1]. J.R.R. Tolkien s’est intéressé au processus de traduction et a exprimé sa satisfaction face au travail de d’Ardenne, au point qu’il a suggéré son nom pour de futures traductions.

Une traduction française du Hobbit est en projet dès 1937[2] puis à nouveau vers 1956, mais pour beaucoup de raisons différentes elle n’aboutit qu’en 1969, dans la version de Francis Ledoux. Ce dernier avait travaillé auparavant sur les textes de Charles Dickens, Herman Melville, Edgar Allan Poe, William Shakespeare et Charlotte Brontë, pour ne citer que ces noms. A la fin des années 1960, Ledoux n’avait pas accès à la plupart des documents édités et publiés à partir de 1977. C’est ainsi que depuis la toute première traduction de J.R.R. Tolkien en français, des erreurs durables sont commises. Certaines sont dues à ce manque d’information, tandis que d’autres sont d’ordre typographique, et elles se poursuivent dans les publications successives.

Dans la première traduction française du Seigneur des Anneaux par Francis Ledoux, publiée en France entre 1972 et 1973, il n’y avait ni avant-propos de l’auteur, ni appendices, ni index. La seule exception était le « fragment du conte d’Aragorn et Arwen » (Appendice A, I, v) qui avait apparemment la faveur de Ledoux. Le reste des appendices et l’index sont publiés 13 ans plus tard, en 1986, par Tina Jolas dans l’édition en quatre volumes du Seigneur des Anneaux publiée par Christian Bourgois[3].

La traduction par Ledoux du Seigneur des Anneaux ne suit pas toujours les instructions laissées par J.R.R. Tolkien aux futurs traducteurs et traductrices, de même qu’elle ne suit pas toujours le propre travail de Ledoux sur Bilbo le Hobbit, dans lesquels il avait laissé la plupart des noms sous leur forme originelle. Dans le Hobbit de 1969, on suit les aventures de Bilbo Baggins, avec son nom anglais, mais quand le premier chapitre du Seigneur des Anneaux s’ouvre, le lectorat se trouve plongé dans la fête d’anniversaire de Bilbon Sacquet.

L’un des malentendus les plus notables dans Le Seigneur des Anneaux apparaît dans le prologue, où on lit « bien qu’Elrond fût mort »[4] pour “though Elrond had departed”[5]. En recontrant le mot « departed » / « departure », également utilisé dans le chapitre «The Departure of Boromir », Ledoux ne disposait pas du Silmarillion pour savoir qu’Elrond (de même que Galadriel) n’était pas mort mais avait pris le bateau vers les Terres Immortelles.

Heureusement, le travail de Ledoux a aussi ses qualités, et il est resté dans l’imaginaire collectif comme la traduction utilisée dans la version française des trilogies cinématographiques de Peter Jackson.

Quand The Silmarillion paraît en 1977, l’éditeur français Christian Bourgois est déterminé à publier une version française aussi vite que possible. Il contacte Pierre Alien, un traducteur avec lequel il avait déjà travaillé. Malheureusement, Alien détesta le livre, et sa traduction inclue des erreurs et même des lignes manquantes. Il n’était pas familier du légendaire et n’avait pas non plus accès à toutes les informations rendues disponibles à partir de 1980 par Christopher Tolkien. Ce manque conduit, là aussi, à des malentendus.

De patients fans français ont rassemblé des errata dans des forums en ligne pendant des années, sur Le Silmarillion mais aussi Bilbo le Hobbit et Le Seigneur des Anneaux. Ils ont ainsi préparé le terrain pour une nouvelle traduction. Celle-ci est entreprise par le traducteur canadien Daniel Lauzon, qui a participé activement à ces mêmes forums qui traquaient les erreurs dans les versions françaises. Sa première contribution publiée est une collaboration avec Elen Riot aux Lais du Beleriand en 2006, après quoi il a traduit La Formation de la Terre du Milieu (2007) et La Route Perdue (2008). Sa nouvelle traduction du Hobbit est en partie motivée par l’édition française du Hobbit annoté en 2012 ainsi que le 75ème anniversaire de la publication du Hobbit. Une étude aussi poussée que celle de Douglas Anderson demande en effet que la version française soit au moins révisée pour s’approcher au plus près du récit et du style de J.R.R. Tolkien que possible. C’est le choix d’une traduction entièrement nouvelle qui est fait, ouvrant la voie à une série de publications.

Par la suite, Lauzon prépare une nouvelle traduction du Seigneur des Anneaux, publiée entre 2014 et 2016, et il vient d’achever une nouvelle traduction du Silmarillion (dans une édition incluant les nouvelles illustrations de Ted Nasmith). En 2021, cela fait quinze ans que Daniel Lauzon travaille sur les manuscrits de J.R.R. et Christopher Tolkien. Avant lui, les traductions avaient été menées par sept traducteurs et traductrices différent(e)s en onze ans. Ces dernières années ont ainsi vu une nouvelle harmonie dans la traduction de Tolkien père et fils en France. Cette entreprise a aussi profondément bénéficié du dévouement d’Adam Tolkien, le fils de Christopher Tolkien, qui a traduit plusieurs textes de son père et son grand-père, notamment Le Livre des Contes Perdus, et a travaillé au site internet du Tolkien Estate.

Des livres uniques dans le corpus français : Faërie et Etymologies.

Malgré la petite taille de la maison d’édition Christian Bourgois, qui possède les droits de traduction pour les Tolkien en France, celle-ci est déterminée à donner accès aux textes des deux auteurs autant que possible. Cet intérêt, qui mêle les perspectives faniques et académiques, a donné lieu à deux publications spécifiques à la France.

En 1974, Christian Bourgois publie le volume Faërie, qui est motivé par la publication en 1964 de Tree and Leaf. Cependant, Faërie ne contient pas seulement « Du Conte de Fées » et « Feuille, de Niggle », comme le veut le sommaire de Tree and Leaf : « Le Fermier Gilles de Ham » et « Smith de Grand Wootton » apparaissent également dans le volume. Ce livre rassemble des textes qui avaient jusqu’ici été publiés séparément. En anglais, il ne sont publiés ensemble que dans Poems and Stories en 1980.

Le second livre en question ici n’est pas un recueil de textes issus de sources différentes, mais l’édition d’un chapitre de L’Histoire de la  Terre du Milieu en un volume unique. En octobre 2009, les éditions Christian Bourgois publient un petit livre intitulé Etymologies. Il ne fait pas suite à une publication en anglais chez HarperCollins. Il n’avait alors, et n’a toujours pas aujourd’hui, d’équivalent direct en anglais dans un volume unique. « Etymologies » est un chapitre tiré de La Route perdue, le volume 5 de L’Histoire de la  Terre du Milieu, publié en 1987.

Cette section est un dictionnaire étymologique d’une centaine de pages, qui offre une plongée dans la création de langues par J.R.R. Tolkien. Depuis la publication de La Route Perdue, des corrections avaient été relevées par Christopher Tolkien et les rédacteurs du journal Vinyar Tengwar, Carl Hostetter et Patrick H. Wynne. Quand le moment est venu de traduire La Route perdue en français, en 2008, Vincent Ferré, spécialiste de Tolkien et directeur de collection chez Christian Bourgois éditeur, ainsi que Daniel Lauzon, le traducteur, et la maison d’édition elle-même, ont demandé à Christopher Tolkien et au Tolkien Estate (les ayants-droits de la famille Tolkien) s’il était possible de prendre en compte les corrections publiées dans Vinyar Tengwar. Cela a soulevé plusieurs questions, car cela aurait été plus loin qu’un processus de traduction déjà complexe pour publier La Route perdue en France. Il a finalement été décidé que La Route perdue serait inchangé, afin de garder une trace du volume tel qu’il est publié dans les années 1980. En revanche, une édition séparée de ce chapitre sur les étymologies devient le lieu de mettre en lumière les corrections apportées par des universitaires et des spécialistes.

Etymologies est publié en 2009, un an après la traduction de La Route perdue. Il prend la forme d’un petit volume avec une couverture et des illustrations intérieures tirées du travail d’Alan Lee pour Les Enfants de Húrin.

Ces deux exemples montrent combien la maison d’édition française travaille en vue de la reconnaissance de l’œuvre de J.R.R. et Christopher Tolkien en France, tout en opérant au sein de leurs propres limites. Christian Bourgois éditeur n’est pas une maison d’une taille équivalente à HarperCollins, donc elle n’est pas en mesure de proposer des traductions de chaque livre qui sort en anglais par ou à propos de J.R.R. et Christopher Tolkien. C’est pour cette raison qu’il n’existe pas d’équivalent français à Tales from the Perilous Realm, par exemple, qui rassemble des textes publiés en France dans des volumes séparés, et notamment dans Faërie. Bien que de nombreux textes de Tolkien père et fils restent à traduire, à commencer par les volumes 6 à 12 de L’Histoire de la  Terre du Milieu, Christian Bourgois éditeur poursuit ce travail de partage avec le lectorat français. Par exemple, il a répondu rapidement à la publication des trois grands contes : Les Enfants de Húrin, Beren et Lúthien et La Chute de Gondolin, tous les trois illustrés par Alan Lee.

Cartographier les traductions françaises

Avant de poursuivre avec la question de l’illustration, le premier endroit où se rencontrent texte et image dans les livres de J.R.R. et Christopher Tolkien est la cartographie.

Dans les premières éditions françaises du Hobbit, les mots manuscrits sur les cartes en anglais sont remplacés par de la typographie. La plupart sont traduits, à l’exception du nom « Mirkwood ». Une erreur durable et particulièrement curieuse est faite dans la carte « Les Terres Sauvages » du Hobbit : on y trouve une flèche dans le coin inférieur gauche, pointant dans la direction de Hobbiteville. En français, une confusion entre « Hobbit » et l’anglais « rabbit » a conduit la flèche à pointer vers « les lapins ».

L’association entre Hobbits et lapins avait été encouragée auparavant sur une base strictement phonétique, quand l’éditeur français avait suggéré de traduire « Hobbits » par « Hopins ». J.R.R. Tolkien ne s’y était pas opposé, soulignant le fait que « Hopin » ressemblait à l’oreille au mot « lapin », de la même manière que l’anglais « Hobbit » était proche de « rabbit ». L’écrivain ajoute dans la même lettre qu’il n’avait jamais prévu ce rapprochement, et il met en garde les artistes contre la tentation de créer une association similaire dans leurs illustrations : « tant que les illustrateurs sont conscients que cela ne devrait pas les influencer outre mesure » (“as long as any illustrator is aware that this should not influence him unduly”[6]). Dans la traduction de 1969, le mot « Hobbit » est conservé, mais « Hobbiton » est lu à tort comme étant proche de « Rabbiton ». Dans les traductions françaises du Hobbit, la carte « Les Terres Sauvages » indique donc la direction des « lapins » jusqu’en 2010 quand l’erreur est corrigée.

La Carte dans l’édition “Bibliothèque verte” de 1976

Dans la première traduction française illustrée du Seigneur des Anneaux, en 1978, les cartes de la Terre du Milieu ne sont pas traduites[7]. Elles sont reproduites dans leur état des éditions anglaises, ce qui n’est pas le seul oubli de la traduction, comme nous l’avons souligné plus haut. Cela a pu créer une confusion chez le lectorat, qui pouvait repérer les « Dead Marshes » sur la carte sans pouvoir l’associer avec le nom donné dans le texte, « Marais des Morts ». Dans le cas de la carte du Comté dans le même volume[8], elle est partiellement traduite : la plupart des noms sont donnés en français, mais certains sont laissés dans la langue originale. La carte du Comté montre ainsi une majorité de noms francisés, avec quelques exceptions comme « Oatbarton » ou « Rushock ». Cela semble concerner principalement les toponymes qui n’apparaissent pas dans le texte, mais plus de recherches seraient nécessaires pour l’affirmer.

Dix ans plus tard, dans l’édition du Seigneur des Anneaux illustrée par Philippe Munch et publiée en 1988, l’artiste redessine la carte de la Terre du Milieu et la carte du Comté. Cette fois-ci, la carte montrant l’Ouest de la Terre du Milieu à la fin du Troisième Âge est entièrement traduite. Elle apparaît à deux reprises dans le premier volume : la première entre la page de titre et le poème de l’Anneau, et la seconde à côté de la carte du Comté entre le prologue et le premier chapitre. Il est surprenant de constater que les deux cartes de la Terre du Milieu sont redessinées à partie de la version de Christopher Tolkien, et traduites, mais il ne s’agit pas de la même carte reproduite deux fois. La première, sur une double page, présente des ombrages et des tons de gris. Elle montre l’entièreté de la Terre du Milieu. La seconde, quant à elle, est coupée à la latitude de la Forêt de Fangorn. Les noms y sont placés à des endroits légèrement différents. Le fond de carte semble être le même, la différence d’ombrage pouvant être due aux techniques de reproduction, mais il reste à savoir pourquoi les toponymes y ont été écrits deux fois.

Première carte de la Terre du Milieu dans l’édition du Seigneur des Anneaux de 1988 (Folio Junior).
Deuxième carte de la Terre du Milieu dans l’édition du Seigneur des Anneaux de 1988 (Folio Junior).

Dans la nouvelle édition en français du Seigneur des Anneaux, publiée en trois volumes entre 2014 et 2016, et dans la nouvelle traduction du Silmarillion, publiée en octobre 2021, Daniel Lauzon a traduit tous les toponymes qu’il lui était possible de traduire sur les cartes, et il a également pris soin de respecter leur esthétique. Afin de reproduire la graphie de Christopher Tolkien, le traducteur s’est fait graphiste et a réutilisé la calligraphie du dessinateur, recomposant les noms français en assemblant les lettres prises ici et là dans les noms anglais. Il a partagé sur son compte Twitter une vidéo de son processus. Le résultat est une carte aux coutures invisibles, dont les noms semblent avoir été tracés directement en français, ce qui crée une édition très harmonieuse.

Extrait de la carte du Silmarillion retravaillée par Daniel Lauzon pour l’édition Christian Bourgois de 2021.

Spécificités des illustrations françaises

Cette recherche d’harmonie guide également les choix éditoriaux opérés par l’éditeur français au cours des vingt dernières années. Auparavant, quatre éditions illustrées avaient été publiées entre 1976 et 1988 : deux Hobbits et deux Seigneurs des Anneaux. La plupart étaient en noir et blanc, avec des en-têtes de chapitres, mais le Hobbit de 1976 présente également des illustrations pleine page en couleur, montrant principalement les personnages et un aperçu furtif de leur environnement.

Dans le Hobbit de 1983 illustré par Evelyne Drouhin, une silhouette de Hobbit en train de fumer assis dans un fauteuil se répète tous les deux ou trois chapitres, comme un rappel aux lecteurs et lectrices que le personnage principal raconte sa propre histoire. On y trouve d’autres illustrations en noir et blanc, qui montrent des personnages ronds et enfantins, ainsi qu’un nombre limité de décors.

Pour le Seigneur des Anneaux de 1988, Philippe Munch dessine deux illustrations par chapitre dans un style qui rappelle la bande dessinée. Ses illustrations offrent une variété de sujets, depuis les paysages aux portraits en passant par les natures mortes.

A partir de 1997, les éditeurs français suivent de plus près les éditions illustrées anglaises, ce qui mène à une disparition progressive des illustrations françaises. En 2007, l’édition illustrée par Philippe Munch est republiée, mais les éditions les plus récentes sont soit les grands formats illustrés par Alan Lee, soit des éditions de poche sans illustrations. Il en va de même pour Le Hobbit : les éditions illustrées par des artistes français se trouvent d’occasion, mais pas dans des éditions neuves.

Le corpus illustré français est désormais dominé par Alan Lee et Ted Nasmith, tout comme dans les éditions anglaises, ce qui crée un corpus harmonieux mais de moins en moins spécifique à la France.

Conclusion

Aujourd’hui, l’histoire de la réception de J.R.R. et Christopher Tolkien en France se poursuit avec la traduction à venir de Sauron Defeated, le volume 9 de L’Histoire de la  Terre du Milieu, mais aussi avec des projets comme « Aubusson Tisse Tolkien », qui célèbre l’amour de J.R.R. Tolkien pour l’artisanat et son talent d’artiste. La dernière tenture, « Moria Gate », a été dévoilée le 22 octobre dernier. Le projet complet comprend treize tentures murales et un tapis, qui reproduisent des images du légendaire ainsi que des Lettres du Père Noël.

Je souhaite remercier la Tolkien Society pour l’organisation de ce séminaire, et l’association française Tolkiendil pour avoir fourni des réponses rapides et pertinentes à toutes les questions que je leur ai posées à propos des éditions françaises de J.R.R. et Christopher Tolkien.

Bibliographie

Tolkien, J.R.R., Bilbo le Hobbit, traduit par Francis Ledoux et illustré par Chica, Paris, Bibliothèque Verte, 1976.

Tolkien, J.R.R., Le Seigneur des Anneaux, 3 v., traduit par Francis Ledoux et illustré par Jean-Pierre Evrard, Paris, Jean-Jacques Pauvert, 1978.

Tolkien, J.R.R., Le Silmarillion, traduit par Pierre Alien, Paris, Christian Bourgois éditeur, 1978.

Tolkien, J.R.R., Bilbo le Hobbit, traduit par Francis Ledoux et illustré par Evelyne Drouhin, Paris, Le Livre de Poche Jeunesse, 1983.

Tolkien, J.R.R., Le Seigneur des Anneaux, 3 v., traduit par Francis Ledoux et illustré par Philippe Munch, Paris, Folio Junior, 1988.

Tolkien, J.R.R., The Lord of the Rings, illustré par Alan Lee, London, HarperCollins, 1991.

Tolkien, J.R.R., Le Hobbit, traduit par Daniel Lauzon et illustré par Alan Lee, Paris, Christian Bourgois éditeur, 2012.

Ferré, Vincent, Lire J.R.R. Tolkien, Paris, Pocket, 2014.

Tolkien, J.R.R., Le Seigneur des Anneaux, 3 v., traduit par Daniel Lauzon et illustré par Alan Lee, Paris, Christian Bourgois éditeur, 2014; 2015; 2016.

Hammond, Wayne G. and Christina Scull, The J.R.R. Tolkien Companion & Guide, 3 v., London, HarperCollinsPublishers, 2017.

Tolkien, J.R.R., Le Silmarillion, traduit par Daniel Lauzon et illustré par Ted Nasmith, Paris, Christian Bourgois éditeur, 2021.

Ferré, Vincent, Tolkien, trente ans après (1973- 2003), Paris, Christian Bourgois Editeur, 2004.

Entretien avec Daniel Lauzon et Vincent Ferré pour Tolkiendil, Septembre 2012. URL: https://www.tolkiendil.com/tolkien/portraits/interviews/daniel_lauzon/2012_sept (consulté le 18 janvier 2022).

Entretien avec Clément Ribes pour Tolkiendil, Novembre 2020. URL: https://www.tolkiendil.com/tolkien/interviews/clement_ribes_2020 (consulté le 18 janvier 2022).


[1] La chronologie des premiers projets de traduction est détaillée par Wayne G. Hammond and Christina Scull dans The J.R.R. Tolkien Companion and Guide, 3 v., Londres, HarperCollinsPublishers, 2017.

[2] Companion and Guide, vol. 1, p. 329.

[3] Un compte-rendu détaillé de la publication et de la réception de J.R.R. et Christopher Tolkien en France a été établi par Vincent Ferré dans Lire J.R.R. Tolkien, Paris, Pocket, 2014.

[4] Tolkien, J.R.R., Le Seigneur des Anneaux, Livre I : La Communauté de l’Anneau, traduit par Francis Ledoux, illustraté par Philippe Munch, Paris, Christian Bourgois éditeur, 1988.

[5] The Lord of the Rings, 1991, p. 28.

[6] Notre traduction. Companion and Guide, vol. 3, p. 451. Lettre datée du 15 mai 1968, issue des archives Tolkien-George Allen & Unwin chez HarperCollins.

[7] Des images sont disponibles sur le site très utile de Tolkiendil : https://www.tolkiendil.com/tolkien/biblio/sda/editions_reliees_ledoux (consulté le 25 octobre 2021).

[8] « La Comté » selon la traduction de Francis Ledoux, « le Comté » tel que le rétablit la traduction de Daniel Lauzon.



Citer ce billet
Marie Bretagnolle (2022, 1 février). Des lapins aux Hobbits : illustrer et traduire J.R.R. et Christopher Tolkien en France. Tolkien & illustration. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v8v3

Une réflexion sur « Des lapins aux Hobbits : illustrer et traduire J.R.R. et Christopher Tolkien en France »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search