About the thesis

In the field in Tolkien-related studies, the place granted to illustration is reduced to a few research studies and the three beautiful books by Christina Scull and Wayne G. Hammond on J.R.R. Tolkien’s art as an illustrator. As for the other artists who dedicated themselves to Middle-Earth, they are seldom the subjects of studies and often are the authors of the books displaying their art. The most exemplary cases are those of Alan Lee, to whose bibliography of illustrated Tolkien books was recently added “The Fall of Gondolin”. The other English-speaking artists to have worked on Tolkien’s texts – Pauline Baynes, Jemima Catlin, Ferguson Dewar, Eric Fraser, Ingahild Grathmer, Michael Hague, Francis Mosley, Ted Nasmith and David Wyatt – have not been studied in a comparative analysis such as the one this thesis offers to draw.

The richness of these artists’ corpuses – so much enjoyed by a wide audience but so little-known – demands a more exhaustive work on a larger scale, and the reachability of some of them is an exceptional opportunity to make sure that such a study remains faithful to their artistic ambition.

The research focuses on the processes by which artists approach the author’s words to create illustrations. Considering the varied purposes of such artworks, the research is primarily concerned with inside illustrations for the narratives taking place in Middle-earth.

Questioning the passage from a text to an image is all the more relevant in the prospect of a comparison with J.R.R. Tolkien’s own drawings and watercolours, the ones for The Hobbit having been published in his lifetime while his research sketches for other Middle-Earth narratives were not. The exhibition held by the Oxford Weston Library in 2018 follows several retrospectives which have highlighted the graphic works of the author.

Variations of tone between the different tales being undeniable, a thorough study will question the influence of the writing style and focus of each text on the artworks, including on Tolkien’s own art.

In spite of the artists’ new publications over the last few years, their art has inspired more articles than substantial research studies. A thesis devoted to their production will shed light on the almost exhaustive work of illustration they have undertaken since the middle of the 20th century and the way Tolkien’s texts have permeated their careers.


A propos de la thèse

Dans le domaine des études tolkieniennes, l’illustration occupe une place réduite à quelques travaux universitaires et aux trois beaux ouvrages de Christina Scull et Wayne G. Hammond sur l’art de J.R.R. Tolkien en tant qu’illustrateur. Quant aux autres artistes qui se sont consacrés à la Terre du Milieu, force est de constater qu’ils sont peu étudiés et qu’ils sont souvent les auteurs des livres qui leur sont dédiés. Les cas les plus exemplaires sont probablement ceux d’Alan Lee, dont la bibliographie des ouvrages de Tolkien qu’il a illustrés s’est récemment enrichie de « La Chute de Gondolin ». Les autres artistes anglophones s’étant attachés à l’œuvre de Tolkien, Pauline Baynes, Jemima Catlin, Ferguson Dewar, Eric Fraser, Ingahild Grathmer, Michael Hague, Francis Mosley, Ted Nasmith et David Wyatt, quant à eux, n’ont pas non plus fait l’objet d’une étude comparative telle que celle que propose cette thèse.

La richesse des corpus de ces artistes – si appréciés du grand public mais finalement peu connus – appelle à un travail plus exhaustif et d’une large portée, d’autant plus que la disponibilité de certains d’entre eux est une opportunité exceptionnelle pour s’assurer la fidélité d’une telle étude à leurs ambitions artistiques.
Il s’agira d’étudier les procédés par lesquels les artistes s’emparent des mots de l’auteur pour produire des illustrations. Les finalités étant variées, on s’attachera aux illustrations internes des récits de la Terre du Milieu.

La question du passage de l’écrit à l’image est d’autant plus essentielle dans la perspective d’une comparaison avec les dessins et aquarelles de J.R.R. Tolkien lui-même, dont les illustrations pour « Le Hobbit » ont été publiées, mais dont les recherches pour ses autres récits de la Terre du Milieu n’ont pas connu la même fortune. L’exposition de la bibliothèque Weston, en 2018, s’inscrit ainsi dans la lignée de plusieurs rétrospectives mettant en lumière le travail graphique de l’auteur.

Les variations de ton entre les différentes romans étant indéniables, une étude poussée interrogera l’influence du style d’écriture et de la visée des textes sur les illustrations, de même que sur le corpus dessiné et peint de Tolkien.

Malgré la perspective de nouvelles éditions illustrées au cours des années précédentes, le travail de ces artistes a plus souvent inspiré des articles plus ou moins succincts que des travaux de recherche conséquents. Une thèse consacrée à leur production permettra de mettre en lumière le travail d’illustration presque exhaustif qu’ils ont entrepris depuis le milieu du XXe siècle et la façon dont les textes de Tolkien ont irrigué leur carrière.