Guided tour of the “Tolkien: Maker of Middle-earth” exhibition at the Oxford Weston Library

[version française ci-dessous]

On 1 June, the Oxford Weston Library opened a temporary exhibition about J.R.R. Tolkien. According to its title, “Maker of Middle-earth”, the focus is on the creation of Middle-earth, yet several display cases broaden the subject to present a global overview of the author’s life and work. Although the main room may not seem that large upon entering it, one can easily spend an hour and a half there given how captivating the works are. The ban on photograph adds to the visitor’s will to spend as much time as possible in front of the manuscripts and the original documents.

In a corridor on the floor of which is shown a moving map of Middle-earth (keep your eyes up if like me your sense of balance is uncertain), you may marvel for a moment in front of the reproductions available to buy at the museum shop, before discovering the original pieces.

A first display case (“first” is subjective since there is no designated itinerary) presents dozens of editions of Tolkien’s books, like a fantasised library, in which the most aesthetic-looking editions stand cover by cover with the most common ones. A special mention here to the French Pocket edition illustrated by Siudmak which introduced me to Middle-earth. It was something to see it in a museum and not on the shelf above my desk for once. The shelves are punctuated with letters from fans, among which a few gems are hidden. The most interesting to me, as a researcher studying illustrations, is without a doubt the mail addressed by Margrethe, then Princess of Denmark, to Tolkien, in which she included a few of her own illustrations for The Lord of the Rings. These pictures are not often shown in Tolkien-related books, but their simple lines and virtuoso compositions are absolutely charming.

Two biographical display cases deal with Tolkien’s childhood and student years on the one hand, and his career as a teacher, life during the two wars and Letters from Father Christmas on the other hand. At the heart of this second display are the Professor’s chair and desk on which is placed his sketch for Smaug’s Death alongside a few pencils as if Tolkien had just been interrupted in his drawing.

The rest of the central space of the exhibition room is occupied by maps of Middle-earth, two “Test your Elvish” quiz devices (untested) as well as a surprise created for the exhibition: a 3D map of Middle-earth showing the itineraries of each character throughout the story of The Lord of the Rings with the help of luminous projections.

Along the walls are presented most of the manuscripts and artworks by Tolkien available in the exhibition. From the entrance, and anticlockwise, there are:

  • Pauline Baynes’s map of The Hobbit, a wonder of precision and imagination.
  • A panorama of the Hobbit illustrations, perhaps the most moving works for me. It is one thing to observe reproductions in books made with great care (especially the ones by Wayne G. Hammond and Christina Scull), but it is something else entirely to find oneself in front of the originals and to be able to marvel at the intensity of the colours and the accidents of the paper. The size is particularly difficult to imagine in a reproduction, and I was quite surprised because I had thought the pictures were bigger than they actually are. The artist’s meticulousness is remarkable.
  • Artworks related to the elaboration of The Silmarillion: heraldic devices, illustrations.
  • Purely abstract motifs and the disconcerting illustrations for The Book of Ishness.
  • Illustrations and manuscripts for The Lord of the Rings, among which: dust-jackets, the three pages from the Book of Mazarbul, title pages showing the writer’s work evolving (especially regarding the titles themselves), research for the design of the Gate of Moria, pencil illustrations, examples of calligraphy as well as a document I had not yet come across: a day-by-day chronology of all the events in The Lord of the Rings, written in a microscopic hand.

The exhibition ends with Pauline Baynes’s map for The Lord of the Rings, echoing the one she had created for The Hobbit and which introduced the display of Tolkien’s Hobbit illustrations. These are the only two Middle-earth-related artworks presented in the exhibition that were not by Tolkien’s hand, but the amount of detail, their precision and their undeniable charm more than justify their presence.


Visite guidée de l’exposition Tolkien à la BibliothèqueWeston d’Oxford

Le 1er juin dernier, la Weston Library d’Oxford a inauguré une exposition temporaire sur J.R.R. Tolkien. Son titre, « Maker of Middle-earth », indique que l’accent est mis sur la création de la Terre du Milieu, mais plusieurs vitrines élargissent le propos afin de présenter une vision d’ensemble de la vie et de l’œuvre de l’auteur. La salle principale ne paraît pas si vaste en y entrant, mais on y passe aisément une heure et demie tant les vitrines sont denses et les œuvres captivantes. L’interdiction de prendre des photos ajoute en outre à la volonté de passer le plus de temps possible en face des manuscrits et des documents originaux.

Dans un couloir où une projection mouvante au sol nous fait visiter la carte de la Terre du Milieu (gardez les yeux en l’air si comme moi votre sens de l’équilibre n’est pas très assuré), on s’extasie un instant devant les reproductions proposées à l’achat par la bibliothèque, puis vient le moment de découvrir les originaux en personne.

Une première vitrine (« première » étant tout à fait subjectif, car le parcours n’est pas fléché) présente une multitude d’éditions des ouvrages de Tolkien, comme une bibliothèque fantasmée, où les éditions les plus esthétiques côtoient les plus courantes. Mention spéciale à l’édition en français de Pocket illustrée par Siudmak, celle dans laquelle j’ai lu Le Seigneur des Anneaux pour la première fois, et qu’il m’a fait tout drôle de retrouver exposée ainsi plutôt que sur l’étagère qui surplombe mon bureau. Les étagères sont rythmées par des lettres d’admirateurs, parmi lesquels se cachent quelques pépites. La plus belle découverte pour moi, en tant que chercheuse travaillant sur les illustrations, est sans doute le courrier adressé par Margrethe, alors Princesse du Danemark, à Tolkien, dans lequel elle inclut quelques-unes de ses propres illustrations pour Le Seigneur des Anneaux. Ces images apparaissent peu souvent dans les livres consacrés au Professeur, mais elles ont une simplicité de ligne et une virtuosité de composition tout à fait charmantes.

Deux vitrines d’ordre biographiques concernent l’enfance et les années estudiantines de Tolkien d’une part, et d’autre part sa carrière d’enseignant, la vie pendant les deux guerres et les Lettres du Père Noël. Au cœur de cette seconde vitrine trônent le fauteuil et le bureau du Professeur, sur lequel est placé son esquisse de La Mort de Smaug côtoyant quelques crayons comme si Tolkien venait de s’interrompre.

Le reste de l’espace central de la salle d’exposition est occupé par des cartes de la Terre du Milieu, deux bornes « Test your Elvish » (non testées) ainsi qu’une surprise créée pour l’exposition : une carte 3D de la Terre du Milieu montrant le parcours des différents personnages au fil de l’histoire du Seigneur des Anneaux grâce à des projections lumineuses.

Le long des murs sont présentés la plupart des manuscrits et des œuvres graphiques de Tolkien disponibles dans l’exposition. En partant de l’entrée, et dans le sens antihoraire, nous trouvons :

  • La carte du Hobbit par Pauline Baynes, merveille de précision et d’imagination.
  • Un panorama des illustrations pour Le Hobbit, peut-être les œuvres les plus émouvantes pour moi. C’est une chose d’en observer les reproductions dans les livres les plus soignés (notamment ceux de Wayne G. Hammond et Christina Scull) ; mais c’est tout autre chose de se trouver face aux originaux et de pouvoir admirer l’intensité de la couleur et les accidents du papier. Le format est une idée difficile à rendre en reproduction, et j’ai été d’autant plus surprise que j’imaginais les illustrations plus grandes. La minutie de l’artiste est remarquable.
  • Les œuvres graphiques rattachées à l’élaboration du Silmarillion : symboles héraldiques, illustrations.
  • Les motifs purement abstraits et les images déconcertantes du Book of Ishness.
  • Les illustrations et manuscrits du Seigneur des Anneaux, comprenant les jaquettes, les trois pages du Livre de Mazarbul, les pages de titre qui révèlent l’évolution du travail de l’auteur (et notamment son hésitation sur les titres eux-mêmes), les recherches liées à la conception de la Porte de la Moria, des illustrations au crayon, des exemples de calligraphie ainsi qu’un document que je n’avais pas encore croisé : une chronologie au jour le jour de tous les évènements du Seigneur des Anneaux, rédigée dans une graphie microscopique.

L’exposition se clôt par la carte du Seigneur des Anneaux réalisée par Pauline Baynes, en écho à celle du Hobbit qui précède la vitrine consacrée aux aventures de Bilbo. Ce sont les seules œuvres liées à la Terre du Milieu présentées dans l’exposition qui ne sont pas de la main de Tolkien, mais leurs détails, leur précision et leur charme indéniable justifient amplement leur présence.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.